Vu! Avengers : Infinity War, de Anthony et Joe Russo.

12 septembre 2018

Vu! Avengers : Infinity War, première partie, de Anthony et Joe Russo.

Avengers : Infinity War

Voir sur Amazon

Thanos a entrepris de réunir les six pierres d’infinité pour rétablir l’équilibre dans un univers surpeuplé en éradiquant la moitié de la population totale au hasard. Après avoir récupéré les premières pierres, il fait route en direction de la Terre pour y glaner deux pierres manquantes. C’est justement sur Terre qu’Heimdall a envoyé Hulk en urgence après l’attaque par Thanos d’un convoi transportant les derniers Asgardiens, dont Thor, pour récupérer la pierre de l’Espace contenue dans le Tesseract subtilisé par Loki. Docteur Strange, surpris par l’arrivée de Hulk, contacte Tony Stark, qui était occupé à planifier son mariage avec Pepper, pour le prévenir de l’imminence du danger. Un danger tel que Iron Man est prêt à faire équipe de nouveau avec Captain America pour sauver la planète. Mais pour avoir une chance face à Thanos, il faudra faire plus que simplement réunir les Avengers.

Pendant ce temps-là, dans les confins de l’espace, un vaisseau se balade en diffusant de la pop-rock terrienne des années 70, et ses étranges occupants se chamaillent comme des enfants jusqu’à ce qu’ils tombent sur l’épave du vaisseau Asgardiens et son équipage flottant dans le vide sidéral.

Bon, après ce mini-résumé épique, inutile de préciser qu’Infinity War, comme on pouvait s’y attendre, est un joyeux bordel. L’idée, excellente s’il en est, est de réunir tous (ou presque) les personnages majeurs de l’Univers Cinématographique Étendu Marvel. Et ça commence à faire du monde. Il faut ensuite tous (ou presque) les caser dans un seul film sans que le spectateur ait l’impression d’être gavé.

On retrouve donc à peu près tous les personnages d’importance déjà croisé dans les précédents films (ou presque), ce qui fait un sacré monde. Le casting est dantesque, tellement dantesque que, puisque personne n’est profondément mauvais dedans, je vais juste faire l’impasse et me concentrer sur le film, si vous voulez bien.

Je trouvais que la qualité des films estampillés Marvel avait pris un coup dans la tronche ces derniers temps, non plus qu’ils étaient devenus nuls (comme Suicide Squad) ou même vraiment décevants (comme Justice League) mais juste que ça stagnait. Marvel, plus encore qu’une marque, c’est une méthode, une méthode qui produit de bons divertissements, mais qui manque souvent de susciter l’intérêt comme avait réussi à le faire le premier Avengers.

Cette méthode consiste à raconter des histoires simples, que tout le monde puisse suivre et comprendre sans difficulté (monde en péril, héros surmonte un peu d’adversité tout en faisant quelques blagues avant de sauver le monde), et de les enrober d’effets spéciaux spectaculaires pour en mettre plein les mirettes.

Civil War, même s’il répondait à ce cahier des charges, m’avait plutôt séduit et j’étais content de voir les frères Russo revenir pour un vrai Avenger. J’avais même bon espoir et les critiques très positives faites sur le film après sa sortie en salles m’ont conforté dans cette idée.

Les frères Russo font de l’excellent travail, tout en restant dans les clous. Ils arrivent à bien marier les différents personnages et univers, même si, puisque tous les films suivent la même méthode, il n’y a pas vraiment de décalage exceptionnel entre les différentes ambiances.

Visuellement, il n’y a rien à redire, les effets spéciaux sont évidemment dignes d’un gros blockbuster, puisque Avengers Infinity Way est un peu la baleine bleue des blockbusters.

Tout n’est pas parfait, certes, mais il aurait été irréaliste d’en demander plus. Compte tenu des attentes et des contraintes, j’ai passé un excellent moment devant Infinity War, ce qui n’est pas rien, encore moins pour un film de plus de 2h30. Je ne me suis jamais ennuyé, je n’ai pas trouvé le temps long et j’ai même beaucoup aimé la fin audacieuse.

Bon, j’avoue, j’ai quand même un peu peur de la pirouette à venir, même si les récentes déclarations de Christopher Markus et Stephen McFeely, les deux hommes derrière le scénario, tendant à me rassurer.

Indépendamment de ce que nous réservera sa suite (dont la sortie est prévu en mai 2019), Avengers Infinity War est, donc, une (très) franche réussite, un super-blockbuster qui a écrasé tous les records à sa sortie et qui, une fois n’est pas coutume, le vaut bien.

Fans du genre, vous l’avez (normalement) déjà vu. Moins fans du genre, si vous hésitiez à regarder ce film, il justifie à lui seul de regarder tous les autres.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *