Vu! 007 Spectre, de Sam Mendes.

4 juin 2016

Vu! 007 Spectre, de Sam Mendes.

 

spectre

Voir sur Amazon

À Mexico, pendant la fête des morts, James Bond est en mission officieuse, ce qui conduit à l’explosion d’un appartement où sont réunis plusieurs criminels et une course-poursuite avec le dernier survivant, que Bond finit pas éliminer à son tour. De retour à Londres, il est mis à pied par le nouveau M, qui doit lutter contre C, qui désire fusionner le MI-5 et le MI-6 et mettre fin au programme 00. Alors qu’il est censé rester tranquille, James Bond part à Rome suite à un message de l’ancienne M pour poursuivre son enquête au sein de l’organisation Spectre, dirigée par un homme surgit du passé du super-agent.

Vingt-quatrième film estampillé James Bond, c’est la seconde réalisation de Sam Mendes et la quatrième fois (et dernière?) que Daniel Craig prête ses traits à l’agent secret le plus célèbre du cinéma.

Autant le dire tout de suite, si James Bond est un monument du cinéma, je n’ai jamais été un grand fan de la série. D’ailleurs, avant les récents films avec Daniel Craig, je n’en avais vu qu’une poignée. Et je n’avais pas été plus emballé que ça.

Si j’avais aimé Casino Royale et apprécié Quantum of Solace, j’avais été très déçu par Skyfall, que j’avais trouvé, au mieux, très moyen.

Comme c’est devenu la marque de fabrique des derniers 007, Spectre débute par une très longue scène dans les rues de Mexico. Impressionnante de maîtrise, le ton est donné. Malheureusement, il faudra ensuite se farcir un générique tirant en longueur rythmé par la chanson très moyenne de Sam Smith, qui remplace Adele (et son déjà très moyen Skyfall).

Le film en lui-même est à l’image d’un James Bond : des courses-poursuites, des explosions, des scènes de combats, des méchants méchants et des jolies filles. Rien qu’on ait déjà vu auparavant.

Daniel Craig est une bonne incarnation de l’agent 007. À la fois charismatique et brute, il mêle avec brio les côtés séducteur et taciturne de son personnage. Il est accompagné de Stephanie Sigman dans la scène d’ouverture (qui, il faut bien l’avouer, ne sert que de faire-valoir momentané). Le très expérimenté Ralph Fiennes remplace numériquement Judi Dench en tant que M, quand Ben Whishaw et Naomie Harris reprennent leur rôle, respectivement de Q et de Moneypenny, tandis que Rory Kinnear interprète à nouveau Bill Tanner. Andrew Scott joue C, un rôle trouble qui aurait pu être plus important si le personnage avait été plus marquant. Face à Bond, Dave Bautista poursuit sa percée dans le monde du cinéma en jouant un tueur physiquement impressionnant mais, lui non plus, pas vraiment marquant. Christoph Waltz l’est, lui, marquant, dans son rôle sombre et mystérieux, mais ce n’est pas une surprise tant le talent de l’acteur allemand et sa capacité à incarner des méchants n’est plus à prouver. Léa Seydoux est la seconde surprise du film. L’actrice française parvient à tenir tête à Daniel Craig et à se montrer largement au niveau dans certaines scènes, même si elle est aussi réduite à une simple jolie fille dans d’autres scènes. Monica Bellucci, Jesper Christensen et Marc Zinga complètent le casting.

Je l’ai dit et je le répète, je ne suis pas un inconditionnel de James Bond. Ce nouveau film m’aura néanmoins beaucoup plus convaincu que Skyfall. Je l’ai trouvé un divertissement de qualité, sans pour autant être une œuvre exceptionnelle. Le genre des films d’espions, comme d’autres, a été surexploité depuis quelques temps et peine à se renouveler. Par bien des aspects, j’ai eu l’impression de voir une version 007 de Rogue Nation.

Je me laisserai probablement tenter par le prochain film, en espérant qu’une nouvelle équipe donne un souffle nouveau à ce personnage majeur de l’histoire du cinéma, quitte à déplaire à certains fans.

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *