Vu! Brooklyn Nine-Nine, saison 2.

6 mai 2016

Vu! Brooklyn Nine-Nine, saison 2.

brooklyn-nine-nine

Voir sur Amazon

Infiltré dans la mafia pour une mission périlleuse, Jake essaie d’oublier le fiasco de sa tentative de rapprochement avec Amy. Mais après tout c’est une sitcom, alors les rapprochements de fin de saison, on connait, c’est presque secondaire. Le fil conducteur de la saison est de toute manière enterré sous les péripéties de l’équipe du Nine-Nine.

Après une première saison très sympathique, j’ai retrouvé avec plaisir les personnages de la série. Comme souvent, j’ai de plus en plus de mal avec le personnage principal, le détective Jake Peralta, joué par Andy Samberg. Andy Samberg que j’avais découvert déjà dans un rôle loufoque lorsqu’il interprétait Cuckoo, dans la très bonne série (en tout cas la première saison) du même nom. Ici, ses mimiques facéties sont souvent exagérées et rapidement lassantes, même si elle font, parfois, mouche.

À mes yeux, ce sont les personnages secondaires qui font l’intérêt de Brooklyn Nine-Nine. Tous sont, sitcom oblige, caricaturaux. Joe Lo Truglio est Charles, le meilleur ami de Jake, son plus grand admirateur et fan de gastronomie ; Melissa Fumero est Amy Santiago, l’autre détective star du commissariat, cherche toujours l’approbation du capitaine ; Stephanie Beatriz est Rosa Diaz, une détective taciturne au caractère bien trempé ; Dirk Blocker et Joel McKinnon Miller sont les détectives Hitchcock et Scully, deux anciens du commissariats, réputés pour leur prétendue incompétence ; Chelsea Peretti est Gina Linetti, la secrétaire du capitaine, toujours scotchée à son téléphone, avide de potins et « spécialiste » en relations humaines ; Terry Crews est Terry Jeffords, le sergent en charge de l’équipe, il a un physique de bodybuilder et un grand cœur ; Andre Braugher est le (formidable) capitaine Ray Holt, un homme aussi droit qu’impassible, dont l’homosexualité a miné la carrière.

Comme toute bonne sitcom qui se respecte, une flopée de guest-stars font des apparitions dans différents épisodes, Eva Longoria, Kyra Sedgwick, Nick Cannon et Marc Evan Jackson ont des rôles récurrents, respectivement la petite amie de Jake, la rivale de Holt et son neveu, qui sort avec Rosa et le mari du capitaine ; Craig Robinson reprend son rôle de Doug Judy, Stephen Root et Sandra Bernhard interprètent le père de Charles et la mère de Gina, quand Bradley Whitford joue celui de Jake. On retrouve également Ed Helms, Patton Oswalt ou Garret Dillahunt, le temps d’une enquête.

À bien des égards, Brooklyn Nine-Nine est aux séries policières ce que Scrubs était aux séries médicales, une parodie loufoque qui repose essentiellement sur un ensemble de personnages qui fonctionnent très bien les uns avec les autres. Et puis il y a cette scène dans le dernier épisode de la saison qui, à elle seule, mérite qu’on regarde les deux premières saisons en entier.

La série est d’ores et déjà confirmée pour une quatrième saison alors que la troisième vient de se terminer récemment (oui, j’ai un peu de retard). Je continuerai de suivre, avec plaisir (et un léger décalage), les aventures du Nine-Nine et, si ce n’est pas encore le cas, je vous encourage à en faire autant !

serie-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *