Vu! Enemy, de Denis Villeneuve.
Films / 7 janvier 2015

Vu! Enemy, de Denis Villeneuve. Adam, un prof d’histoire enlisé dans une vie routinière, découvre, au hasard d’un film conseillé par un collègue de travail, un acteur qui lui ressemble trait pour trait. Intrigué, il mène l’enquête et fini par retrouver son double. Pour ne pas trop spoiler le film, je n’en dirais pas plus sur son intrigue. Ce que je peux dire, par contre, c’est que j’ai eu un peu de mal à savoir ce que j’avais pensé de ce film. L’utilisation des couleurs (souvent ternes), les thèmes abordés, la façon dont ils sont abordés, les acteurs, les scènes importantes, la fin, le sens du film. J’ai mis quelques heures à m’assurer que ce film était bien brillant. Car s’il ne dure qu’1h30, Enemy demande bien plus de temps (en tout cas pour moi) pour être digéré. C’est le genre de film auquel il faut repenser, qu’il faudrait revoir encore et encore et disséquer presque plan par plan. Je crois qu’il faut que je m’arrête là, pour ne pas risquer encore plus de vous dissuader de le regarder. Ce n’est pas Lucy, c’est certain. Et merci Denis Villeneuve pour ça! J’aime beaucoup ce réalisateur au talent certain. J’ai adoré « Incendies »,…

Vu! Le rôle de ma vie, de Zach Braff.
Films / 7 janvier 2015

Vu! Le rôle de ma vie, de Zach Braff. Aidan (Zach Braff) est un acteur qui galère. Son père, qui paie habituellement l’école privée de ses petits-enfants, lui annonce qu’il ne peut plus à cause de son cancer et du traitement. Aidan se retrouve donc à devoir faire l’école à domicile à ses enfants, plutôt que de les mettre dans une école publique de troisième zone pour terminer l’année. Il en découvrira plus sur lui-même qu’il n’aurait pu l’imaginer. Scrubs fait partie de mes séries cultes et il y est pour beaucoup (d’ailleurs ça fait plaisir de le retrouver face à Donald Faison, son ancien compère de la série, le temps d’une scène ou deux). J’avais également adoré le désormais culte Garden State. J’attendais donc avec impatience ce dernier film porté à bout de bras par l’acteur, qui est aussi réalisateur, scénariste (avec un de ses frères) et producteur. Feel good movie sur fond de deuil (un des sujets centraux chez Zach Braff), le film est agréable à regarder, drôle, attendrissant, émouvant. Il parle des rêves, de la religion, de la mort, de la vie. Ce n’est pas du calibre de Garden State, mais la barre avait été mise très…

Vu! Les poings contre les murs, de David Mackenzie.
Films / 5 janvier 2015

Vu! Les poings contre les murs, de David Mackenzie. Eric (Jack O’Connell) est un jeune garçon violent emprisonné dans une prison pour adultes où il retrouve son père, condamné de longue date et incapable d’amour. Arrogant et violent, Eric ne se fait pas que des amis dans cet univers dur et impitoyable. Heureusement, il peut compter sur Oliver (Rupert Friend), le psychologue du centre pénitencier. Avec une ambiance froide qui m’a rappelé la (très très bonne) série Oz, ce film coup de poing (jeu de mot intentionnel) reclasse tous les films de prison que j’ai pu voir jusque-là. On s’y sent, on y est, là, avec lui. Dès le début, quand on rencontre Eric et qu’on ne sait pas encore si on doit l’aimer ou le détester. Eric, un jeune homme perdu dans un univers trop violent pour y évoluer sereinement. Du très très bon!!

Vu! Tom à la ferme, de Xavier Dolan.
Films / 4 janvier 2015

Vu! Tom à la ferme, de Xavier Dolan. Tom est un citadin travaillant dans la publicité, qui se rend à la campagne pour assister aux funérailles de son amant. Sauf que la mère de ce dernier ignore tout de leur relation. Elle croit son fils en couple avec une certaine Sara, qui brille par son absence à la cérémonie. Francis, le frère du disparu, menace d’entrée Tom pour l’empêcher de révéler la vérité à sa mère. Un jeu sadique s’engage entre les deux, sur fond d’attirance interdite et d’homophobie. Je voulais regarder un film de Xavier Dolan depuis quelques temps. C’est désormais chose faite avec ce Tom à la ferme, adaptation de la pièce de théâtre du même nom. Bon, on ne va pas se faire mentir, je n’ai pas adoré. Je pense que Xavier Dolan est talentueux, aussi bien en tant qu’acteur, avec un charisme indéniable, qu’en tant que réalisateur. C’est l’histoire, ici, qui ne m’a pas transportée. J’ai eu un peu de mal à voir les pièces du puzzle se mettre en place et j’ai trouvé que les intentions des différents personnages n’étaient pas forcément très claires, ce qui m’a empêché de m’investir pleinement. Je tenterai à nouveau…

Vu! Mister Babadook, de Jennifer Kent.
Films / 3 janvier 2015

Vu! Mister Babadook, de Jennifer Kent. Amelia (Essie Davis), une ancienne auteure de livres pour enfants, élève seule Samuel, son fils de six ans. Veuve du père de l’enfant, décédé dans un accident de voiture en la conduisant à l’hôpital pour accoucher, Amelia a beaucoup de mal à contrôler son fils, violent et agressif, dont l’obsession est de protéger sa mère des monstres. Quand ils tombent sur un livre intitulé Mister Babadook et entament une lecture inquiétante, leur vie prend une toute autre tournure. Film d’horreur australien étrange, récompensé à de nombreux festivals et ayant recueilli d’excellentes critiques, Mister Babadook joue sur le côté psychologique plus que sur un enchaînement d’effets longuement éprouvés. En ce qui me concerne, le film ne m’a pas fait peur, les rares effets spéciaux ne sont pas toujours d’une excellente facture puisque ce film indépendant a été réalisé avec un budget réduit. Mais j’ai beaucoup aimé le côté psychologique de l’histoire, cette mère fatiguée qui craque mentalement devant un enfant qu’elle sent lui échapper.

Vu! Transformers : l’Âge de l’extinction, de Michael Bay.
Films / 29 décembre 2014

Vu! Transformers : l’Âge de l’extinction, de Michael Bay. Le film se passe quelques années après le dernier volet. Exit Sam Witwicky, le film suit un nouveau personnage, un inventeur nommé Cade Yeager (Mark Wahlberg). Il tombe sur un vieux camion qui se révèle être Optimus Prime. Alors que les Transformers sont bannis et chassés, la CIA déboule chez Wahlberg et menace Tessa (Nicola Peltz), sa fille adolescente. Optimus décide d’intervenir et les fugitifs s’échappent avec le petit ami de la miss. À partir de là, des voitures se transforment en robots, des robots se transforment en avion, tout ça tout ça. C’est spectaculaire, pas de doute, mais c’est au moins aussi long (2h40) que dénué de sens. Et puis je sais pas si c’est un effet de mode, mais j’ai l’impression de voir beaucoup de film à spectacle où le réalisateur oublie certains passages de scènes. Sur un plan, Optimus Prime est en mode robot, sur l’autre il est en mode camion, et les deux plans se suivent. Comme si je commençais une phrase par « Hier soir j’ai » et que je la finissais par « aux cheveux ». On se doute bien de ce qui s’est passé au milieu (« un peu…

Vu! Triple Alliance, de Nick Cassavetes.
Films / 22 décembre 2014

Vu! Triple Alliance, de Nick Cassavetes. Carly (Cameron Diaz) tombe amoureuse de Mark King (Nikolaj Coster-Waldau), qui se révèle être le mari infidèle de Kate (Leslie Mann). Les deux femmes décident de piéger leur énergumène de mari/amant. Pour ce faire, elles s’allient à la dernière conquête en date de monsieur, Amber (Kate Upton). À part la plastique avantageuse de Kate Upton, pas grand chose à retirer de ce film qui tombe à plat, malgré son casting pourtant bien rodé aux comédies. Cameron Diaz est fade, Leslie Mann à la limite de l’hystérie et Kate Upton, la pauvre, pas vraiment à l’aise. On notera, pour l’anecdote, que c’est également la première apparition de Nicki Minaj au cinéma.  J’attendais (beaucoup) mieux, d’autant plus que Nick Cassavetes nous a habitué à mieux. À ne regarder que si vous avez particulièrement envie de perdre 1h45 de votre vie, ou comme fond sonore pendant que vous remplissez une grille de sudoku ou étendez le linge…

Vu! La vie rêvée de Walter Mitty, de Ben Stiller.
Films / 21 décembre 2014

Vu! La vie rêvée de Walter Mitty, de Ben Stiller. Walter Mitty (Ben Stiller) est un homme timide, qui travaille au service photo du magazine Life. Il est amoureux d’une collègue de travail (Kristen Wiig) qu’il essaie de draguer sur un site de rencontre en ligne. Toute la journée, il enchaîne les rêveries dans lesquelles il est un héros. Jusqu’au jour où il doit retrouver un cliché du grand Sean O’Connell (Sean Penn) pour la couverture de la dernière parution du magazine dans sa version papier. Du jour au lendemain, Walter qui n’a jamais vécu s’embarque pour une aventure qui l’emporte au Groenland, en Islande ou encore en Afghanistan sur les traces du photographe. Les images sont belles, les acteurs sont bons. Mais je n’ai pas été emporté. Il y a trop d’incohérences, trop d’improbabilités. Le début est plutôt bon, rappelant un peu « L’incroyable destin de Harold Crick » dans l’ambiance, mêlé avec des scènes décalées plutôt bien foutues. Le seul réel intérêt que j’ai trouvé à la seconde partie du film, ce sont les paysages que traverse Ben Stiller. Ça se laisse regarder, hein, mais j’attendais mieux, beaucoup mieux…