Vu! Mindhunter, saison 1.
Séries TV / 21 août 2018

Vu! Mindhunter, saison 1. À la fin des années 70, Holden Ford, un jeune instructeur du FBI à Quantico, s’intéresse aux déviances. Placé sous la supervision de l’agent spécial Bill Tench, responsable de l’unité des sciences comportementales, il parcourt le pays pour enseigner aux polices locales les méthodes du FBI. Ils en profitent pour interroger des criminels reconnus coupables de crimes violents dans le but d’essayer de percer leur pensée et d’arrêter les futurs tueurs. Rapidement dépassés par leur tâche, ils sollicitent l’aide de Wendy Carr, une universitaire spécialisée dans les comportements déviants, qui voit en leur projet l’opportunité de faire progresser ses propres recherches. Très vite, les méthodes particulières du trio leur attirent des ennuis, en même temps qu’ils parviennent à appliquer le fruit de leurs recherches pour résoudre des enquêtes en cours. J’avais entendu parler de Mindhunter au moment de sa sortie et la série avait naturellement trouvé sa place dans Ma Liste Netflix. Il faut dire qu’une série produite par Charlize Theron, mais surtout David Fincher, ça fait envie. Il suffit de jeter un coup d’œil à la filmographie du réalisateur américain pour voir qu’il n’a commis, au cours de sa carrière, aucune fausse note. Et quand…

Vu! Tomb Raider, de Roar Uthaug.
Films / 18 août 2018

Vu! Tomb Raider, de Roar Uthaug. Sept ans après la disparition de son père, le célèbre explorateur Richard Croft, Lara Croft, âgée de 21 ans, peine à se remettre. Elle refuse d’accepter la mort de son père ou de réclamer l’héritage qui l’attend, dont la reprise de l’entreprise familiale. Elle se contente de gagner sa vie comme livreuse à vélo à Londres. Mais lorsqu’elle se fait arrêter à la suite d’une course urbaine pour gagner quelques billets, elle est récupérée par Ana, une associée proche de son père, qui lui rappelle que si elle ne signe pas l’acte de décès de son père, elle pourrait tout perdre pour toujours. Finalement, Lara accepte de signer les papiers. Elle se voit alors remettre un ancien artefact, qui se révèle être une clef. Rapidement, elle découvre les travaux secrets de son père sur la légende d’Himiko et décide de partir sur ses traces pour comprendre ce qui lui est arrivé. Adolescent, j’ai très peu joué aux jeux Tomb Raider. Je ne suis même pas sûr d’avoir vu les deux premiers films avec Angelina Jolie – probablement pas. Mais, depuis, j’ai joué à Rise of the Tomb Raider, un jeu qui reprend les mêmes…

Vu! Mayhem, de Joe Lynch.
Films / 16 août 2018

Vu! Mayhem, de Joe Lynch. Derek Cho est un jeune employé ambitieux qui travaille dans un grand cabinet d’avocats. Enfin, c’est ce qu’il était à son arrivée dans l’entreprise. Pour grimper les échelons, il a dû bosser dur et surtout remiser ses valeurs au placard. La clef de son succès, il la doit à un vide juridique trouvé pour faire acquitter un client ayant commis un meurtre sous l’emprise du virus ID-7, surnommé Red Eye. Le virus Red Eye affecte les voies neuronales et abolissent les inhibitions, rendant les contaminés potentiellement très dangereux. Alors que le virus frappe l’immeuble du cabinet, qui est aussitôt mis en quarantaine par les autorités, Derek apprend qu’une rivale tente de lui faire porter le chapeau pour une faute qui n’est pas la sienne et pourrait lui coûter sa place. Pendant que la folie s’empare de ses collègues, Derek a huit heures pour exécuter sa vengeance. Je suis tombé sur ce film par hasard et j’ai été attiré par la présence de Steven Yeun au casting. Glenn était l’un de mes personnages préféré de The Walking Dead, et je suis toujours curieux de voir ce que les acteurs que j’ai bien aimé dans une série…

Vu! The IT Crowd, saison 2.
Séries TV / 14 août 2018

Vu! The IT Crowd, saison 2. Lorsque Deynholm Reynholm, le PDG de Reynholm Industries, apprend que les autorités sont dans l’immeuble et désirent le voir en rapport avec des malversations financières, il n’hésite pas, ouvre la fenêtre et se jette dans le vide. Son décès tragique semble sonner le glas du département informatique, mais c’est sans compter le retour inopiné de Douglas Reynholm, son héritier, qui reprend les rênes de l’entreprise. Amoureux de Jen, il essaie par tous les moyens de la mettre dans son lit. Pendant ce temps-là, Roy et Moss passent le temps comme ils peuvent, avec plus ou moins de succès. Ayant beaucoup aimé la première saison de cette sitcom britannique aussi drôle que particulièrement décalée, j’ai poursuivi avec sa deuxième saison. L’épisode d’ouverture, la Soirée Gay, est sans conteste mon épisode préféré de la série. Ça commence comme n’importe quel autre épisode de la série, avec une intrigue bizarre, qui prend place dans la cave qui sert de bureau au département informatique de Deynholm Industries. Puis il y a cette soirée gay, cette comédie musicale outrageusement ridicule et on se demande où ils veulent en venir. Et, enfin, il y a l’entracte. Je n’en dirais pas…

Vu! Preacher, saison 2.
Séries TV / 10 août 2018

Vu! Preacher, saison 2. Jesse Custer, Tulip et Cassidy quittent Annville après avoir contribué à réduire la petite ville à feu et à sang. Sur la trace de Dieu, ils décident de rejoindre New Orleans, Dieu étant amateur de jazz. Leur trajet n’est pas sans encombres, d’autant plus que le Saint des Tueurs traque Jesse et n’hésite pas à assassiner quiconque se dresse sur sa route. Jesse devra en plus faire face à une mystérieuse organisation d’hommes en blanc, tandis que Tulip est confronté à son passé et Cassidy, également, d’une autre façon. Preacher, c’était un de mes coups de cœur de l’année 2016 (ou 2017, selon qu’on compte quand je l’ai commencée ou terminée). Si j’ai mis autant de temps à regarder la deuxième saison, c’est que les séries diffusées sur Amazon Prime sont moins facilement accessibles que celles diffusées sur Netflix. Ou, peut-être, simplement que j’ai le réflexe de lancer Netflix plus que celui de lancer son équivalent Amazon. Peu importe. Je n’avais aucun doute que je voulais voir la deuxième saison de Preacher, c’était seulement une question de quand. Et, une fois que j’ai lancé le premier épisode, j’ai retrouvé l’ambiance noire et décalée qui m’avait tellement…

Vu! Grace and Frankie, saison 1.
Séries TV / 8 août 2018

Vu! Grace and Frankie, saison 1. Grace et Frankie n’ont rien en commun, à part peut-être le fait qu’elles se côtoient depuis des décennies, leurs maris étant partenaires dans un cabinet d’avocats. Grace a récemment pris sa retraite après avoir dirigé une entreprise de produits de beauté. Elle est élégante, soucieuse de son image et des convenances. Frankie est beaucoup plus libre, artiste hippie, elle donne des cours de peinture à d’anciens détenus, fait attention à ce qu’elle mange, pratique le yoga et a peur des tremblements de terre. Lorsque leurs maris leur annoncent qu’ils entretiennent une liaison depuis vingt ans et qu’ils désirent vivre leur amour au grand jour, Grace et Frankie deviennent colocataires par la force des choses et doivent apprendre à vivre ensemble. J’avais entendu du bien de Grace and Frankie depuis quelques années, si bien que je me suis décidé à visionner cette série crée et produite, entre autres, par Marta Kauffman, que les moins jeunes d’entre vous connaissent comme étant l’une des créatrices d’une certaine sitcom sobrement intitulée Friends. Grace and Frankie n’est pas l’histoire de jeunes trentenaires voisins de palier mais bien de deux hommes et deux femmes seniors. Le ton de la série…

Vu! Caroline Vigneaux quitte la robe.
Spectacle / 7 août 2018

Vu! Caroline Vigneaux quitte la robe. J’aime bien regarder des one man shows, même si je préfère le stand-up. Je préfère, de loin, les comedians américains aux humoristes français. Globalement, je trouve les comiques français trop lisses, et quand ils essaient de se démarquer, ça manque souvent de naturel. Ceci dit, je ne suis pas (trop) obtu. Et il y a plusieurs humoristes français (ou francophones) qui me font beaucoup rire. Des humoristes comme Bruno Salomone, Gaspard Proust, Fabrice Éboué ou Thomas N’Gijol, pour ne citer qu’eux. J’avais vu les affiches du spectacle de Caroline Vigneaux dans le métro parisien, il y a quelques années. Affiche très catchy, à n’en pas douter. Un ami m’avait conseillé ce spectacle, il y a aussi quelques années, mais moins. J’avais argué que je ne suis généralement pas fan des humoristes français, mais que si l’occasion se présentait, je jetterai un coup d’œil au spectacle. L’occasion s’est présentée, il y a quelques jours quand, en voulant regarder un épisode de Preacher sur Amazon Prime, j’ai vu l’affiche de Caroline Vigneaux. J’ai lancé le spectacle. Je vais commencer par ce qui m’a gêné. En fait, c’est à peu près le même défaut que je retrouve…

