Vu! Night Call de Dan Gilroy.
Films / 16 avril 2015

Vu! Night Call (Nightcrawler) de Dan Gilroy. Lou Bloom (Jake Gyllenhaal) est un oiseau de nuit. Il récupère ce qu’il peut pour se faire quelques billets. En tombant par hasard sur un accident de la route, l’idée lui vient de filmer les accidents en tout genre pour les revendre aux chaînes d’informations de Los Angeles. Pour faire son trou dans ce milieu compétitif, son absence de morale est un atout incontestable. Pour son premier film en tant que réalisateur, Dan Gilroy traite un sujet borderline, la quête des images sensationnelles sur le dos des victimes d’agressions ou d’accidents et leur traitement dans les médias, et, pour ce faire, utilise un personnage principal prêt a tout pour prévenir à ses fins sur fond d’un Los Angeles nocturne filmé crûment. Jake Gyllenhaal campe ici un psychopathe et démontré une nouvelle fois, si nécessaire, tout son talent. Il met mal a l’aise, voire dérange, le tout avec une facilité et un naturel déconcertant. Son interprétation de Lou Bloom fait froid dans le dos tant il est réaliste. Il lui suffit de sourire pour inquiéter. À ses côtés, Rene Russo (femme à la ville du réalisateur) joue une directrice de l’information d’une petite chaîne…

Vu! Magic in the Moonlight de Woody Allen.
Films / 13 avril 2015

Vu! Magic in the Moonlight de Woody Allen. L’histoire se situe à la fin des années 20. Stanley Crawford (Colin Firth), magicien et illusionniste connu sous le pseudo de Wei Ling Soo, est un homme aussi rationnel qu’acariâtre qui aime à démasquer les médiums. En conclusion de sa tournée, Howard Burkan (Simon McBurney), un ami d’enfance, magicien lui aussi, lui parle d’une jeune femme, médium, qu’il aimerait que Crawford aide à démasquer. Crawford le suit sur la Côte d’Azur pour exposer Sophie Baker (Emma Stone) et sauver la riche famille dont elle a séduit l’héritier. Mais dès les premiers moments, Crawford, la jeune femme le perturbe par les annonces qu’elle fait. Et Crawford se met à douter. Le scénario mêle légèreté et mystère, avec quelques rebondissements bien sentis dont Woody Allen à l’habitude. Sophie Baker est-elle une réelle médium ou juste une arnaqueuse particulièrement douée? Crawford est-il aigri ou seule désabusé? L’histoire donne envie, le casting encore plus, avec de très bons acteurs. Mais l’ensemble peine à prendre. On sourit sans vraiment rire. Les personnages, bien que charmants (à leur façon pour certains), manquent de ce petit quelque chose qui les rendraient réels. Le film se regarde sans mal, mais…

(re)Vu! « Very Bad Things » de Peter Berg.
Films / 7 avril 2015

(re)Vu! « Very Bad Things » de Peter Berg. Alors que la date de son mariage avec Laura (Cameron Diaz) approche, Kyle (Jon Favreau) part célébrer son enterrement de vie de garçon à Las Vegas avec ses meilleurs amis. Mais tout ne se passe pas comme prévu et les personnalités des uns et des autres se révèlent face à la tragédie. Pour son premier long-métrage, Peter Berg (qui a depuis réalisé « Le Royaume », « Hancock » ou encore « Battleship »), s’est vu offert un sacré casting pour l’époque. Aux côtés d’une Cameron Diaz en pleine ascension (et qui tournait la même année dans « Mary à Tout Prix ») et du futur réalisateur d’Iron Man, on retrouve Christian Slater, Daniel Stern, Leland Orser, Jeremy Piven d’Entourage ou encore Jeanne Tripplehorn. Le film n’a pas vieilli, on le retrouve avec plaisir, même en sachant où il nous mène. Une fois lancée cette course contre l’inévitable, les évènements s’enchaînent en rythme, entre trash et drôle, avec les préparatifs du mariage en toile de fond et la cérémonie comme une apothéose. C’est horrible, mais on ne peut s’empêcher de rire des malheurs des personnages. Chef d’oeuvre de la comédie noire de la fin du siècle dernier, Very Bad Things pose…

Vu! No Pain No Gain, de Michael Bay.
Films / 1 avril 2015

Vu! No Pain No Gain, de Michael Bay. Basé sur une histoire vraie, ce film raconte l’histoire des entraîneurs du « Syn Gym Gang », un groupe de bodybuilders ayant opérés dans les années 90 à Miami. À leur tête, Daniel Lugo (Mark Wahlberg), un entraîneur personnel pour qui le culte du corps est la priorité dans sa vie. Mais il veut plus, il veut la belle vie et il croit qu’il lui suffit d’aller la prendre. Il s’associe à deux collègues, Adrian Doorbal (Anthony Mackie) et Paul Doyle (Dwayne The Rock Johnson) pour kidnapper et séquestrer un de ses clients, Victor Kershaw (Tony Shalhoub), dans le but de lui dérober toutes ses possessions. Mais tout ne se passe pas comme prévu et les évènements ne feront que s’enchaîner pour les entraîner dans une spirale qu’ils ne parviendront plus à maîtriser. Une fois n’est pas coutume, Pain & Gain (titre original) est un des films à plus petit budget de Michael Bay. Et, après plusieurs années consacrées à la franchise Transformers, Michael Bay revient à la comédie d’action avec succès. La réalisation est musclées mais pas agressive outre-mesure. L’histoire est déjà écrite puisqu’il se base sur les coupures de presse de l’époque. Et…

Vu! Cet été-là, de Nat Faxon et Jim Rash.
Films / 28 mars 2015

Vu! Cet été-là, de Nat Faxon et Jim Rash. Duncan (Liam James) est un adolescent introverti. Il part en vacances dans une ville balnéaire de Cape Cod avec sa mère (Toni Collette) et le petit ami de cette dernière (Steve Carell), avec qui il ne s’entend pas. Duncan va découvrir un tout nouveau monde grâce à Owen (Sam Rockwell), qui travaille dans un parc aquatique. Grâce à ce mentor, il va s’ouvrir comme il ne l’aurait jamais pensée possible. Après avoir bossé ensemble sur le scénario de The Descendants, Jim Rash et Nat Faxon nous livrent un film très agréable sur le thème pourtant éculé de l’adolescence. On se met facilement dans la peau de Duncan pour vivre avec lui « Cet été-là ». Le casting est superbe, avec un Steve Carell en beau-père difficile, Toni Collette en mère faible, Sam Rockwell en mentor, mais également Maya Rudolph, Amanda Peet ou Allison Janney en voisine déjantée et d’autres encore. Bon moment garanti!

Vu! L’écume des jours de Michel Gondry.
Films / 24 mars 2015

Vu! L’écume des jours de Michel Gondry. Adaptation du roman éponyme de Boris Vian, le film raconte l’histoire de Colin (Romain Duris), un jeune homme riche qui partage son temps entre son ami Chick (Gad Elmaleh), obsédé par le penseur Jean-Sol Partre, et son cuisinier Nicolas (Omar Sy). Quand Chick annonce qu’il est tombé amoureux d’Alice (Aïssa Maïga), la nièce de Nicolas, Colin est jaloux et veut également rencontrer l’amour. C’est lors d’une soirée organisée par l’amoureuse de Nicolas, Isis (Charlotte Le Bon) qu’il rencontre Chloé (Audrey Tautou). Ils tombent amoureux et se marient. Mais leur bonheur n’est que de courte durée, puisque Chloé tombe malade, elle a un nénuphar dans le poumon. J’aime beaucoup Michel Gondry, j’ai vu la plupart de ses films et, à part « Be Kind, Rewind » (« Soyez sympas, rembobinez »), j’apprécie vraiment son travail. « L’écume des jours » m’a beaucoup fait penser à « Be Kind, Rewind » par son côté très décalé. Peut-être trop décalé. En tout cas à mon goût. C’est vraiment le genre de film qui polarise, on adore ou on déteste. Le début met immédiatement dans l’ambiance, on se croirait à un croisement entre Emir Kusturica et un Jean-Pierre Jeunet en début de carrière. Puis, très…

Vu! Dracula Untold, de Gary Shore.
Films / 13 mars 2015

Vu! Dracula Untold, de Gary Shore. En 1462, Vlad L’Empaleur est Prince de la Transylvanie. La région est en paix relative, mais des traces d’éclaireurs turcs sont retrouvées dans la forêt. Vlad remonte leur piste jusqu’au pic de la Dent Brisée, où il fait la rencontre d’une créature obscure. Quand le sultan Mehmet III lui réclame 1000 enfants pour son armée, en plus de son fils, Vlad décide de refuser et doit se préparer à la guerre. Malgré ses talents de guerriers, il sait que seul, il est impuissant face aux hordes turcs. Alors il va retrouver la créature, qui lui propose un marché. Bon, j’ai longuement hésité avant de regarder ce film. Mais j’aime les vampires (les vampires, j’ai dit, pas les trucs pailletés qu’on voit dans Twilight) et l’armure de Dracula avait l’air vraiment pas mal, alors j’ai tenté le coup. Quand j’ai vu que le film ne durait qu’à peine une heure trente, j’ai de nouveau été pris de doutes. 1h30, pour traiter du mythe de Dracula, ça fait un poil court à mon goût. Mais au final, c’est plutôt pas mal. Pour ses débuts comme réalisateur, l’inconnu Gary Shore (il n’a même pas de page Wikipédia)…

Vu ! Man on Fire, de Tony Scott.
Films / 8 mars 2015

Vu ! Man on Fire, de Tony Scott. Le film raconte l’histoire de John Creasy (Denzel Washington), un ancien agent de la CIA devenu alcoolique et dépressif. Grâce à un ancien collègue, il se fait engager dans une famille riche de Mexico pour devenir garde du corps d’une petite fille, Pita (Dakota Fanning). Grâce à elle, il reprend vie et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à ce que l’enfant soit kidnappée et Creasy envoyé à l’hôpital. Autant vous dire que quand il reviendra à lui, l’ami Denzel ne sera pas content. Bon, je sais, j’ai mis le temps à le voir, ce film de Tony Scott (le frère de l’autre) sorti il y a un peu plus de 10 ans maintenant. Et ce n’est pas faute d’en avoir entendu du bien. Mais bon, c’est dorénavant chose faite. Et, verdict, je suis mitigé. Il y a du bon : le duo Denzel Washington/Dakota Fanning qui fonctionne très bien, des seconds rôles pas nés de la dernière pluie, comme Christopher Walken, Mickey Rourke ou Radha Mitchell puis, ensuite Denzel, jouissif, en justicier impitoyable. Mais il y a aussi du moins bon, notamment une réalisation très nerveuse et…

Vu! Fury, de David Ayer.
Films / 3 mars 2015

Vu! Fury, de David Ayer. À la toute fin de la Seconde Guerre Mondiale, une bande d’américains en tanks patrouillent l’Europe pour buter du nazi. À la tête d’un tank, Wardaddy (Brad Pitt) doit aller protéger un carrefour perdu en pleine campagne pour permettre l’évacuation de personnel allié. Qu’on se le dise, ce film est, à l’image des autres films de David Ayer que j’ai vu (Bad Times, Au bout de la nuit) une déception. La présence de Brad Pitt (dans un rôle qui ressemble à une version édulcorée de celui qu’il tenait dans Inglorious Bastards) et d’un casting plutôt correct ne permet pas de faire oublier que ce film, même s’il est « original » dans le sens où il suit exclusivement une unité de tank(s), n’apporte pas grand-chose. Ça se regarde plutôt bien, sans être trop ennuyant, mais plusieurs choses sont bizarres. Les tirs, déjà, qui ressemblent à des traits de laser, avec des couleurs différentes pour les nazi et les alliés, et que dire des têtes qui explosent comme des ballons de baudruche dans les scènes de combat? Bref, faut vraiment avoir envie de le voir pour sacrifier les 2h et des bananes qu’il dure. PS : pour tous…

Vu! Stand by me, de Rob Reiner.
Films / 24 février 2015

Vu! Stand by me, de Rob Reiner. Datant de 1986, le film n’a pas vieilli. Il est adapté de la nouvelle « Le Corps », de Stephen King et raconte l’histoire d’un groupe de gamins qui partent en randonnée dans la ville fictive de Castle Rock (déplacée pour le film du Maine en Oregon) à la recherche du corps d’un enfant de leur âge porté disparu depuis plusieurs jours et qui aurait été aperçu mort par le grand frère d’un des gamins. On retrouve un casting composé de noms ronflants, avant qu’ils ne soient connus. Le personnage principal, Gordie, est interprêté par Will Wheaton, surtout connu par la suite pour son rôle de Wesley Crusher dans Star Trek Next Generation ; mais on retrouve aussi River Phoenix (frère de Joaquin et décédé très jeune), Jerry O’Connell (quand il était petit et gros) ou encore Kiefer Sutherland en loubard agressif, bien des années avant qu’il ne devienne Jack Bauer. Pour sa première adaptation de Stephen King (il réitérera plus tard avec Misery), Rob Reiner (Quand Harry rencontre Sally) signe une comédie dramatique sur le passage à l’âge adulte d’une groupe de jeunes adolescents qui font un voyage initiatique à la recherche du fameux corps….