Vu! Baby Driver, d’Edgar Wright.

18 novembre 2017

Vu! Baby Driver, d’Edgar Wright.

Baby Driver

Voir sur Amazon

Baby n’est pas un jeune homme comme les autres. Prodige derrière le volant, il sert de chauffeur pour des braquages afin d’éponger la dette qui le lie à Doc, un homme d’affaires véreux qui s’est pris d’affection pour lui. Ses écouteurs enfoncés dans les oreilles, Baby fait le boulot à contrecœur. Jusqu’au jour où il rencontre Debora, une serveuse dans un diner, dont il tombe aussitôt amoureux. Il n’a plus qu’une hâte, terminer son dernier boulot et changer de vie.

De prime abord, un film intitulé Baby Driver, ça ne m’attire pas. Ça ressemble à une comédie d’action bas de gamme mettant en scène Zac Efron.

Mais on me l’a chaudement recommandé. Par quelqu’un qui ne m’aurait jamais recommandé une comédie d’action bas de gamme mettant en scène Zac Efron.

Alors je me suis laissé tenté. Et je ne regrette pas.

Baby Driver est bien une comédie d’action, mais il suffit de s’y pencher d’un peu plus près pour comprendre que, derrière son titre trompeur, ça ne peut pas être un film bas de gamme.

Son réalisateur (et scénariste), déjà, n’est autre que le talentueux britannique Edgar Wright, à qui l’on doit les excellents Shaun of the Dead et Hot Fuzz, ou encore le très bon Scott Pilgrim (vs. the World). Ça situe un peu l’état d’esprit auquel on peut s’attendre.

Un coup d’œil au casting. Je vais revenir sur Ansel Elgort, qui tient le premier rôle, dans environ un paragraphe. Jon Hamm est un Mad Man, son look, son charisme, pas grand-chose à redire. Un autre Jon, à ses côtés, Jon Bernthal. The Punisher est parfait en braqueur violent, dommage seulement que son rôle soit aussi réduit. Kevin Spacey, malgré ses récents déboires personnels, est une valeur sûre, capable d’interpréter tout type de rôle, même celui d’un homme mûr qui prend un jeune homme sous son aile. Et que dire de Jamie Foxx, à part qu’il est tout à fait crédible en psychopathe fou de la gâchette.

Ansel Elgort est une vraie révélation. J’avais un peu peur en découvrant son visage poupin qu’il soit un peu lisse. Puis j’ai remarqué sa cicatrice. J’ai été tout à fait convaincu par son personnage, par son magnétisme taciturne. Le plus est l’ennemi du mieux et c’est une leçon qu’Ansel Elgort semble avoir déjà assimilée. Je ne me rappelle pas de lui dans Carrie, je n’ai pas vu la saga Divergente, ni les adaptations des romans de John Green, mais je vais le suivre dans les années à venir, c’est certain.

Lily James est l’autre révélation de ce film. La jeune femme possède un charme certain et même si sa relation avec Baby est un peu stéréotypée, elle fonctionne néanmoins. Eiza Gonzalez, c’est la version épicée. Sexy, aguichante, même, la Santanico Pandemonium d’Une Nuit en Enfer (la série) joue la compagne du personnage de Jon Hamm. Elle s’en sort très bien. J’ai hâte de voir ce qu’elle va donner dans le prochain film de Robert Rodriguez.

La musique est une partie très importante de Baby Driver. Déjà, le film rappelle un clip réalisé en 2003 par Edgar Wright, aussi parce que Baby écoute beaucoup de musique pour l’aider à surmonter un acouphène persistant. Comme un hommage, le reste du casting est composé de musiciens et chanteurs. Flea, des Red Hot Chili Peppers, joue un des braqueurs, Sky Ferreira prête ses traits à la mère de Baby. On retrouve également Big Boi, Killer Mike, Paul Williams ou Jon Spencer dans des petits rôles.

L’action est au rendez-vous. Les scènes de poursuites sont très bien réalisées, le rythme est soutenu et l’intrigue, si elle est plutôt classique, réussit à éviter les panneaux les plus gros. La fin, également, est intelligente et sensée, à défaut d’être déraisonnablement spectaculaire.

Et, en plus, il n’y a même pas Zac Efron au casting.

Si vous aimez les comédies d’actions, les films d’Edgar Wright, les voitures qui vont vite ou juste les divertissements de qualités, je vous recommande Baby Driver.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *