Vu! Marco Polo, Saison 1.
Séries TV / 15 avril 2015

Vu! Marco Polo, Saison 1. La série se situe durant la jeunesse de Marco Polo, pendant son séjour à la cour de Kubilai, le Khan de l’empire Mongol. Après le décès de sa mère, le jeune Marco rencontre enfin son père, Niccolo, grand marchand. Il part avec lui sur la route de la soie mais est fait prisonnier par les Mongols. Après une courte captivité, il se lie avec le Khan qui apprécie sa façon de décrire le monde et son sens de la narration. Marco Polo découvre alors une nouvelle culture et s’intègre tant bien que mal parmi les différents personnages qui entourent le Khan, se retrouvant malgré lui mêlé à des différents politique en pleine guerre contre la dynastie chinoise Song. Le site de streaming Netflix s’est imposé en très peu de temps comme une formidable maison de production de séries, avec à leur actif, et pour n’en citer qu’elles, « Orange is the new black » ou « House of cards ». Après en avoir entendu du bien, je me suis donc laissé tenté par « Marco Polo », créée par John Fusco. Et le verdict est mitigé. Il faut déjà séparer deux aspects : la réalisation et l’histoire. Côté réalisation, rien à…

Vu! Game of Thrones, saison 4.
Séries TV / 4 mars 2015

Vu! Game of Thrones, saison 4. Après avoir vu récemment la saison 3, il aurait été dommage de ne pas enchaîner avec la quatrième de la série tirée de la saga de George R.R. Martin et, ainsi, risquer d’oublier à nouveau l’intrigue et me perdre dans l’histoire. Cette fois, j’entame la saison sans le « Previously on… » et parfaitement au fait de qui est qui, qui fait quoi, qui est pote avec qui, qui cherche qui/quoi et qui veut tuer qui (je passe qui baise qui volontairement, mais je le sais aussi…). Et, comme c’est devenu une habitude, les épisodes s’enchaînent avec une facilité déconcertante, telle que ça donne presque envie de prendre une journée pour regarder la prochaine saison d’une traite. Oui, en ce qui me concerne, Game of Thrones c’est addictif à ce point-là. Les 50 minutes de moyenne que durent les épisodes passent à une vitesse folle et on a envie de savoir la suite, encore et toujours. Les acteurs, les intrigues, tout est d’excellente facture. Et les rebondissements aussi. Car GoT reste une des séries les plus imprévisibles de la télé américaine (si ce n’est LA plus imprévisible). Quand tant de séries s’évertues à protéger leurs personnages…

Vu ! The Leftovers, saison 1.
Séries TV / 15 février 2015

Vu ! The Leftovers, saison 1. Un 14 octobre tout ce qu’il y a de plus banal, 2% de la population mondiale disparaît soudainement. Trois ans plus tard, le chef de la police de Mapleton, NY, Kevin Garvey (Justin Theroux) essaie, comme le reste des habitants, de se reconstruire. Tous ont perdu quelqu’un et chacun essaie à sa manière de comprendre les événements ou de les oublier. Dès les premières minutes, nous sommes immergés dans cette petite ville de banlieue située dans l’état de New-York et nous devons faire nous-mêmes bon nombre de recoupements pour y voir plus clair dans la situation, comme, par exemple, découvrir qui sont les fameux GR, ces personnes habillées tout de blanc fumant des cigarettes à la chaîne (et dont la signification de l’acronyme ne nous sera livrée que plus tard). On veut apprendre à connaître les habitants et leur histoire, autant que l’on veut comprendre ce qui s’est réellement passé ce banal 14 octobre trois ans plus tôt. Adaptée du roman homonyme de Tom Perrotta (« Les disparus de Mapleton »), la série jouit de la présence du son écrivain dans l’équipe à l’origine du projet, ainsi que Damon Lindelof (connu surtout pour son travail sur Lost)….

Vu! Falling Skies, saison 3.
Séries TV / 15 février 2015

Vu! Falling Skies, saison 3. J’avais commencé à regardé cette série au moment de sa sortie (quand Spielberg s’était associé à plusieurs projets, dont l’éphémère Terra Nova) et j’avais trouvé la première saison plutôt moyenne. Beaucoup trop prévisible, les épisodes, le scénario, les personnages, tout était formaté à souhaits, preuve en étant la présence de Noah Wyle en personnage principal. On est censés croire que ce type représente le meilleur espoir d’une colonie humaine pour résister à l’invasion de la planète par des extra-terrestres. On est dans la merde. Après une première saison moyenne, la seconde saison avait relevé le niveau. Je reviens donc pour la troisième, deux ans plus tard et le résultat est sans appel : Falling Skies essaie de faire du bon, mais pour les grandes chaines nationales américaines, ce qui donne… du réchauffé, au mieux. Le genre de série où on a fortement envie de voir les aliens exterminer la race humaine une bonne fois pour toute, juste pour en finir avec la mièvrerie vue et revue qu’on nous ressort à la moindre occasion (« oui, on est petits et faibles et vous avez des gros flingues lasers qui tuent, mais on a du cœur ! »). Seul…

Vu ! Game of Thrones, Saison 3.
Séries TV / 12 février 2015

Vu ! Game of Thrones, Saison 3. Après un hiatus de quelques années, j’ai enfin visionné la troisième saison de la série culte adaptée de la saga fleuve de George R. R. Martin. J’avais adoré les deux premières saisons, puis j’avais accordé la priorité à d’autres séries. Je savais que ce n’était qu’une question de temps avant de m’y replonger, et à l’approche de la sortie en Blu-Ray de la quatrième saison, j’ai enfin pris le temps de rattraper une partie de mon retard. Il m’aura fallu un petit temps d’adaptation avant de bien resituer l’intrigue, les différentes (nombreuses) trames et ses personnages hauts en couleur. J’avoue avoir eu un peu de mal à bien visualiser qui est qui, qui est où et qui fait quoi, mais une fois que c’était fait, j’étais de nouveau pleinement immergé dans cet univers rappelant un Seigneur des Anneaux pour adulte. Toujours aussi sanglants et impitoyables, j’ai pris beaucoup de plaisir à enchaîner les 10 épisodes de cette troisième saison, avec ses quelques rebondissements chocs (dont beaucoup de scénaristes/auteur devraient s’inspirer) et ses développements à suivre. Game of Thrones confirme haut la main son statut de série culte, avec sa qualité vidéo digne d’un…

(re)Vu! Curb Your Enthousiasm, saison 1.
Séries TV / 6 février 2015

(re)Vu! Curb Your Enthousiasm, saison 1. Tournée comme un focumentaire, cette série décalée suit la vie de Larry David (co-créateur de la série Seinfeld). Et le moins qu’on puisse dire, c’est que son quotidien ressemble à un boomerang, tout ce qu’il fait lui revient dans la tronche tôt ou tard, le mettant systématiquement dans des situations ridicules ou gênantes, pour notre plus grand bonheur. À part la présence au casting de Cheryl Hines dans le rôle de sa femme, la série multiplie les apparitions de célébrités et notamment celles de ses anciens collègues de Seinfeld. Une série à l’humour particulier, qui a un peu vieilli mais ne perd pas son charme. Si vous avez aimé Seinfeld, vous aimerez Curb Your Enthousiasm.

Vu! Selfie.
Séries TV / 31 janvier 2015

Vu! Selfie. Eliza Dooley (Karen Gillan) est obsédée par son téléphone et les réseaux sociaux, au point de laisser l’humain de côté. Après une rupture humiliante, elle décide de se trouver de vrais amis et confie son destin à Henry (John Cho (quel chemin parcouru par John Cho depuis son apparition dans American Pie (et la popularisation du terme MILF))), expert en marketing pour redorer son image. Après avoir regardé les 13 épisodes de la première saison de Selfie (ce qui est déjà mieux que les dernières sitcoms que j’ai testé), je ne suis pas certain de mon avis. J’ai envie de dire que c’est sympa, que même si ce n’est pas LA sitcom qui tue sa race de mort, c’est plutôt bien écrit, plein de références pop (Eliza ressemble un peu à une version adulte de Tamara dans Awkward) et ça se laisse regarder. De toute façon, on s’en fout, puisque la série a été annulée (alors qu’on sait même pas encore si Henry et Eliza finiront ensemble…).

Vu! Californication, Saison 7.
Séries TV / 26 janvier 2015

Vu! Californication, Saison 7. Fin des aventures de Hank Moody et je dois dire que je n’en suis pas mécontent. J’avais adoré la première saison, avec un David Duchovny jouissif d’arrogance et de grossièretés, puis les saisons s’enchaînant, le niveau a lentement mais sûrement décliné jusqu’à cette septième et dernière saison. La saison tourne autour d’un Moody repentant qui souhaite enfin grandir, et qui se découvre un fils caché, conçu avant Becca. Entre un nouveau rôle paternel, une ex convoitée, des jeunes femmes prêtent à se jeter sur lui et son éternelle entreprise de reconquête de Karen, difficile pour Moody de garder la tête froide et de marcher en ligne droite. Grosse déception, beaucoup moins de nichons dans cette saison, ce qui était quand même la marque de fabrique de la série. Plus sérieusement, il était temps d’en finir, c’est désormais chose faite. On se rappellera plus vivement des premières saisons que des dernières, pour cette série qui aura quand même marqué son temps, si ce n’est seulement par son irrévérence.

Vu! Fargo, Saison 1.
Séries TV / 17 janvier 2015

Vu! Fargo, Saison 1. Créée par Noah Hawley, cette série reprend le principe du film des frères Coen, tout en ne conversant que quelques liens subtils avec ce dernier. L’histoire est donc originale. Comme pour le film, c’est une « histoire vraie » que l’on nous présente. Lester Nygaard (Martin Freeman) est un vendeur en assurance un peu loser dans Bemidji, une petite ville du Minnesota. Son petit frère réussit mieux que lui dans la vie et même sa femme se moque de lui. Après s’être fait cassé le nez par Sam Hess, un gros dur qui le martyrisait déjà à l’école, Lester croise la route de Lorne Malvo (Billy Bob Thornton), un tueur à gage qui lui propose de régler son problème. Sans le vouloir, Lester accepte et apprend le lendemain la mort de son ancien ennemi. Galvanisé, il tue sa femme dans un accès de colère et appelle Malvo à la rescousse. Au même moment, le chef de la police arrive chez Lester pour l’interroger et se fait dézinguer par Malvo. S’en suit l’enquête, menée par Molly Solverson, une adjoint pleine de jugeote, malgré Bill (Bob Odenkirk), le nouveau chef de la police, d’une incompétence affligeante. L’enquête mène Molly à…

Abandonné! Welcome to Sweden, saison 1.
Séries TV / 16 janvier 2015

Abandonné! Welcome to Sweden, saison 1. Bruce (Greg Poelher) quitte son job de comptable de star pour aller vivre en Suède avec sa femme. Choc des cultures, il doit s’adapter à une nouvelle vie, une nouvelle langue, de nouveaux codes et…. la mayonnaise ne prend pas. Le personnage de Bruce n’est pas sympathique, et, personnellement, je n’en avais rien à fout… pardon, faire, qu’il se fasse tailler par sa belle-mère (Lena Olin) et rabaisser subtilement par sa femme. Je n’ai pas ri, à peine souri. Seul point positif, les suédois parlent suédois. Abandonnée après 5 épisodes (pour me laisser une réelle chance de me faire changer d’avis) sur 10.