Vu! Bienvenue à Surburbicon, de George Clooney.

24 avril 2018

Vu! Bienvenue à Surburbicon, de George Clooney.

Bienvenue à Surburbicon

Voir sur Amazon

En 1959, Surburbicon est une petite ville résidentielle paisible où de bonnes familles américaines viennent élever leurs enfants. En tout cas jusqu’à ce qu’une famille noire vienne perturber la paix de ce petit paradis. Pour couronner le tout, les Lodge se font cambrioler. Nicky Lodge, seul enfant de la ville à avoir sympathisé avec le fils des nouveaux voisins, se réveille à l’hôpital après avoir été endormi au chloroforme par les cambrioleurs, et apprend que sa mère est morte. Margaret, la sœur jumelle de Rose, la femme de Gardner Lodge et la mère de Nicky, emménage pour aider la famille à se relever de cette tragédie. Pendant que la communauté s’en prend de plus en plus violemment à leurs voisins noirs.

Sur le papier, Bienvenue à Surburbicon a de quoi séduire. George Clooney à la réalisation d’un scénario des frères Coen avec Matt Damon, Julianne Moore et Oscar Isaac dans les premiers rôles.

Une histoire noire, racontée avec cette certaine légèreté qui est devenue une des marques de fabrique des frères Coen, où les rebondissements s’enchaînent bien.

Pourtant, ça ne marche pas vraiment.

Lorsque le film commence avec l’arrivée de cette famille noire dans cette ville de banlieue blanche, à une époque où le racisme était encore très ouvertement présent au quotidien, je me suis mis à attendre autre chose.

Il y a plusieurs moments intéressants. Certains même forts.

Mais ce n’est presque qu’un détail dans l’histoire principale, celle de la famille Lodge, qui subit traumatisme après tragédie. En apparence.

Mais ça ne marche pas.

Pourtant, Matt Damon est très bon en père de famille impitoyable et manipulateur, dans un genre qui ne lui ressemble pas. Julianne Moore est tout aussi bonne dans son double rôle de jumelles.

Noah Jupe est solide dans le rôle de Nicky, tout comme Oscar Isaac (même s’il n’apparaît que tard dans le film) et le reste du casting.

Mais ça ne marche pas.

La réalisation de George Clooney est largement au niveau. En même temps, ce genre d’ambiance, il connaît bien, pour avoir déjà travaillé avec les frères Coen. Les plans sont simples, la photo est réussie, les décors également.

Mais ça ne marche pas.

Et je ne sais pas vraiment expliquer pourquoi.

Peut-être parce que lorsqu’on comprend (assez rapidement) la direction que prend l’histoire, plus rien n’est jamais vraiment inattendu.

Peut-être parce que l’histoire des Mayers, bien que pleine de potentiel, passe complètement au second plan sans jamais être vraiment traitée.

Peut-être que l’histoire des Lodge aurait mieux marché sans celle des Mayers.

Toujours est-il que Bienvenue à Surburbicon ne tient pas ses promesses.

L’histoire est là, les acteurs sont là, les personnages sont là, la réalisation est là, mais la sauce ne prend pas et le film laisse un arrière-goût de gâchis. Sans être vraiment mauvais, Bienvenue à Surburbicon manque désespérément de ce petit truc en plus qui aurait pu en faire un film culte.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *