Vu! Brimstone, de Martin Koolhoven.

15 septembre 2017

Vu! Brimstone, de Martin Koolhoven.

Brimstone

Voir sur Amazon

Liz est une sage-femme muette vivant dans une petite ville de l’ouest américain avec son mari et leur deux enfants. Lorsqu’un nouveau révérend arrive en ville, Liz est aussitôt terrifiée. Une des femmes du village perd les eaux à la sortie de la messe et Liz fait de son mieux pour l’accoucher dans l’église, mais doit choisir entre sauver la mère ou l’enfant. Alors qu’elle tente de convaincre son mari de quitter la région, le mari de la femme accouchée, débarque à leur ferme alcoolisé, accuse Liz du meurtre de son bébé et demande justice. Le révérend le raisonne au moment mais plutôt que d’apaiser les craintes de Liz, elle s’introduit dans l’église en pleine nuit pour l’assassiner. Quand elle trouve la poupée de sa fille dans son lit, elle comprend à quel point sa famille est en danger.

J’avais mes doutes sur ce western franco-néerlandais (mais en fait américain). L’affiche, pourtant, fait envie. Mais je n’avais pas entendu parler de ce film et le casting laissant craindre un film assez générique. Je ne sais pas vraiment pourquoi je me suis laissé convaincre, peut-être parce que j’aime bien les westerns et que j’étais curieux de voir Kit Harington dans un rôle autre que celui de Jon Snow.

Quoi qu’il en soit, grand bien m’en a pris.

Brimstone est peut-être le meilleur film que j’ai regardé cette année.

Dès les premières minutes, l’accent est mis sur l’esthétisme, avec une première scène sous l’eau magnifique pendant qu’une jeune fille entreprend de nous raconter l’histoire de sa mère.

L’histoire est ensuite découpée en quatre chapitres. Tout se met en place petit à petit tandis que l’intrigue se dévoile sur un rythme assez lent, sans être long, jusqu’à une fin aussi noire que cohérente.

En fait, je n’ai pas grand-chose à dire sur Brimstone, à part que je l’ai trouvé presque parfait.

Je dis presque car il y a une scène qui m’a dérangé pour ses effets spéciaux moyens (une scène qui mélange immolation et défenestration pour ceux que ça intéresse). J’aurais également aimé que le personnage joué par Kit Harington soit plus développé, ou en tout cas je m’attendais à ce qu’il soit plus présent à l’écran.

Mais, à côté de ça, je n’ai rien à redire.

Guy Pearce est magistral dans son interprétation du révérend. Peut-être son tout meilleur rôle. Sa présence est magnétique et son soucis du détail (son accent est génial) font du révérend un des meilleurs méchants que j’ai vu depuis très longtemps. La structure du film permet également une évolution très intéressante de son personnage.

Dakota Fanning m’a complètement bluffé. Qu’on se le dise, je ne suis pas fan des sœurs Fanning. C’est un mélange de répulsion physique et d’agacement quant à leur jeu que je trouve plutôt moyen (voire soporifique). Toujours est-il que Dajota Fanning est ici méconnaissable. Et excellente.

Kit Harington et Carice van Houten ont deux rôles à la fois mineurs et d’importance pour la construction du personnage principal. Emilia Jones, Carla Juri, Paul Anderson, Ivy George, Jack Roth et William Houston complètent le casting.

Avec son histoire originale, son point de vue cru sur une époque dure et violente, son esthétisme travaillé, Brimstone est, pour moi, un grand western. J’ai adoré la prestation des acteurs, l’ambiance, la beauté sauvage des décors et la violence de plusieurs scènes marquantes.

Un gros, gros coup de cœur que je vous recommande vivement !

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *