Vu! Harry Potter et la Coupe de Feu, de Mike Newell.
Films / 10 février 2018

Vu! Harry Potter et la Coupe de Feu, de Mike Newell. Harry se réveille en sursaut après un cauchemar où il rêve du retour de Voldemort. Arthur Weasley, chez qui il séjourne, emmène les enfants à la Coupe du Monde de Quidditch avec un collègue du Ministère de la Magie et son fils, Cedric Diggory, également élève à Hogwarts. Mais l’événement majeur est brutalement interrompu par une attaque des Death Eaters, qui laissent la Dark Mark, annonçant le retour de leur maître. De retour à Hogwarts, Dumbledore annonce la tenue du Triwizard Tournament, un tournoi faisant s’affronter les meilleurs éléments des trois écoles de sorciers que sont Hogwarts, Beauxbatons et Durmstrang. Un représentant de chaque école est désigné pour participer à cette compétition dangereuse. Sauf que cette année, la Coupe de Feu désigne un quatrième participant. Après Harry Potter et le Prisionnier d’Azkaban, je me demandais à quel point le réalisateur pouvait avoir un impact sur la qualité d’un film (d’autant plus quand le film fait partie d’une saga). Harry Potter et la Coupe de Feu m’a donné un bel élément de réponse. Je pensais également la saga Harry Potter définitivement lancée et j’avais hâte de découvrir la suite. J’ai…

Vu! Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, d’Alfonso Cuaron.
Films / 7 février 2018

Vu! Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, d’Alfonso Cuaron. Une nouvelle fois maltraité par les Dursley, Harry se rebelle en faisant gonfler Marge, la sœur de Vernon, puis s’enfuit. Il prend un bus magique, qui l’emmène au Leaky Cauldron. Il y retrouve Hermione et les Weasley, et apprend l’évasion d’Azkaban de Sirius Black, sorcier qui aurait trahi ses parents pour Voldemort. Supposant que Sirius Black va chercher à se venger d’Harry, Hogwarts est encadrée par des Dementors, les gardiens d’Azkaban, mais ceux-ci s’en prennent à Harry durant un match de Quidditch et manquent de le tuer. Alors que l’année touche à sa fin, des attaques mystérieuses se produisent dans l’enceinte de l’école, laissant penser que Sirius Black a réussi à s’y infiltrer. C’est dingue ce qu’un simple changement de réalisateur peut apporter. Exit Chris Columbus, réalisateur des deux premier opus, remplacé par le talentueux Alfonso Cuaron. Le réalisateur mexicain parvient à installer une ambiance sombre et plus adulte dès les premières minutes. Même la séquence chez les Dursley n’est pas insupportable. Mieux, elle devient sympathique. Les effets spéciaux sont beaucoup mieux travaillés et apportent au film au lieu de le desservir. Même le personnage de Dumbledore, que je surnommais le Gandalf…

Vu! Ça, Premier Chapitre, d’Andrés Muschietti.
Films / 30 janvier 2018

Vu! Ça, Premier Chapitre, d’Andrés Muschietti. En 1988, dans un Derry pluvieux, Bill Denbrough fabrique un bateau en papier pour Georgie, son petit frère. Georgie, vêtu de son imperméable jaune, profite aussitôt de l’eau qui ruisselle le long des trottoirs pour le tester. Lorsque le bateau tombe dans une bouche d’égout, Georgie essaie de le récupérer, pour ne pas se faire gronder par son frère. Il découvre alors un clown, dissimulé en partie dans l’obscurité, qui l’invite à récupérer son jouet. Quelques mois plus tard, en 1989, au moment de la fin d’année scolaire, alors que plusieurs adolescents se préparent aux grandes vacances et que de nouvelles disparitions d’enfants sont signalées à Derry, Bill n’a pas abandonné l’espoir de retrouver son petit frère vivant. Avec le club des Ratés, tous témoins de l’existence du clown, il décide de retrouver Georgie. Ça est un des romans de Stephen King les plus populaires. Il avait déjà eu droit à une adaptation en 1990, sous le titre « Il est revenu« , un double téléfilm (comme c’était la norme à l’époque pour les adaptations des romans fleuves du Maître) (re)diffusé tous les ans sur M6 pendant des années. Un téléfilm qui a marqué des générations…

Vu! Harry Potter et la Chambre des Secrets, de Chris Columbus.
Films / 24 janvier 2018

Vu! Harry Potter et la Chambre des Secrets, de Chris Columbus. De retour chez son oncle et sa tante, le jeune Harry n’a reçu aucun courrier des vacances. Pire, ses tuteurs refusent de le renvoyer à Hogwarts. Surtout après qu’Harry ait gâché un repas important aux yeux de son oncle, le soir de son anniversaire. Le vrai responsable est Dobby, un elfe de maison qui cherche à empêcher Harry de retourner à l’école car un grand danger pèse sur lui. Ron et ses frères viennent sauver Harry, prisonnier dans sa chambre, grâce à la voiture volante de leur père. De retour à Hogwarts, Harry, Ron et Hermione rencontrent Gilderoy Lockhart, le nouveau professeur de l’école, célèbre pour les nombreuses autobiographies de ses exploits. Rapidement, Harry entend une voix et découvre un message écrit avec le sang de Mrs. Norris, le chat de d’Argus Filch, indiquant que la Chambre des Secrets est ouverte. Avec ses amis, ils mènent l’enquête pour retrouver l’héritier de Salazar Slytherin, l’un des quatre fondateurs de l’école et seule personne capable d’ouvrir la Chambre des Secrets pour libérer le monstre qui y est enfermé. Sorti seulement un an après Harry Potter à l’École des Sorciers, cette suite,…

Vu! Harry Potter à l’école des sorciers, de Chris Columbus.
Films / 17 janvier 2018

Vu! Harry Potter à l’école des sorciers, de Chris Columbus. Albus Dumbledore, un grand sorcier, accompagné de Minerva McGonagall et Rubeus Hagrid, déposent un bébé orphelin nommé Harry Potter devant la maison de sa tante. Les années passent et Harry grandit dans un placard sous l’escalier, pris en grippe par la famille et moqué par son cousin Dudley. Peu avant son onzième anniversaire, Harry reçoit une lettre de l’école de magie et sorcellerie Poudlard. Mais son oncle la confisque, elle et toutes celles qui suivent. La famille finit par déménager, mais Hagrid les retrouve facilement. Il apprend au jeune Harry la vérité sur ses parents et l’emmène à Hogwarts pour qu’il y fasse sa rentrée des classes et commence son apprentissage. L’univers d’Harry Potter, que ce soit les livres ou les films, ne m’a jamais vraiment attiré. Mais je sais néanmoins reconnaître son importance dans la culture moderne. Je m’étais toujours dit que je les regarderai un jour. Et ce jour est arrivé. J’ai lancé ce premier volet de la saga avec une réelle appréhension. Après tout, le film à presque vingt ans et s’adresse à un public… disons qu’il s’adresse à un autre public. Une de mes réticences face…

Vu! Girlfriend’s Day, de Michael Stephenson.
Films / 6 janvier 2018

Vu! Girlfriend’s Day, de Michael Stephenson. Dans une ville où les écrivains de cartes de vœux sont célébrés comme des stars de cinéma, Ray était le roi de la romance et détenteur du record des ventes pendant trois années d’affilée. En manque d’inspiration depuis son divorce, il est viré par son patron et peine à remonter la pente. Mais lorsque le maire décide de créer une nouvelle fête, Girlfriend’s Day, et lance un concours ouvert à l’intention des écrivains de cartes de vœux, c’est l’occasion pour Ray de renouer avec la gloire. Avec son affiche de film noir et son casting mené par Bob Odenkirk, Girlfriend’s Day a de quoi susciter la curiosité. Si vous aimez le personnage de Saul Goodman et que vous avez Netflix, il y a fort à parier que vous êtes tombé sur cette production originale du site au N rouge. Et avec une durée de seulement 1h10 (moins le générique de fin), ça n’engage pas à grand-chose. C’est en tout cas ce que je me suis dit. Il y a pas mal de chose à dire sur ce Girlfriend’s Day. Et pas beaucoup en même temps. J’apprécie beaucoup Bob Odenkirk. Pour son rôle dans Breaking…

Vu! Dunkerque, de Christopher Nolan.
Films / 5 janvier 2018

Vu! Dunkerque, de Christopher Nolan. En mai 1940, au début de la Seconde Guerre Mondiale, plus de 400 000 soldats des troupes alliées sont encerclées par l’armée allemande dans la poche de Dunkerque. L’opération Dynamo est mise en place pour évacuer les soldats britanniques vers l’Angleterre. Tommy échappe de justesse aux combats. Sur la plage, il rencontre Gibson, puis Alex. Ensemble, ils tentent d’embarquer sur le prochain Destroyer pour l’Angleterre. Sur un port de plaisance anglais, M. Dawson, son fils, Peter, et son apprenti, George, préparent leur bateau, réquisitionné par la Royal Navy pour aller secourir les soldats. Collins et Farrier font partie d’un trio de pilotes de la Royal Air Force envoyés vers Dunkerque pour couvrir l’évacuation des soldats et les défendre contre les chasseurs et bombardiers allemands. Au moment de sa sortie, Dunkerque ne m’a pas du tout donné envie. Il faut dire que les histoires qui se déroulent durant la Seconde Guerre Mondiale, à moins qu’elles soient particulièrement originales ou très bien réalisées, ne m’attirent pas beaucoup. D’autant plus que j’ai l’impression que ce n’est souvent qu’un prétexte pour ressasser les mêmes événements, en prenant de plus en plus de liberté avec l’Histoire. Puis j’ai vu, ou…

Vu! Atomic Blonde, de David Leitch.
Films / 26 décembre 2017

Vu! Atomic Blonde, de David Leitch. Fin 1989, Lorraine Broughton est de retour à Londres après une mission périlleuse à Berlin. Elle est débriefée par deux officiers, du MI6 et de la CIA. Après l’exécution de Gascoine, un espion britannique dont elle était la maîtresse, elle est envoyée sur place pour récupérer une liste comprenant les identités des agents secrets en fonction des deux côtés du mur. Elle doit aussi identifier et éliminer Satchel, un agent double. Présenté comme un Jason Bourne au féminin, Atomic Blonde suit le mouvement actuel qui vise à donner les rôles-titres de films d’action à des femmes. D’ailleurs ce n’est pas pour me déplaire. On l’a vu, le héros inébranlable qui ne craint personne et tue tout le monde. Alors j’aime que les scénaristes à Hollywood fassent au moins semblant de se renouveler. Je ne connais pas le roman graphique The Coldest City, dont est tiré le film, mais qu’on se le dise, le scénario d’Atomic Blonde n’est pas le plus original ni le plus complexe. À vrai dire, il est même plutôt basique. Tout est orienté vers l’action. Ceci dit, l’action est plutôt bonne, avec des scènes bien chorégraphiées, qui font passer Charlize Theron…

Vu! Pire Soirée, de Lucia Aniello.
Films / 16 décembre 2017

Vu! Pire Soirée, de Lucia Aniello. Jess est une jeune femme ambitieuse qui se présente au sénat américain. Alors que les élections approchent et que son adversaire, un menteur misogyne, la devance dans les intentions de vote, elle part deux jours à Miami avec ses copines de la fac pour enterrer sa vie de jeune fille. Mais, très vite, les choses tournent mal et la soirée inoubliable risque bien d’avoir de lourdes conséquences. Qu’on se le dise, en choisissant de regarder ce film, je ne m’attendais pas à la meilleure comédie de l’année. En fait, j’espérais tout juste une bonne surprise. Mais bon, je suis un homme et Scarlett Johansson est à l’affiche de cette comédie. Je sais maintenant que ça ne doit pas être une raison suffisante. Pire Soirée est exactement le genre de film qu’il semble être : une comédie américaine fainéante, incohérente et lourde. J’aime beaucoup Scarlett Johansson. Je l’ai déjà dit, je le répète. Mais même son personnage de Jess ne parvient pas à être sympathique. J’avais envie de m’attacher à elle (parce que j’aime beaucoup Scarlett Johansson) mais je n’ai pas réussi. Comment croire à une femme qui se présente à un poste important et…

Vu! Get Out, de Jordan Peele.
Films / 13 décembre 2017

Vu! Get Out, de Jordan Peele. Chris Washington est un jeune photographe noir. En couple avec Rose depuis quelques mois, il s’apprête à rencontrer ses beaux-parents pour la première fois. Inquiet de leur réaction concernant sa couleur de peau, il est rassuré par sa compagne qui lui assure que ses parents ne sont pas racistes. Et d’ailleurs, les parents l’accueillent à bras ouverts dans leur grande maison à la campagne. Paradoxalement, l’ambiance bourgeoise le met mal à l’aise et ça ne va pas en s’arrangeant lorsque Chris apprend qu’une grande réunion de famille est prévue pour le lendemain. Mais ce n’est rien comparé au comportement étrange de Walter et Georgina, le jardinier et la servante, noirs, de la famille. Et Chris n’est pas au bout de ses peines. Jordan Peele est surtout connu pour ses sketchs comiques avec son compère Keegan Michael-Key. Mais, pour sa première réalisation, il signe un film d’horreur traitant du racisme. Alors dit comme ça, ça peut sembler étrange. Et même si Get Out reprend certains codes du film d’horreur, ce n’en est pas un à proprement parlé. Il y a bien cette ambiance de plus en plus inquiétante que le réalisateur sait parfaitement mettre en…