Vu! Black Panther, de Ryan Coogler.
Films / 1 août 2018

Vu! Black Panther, de Ryan Coogler. Après le conflit de Civil War faisant suite à l’assassinat de son père, T’Challa retourne au Wakanda pour être officiellement nommé roi après l’épreuve du challenge, où les différentes tribus qui forment le Wakanda peuvent le défier pour briguer le trône. M’Baku, chef de la tribu des Jabari, décide de défier T’Challa, privé pour l’occasion des pouvoirs de la Black Panther. T’Challa remporte le duel et soumet M’Baku plutôt que de le tuer, devenant par la même le roi incontesté. Son règne à peine débuté, T’Challa doit faire face au retour d’Ulysses Klaue, un marchand d’armes ennemi de longue date du Wakanda. Décidé à le stopper, T’Challa part à sa poursuite. Avant même de vous donner mon avis sur ce Black Panther, encensé par la critique, un mot sur son jeune réalisateur. Ryan Coogler, qui a aussi écrit le scénario du film, est un jeune réalisateur américain d’une toute petite trentaine d’années, qui est déjà aux commandes d’un blockbuster attendu par tout un peuple, et plus. Mais ce n’est pas son premier fait d’armes, car il a déjà réalisé (et écrit) Creed, le spin-off de Rocky, un film complètement casse-gueule sur le papier mais…

Vu! The Alibi, de Matt Checkowski et Kurt Mattila.
Films / 27 juillet 2018

Vu! The Alibi, de Matt Checkowski et Kurt Mattila. Après avoir tout appris de son mentor depuis porté disparu, Ray Elliott a monté une société fournissant des alibis aux personnes mariées souhaitant tromper leur conjoint. Il embauche la jeune et jolie Lola pour être son assistante après avoir été impressionné par sa capacité d’improvisation et séduit par son charme ravageur. Peu après, un de ses plus anciens clients, Robert Hatch, lui demande de retourner sur le terrain pour fournir un alibi à son fils, Wendell, qui part en week-end avec sa maîtresse juste avant son mariage. Lors du week-end, Wendell tue accidentellement sa maîtresse. Et, bientôt, Ray se retrouve avec un nombre grandissant de personnes désirant sa mort. The Alibi est sorti dans un anonymat complet de notre côté de l’Atlantique il y a un peu plus de dix ans. Comment je suis tombé dessus, dans ce cas, vous demandez-vous ? La réponse à cette question, comme souvent, est, tout simplement, par hasard. Ou presque. Après avoir regardé, et adoré, la première saison de Fargo, je me suis intéressé au passé de son créateur, Noah Hawley, et je suis tombé sur ce film, le seul qu’il ait écrit (en date)…

Vu! Detroit, de Kathryn Bigelow.
Films / 17 juillet 2018

Vu! Detroit, de Kathryn Bigelow. À l’été 67, à Détroit, une partie de la population afro-américaine descend dans la rue pour protester contre la ségrégation raciale, la violence policière et la guerre du Vietnam. Après plusieurs jours d’émeutes, de pillages, d’incendies et de coups de feu tirés contre les forces de l’ordre, la ville est au bord de la guerre civile. Les forces de police procèdent à des rafles en pleine rue et remplissent les cellules de la ville tandis que la police fédérale et la garde nationale sont appelées en renfort pour imposer un couvre-feu et tenter de maintenir l’ordre. Après un concert avorté, Larry Reed, le chanteur principal des Dramatics, décide d’aller passer la soirée à l’hôtel Algiers avec son ami Fred Temple pour faire la fête, en marge des affrontements. C’est dans ce même hôtel que Carl, pour amuser ses copains, tire des balles à blanc en direction des policiers qui sont stationnés près de l’hôtel. Les forces armées, menées par l’officier Krauss, croyant à la présence d’un sniper, débarquent à l’hôtel et, après avoir abattu Carl d’une balle dans le dos, entreprennent d’interroger à leur manière toutes les personnes présentes sur place. Pour la troisième fois,…