fbpx
Abandonné! You, saison 1.
Séries TV / 25 janvier 2019

You, c’est la nouvelle série phare de Netflix, lancée le jour de Noël. Un cadeau empoisonné ? You, c’est l’histoire d’un libraire new-yorkais à tendance psychopathe qui s’éprend et devient obsédé par Beck, une jeune et jolie cliente, aspirant écrivain. Plutôt que d’espérer la revoir ou de tenter de la séduire par des moyens disons classiques, comme le feraient n’importe qui d’équilibré, il va se mettre à la traquer, d’abord sur internet, puis dans la vraie vie, s’immisçant petit à petit dans son intimité. Il va l’épier depuis sa rue, la suivre à sa fac (comme s’il n’avait rien de mieux à faire de ses journées, genre bosser), arranger une rencontre fortuite, lui sauver la vie lorsqu’elle tombe, raide bourrée, sur les rails du métro en pleine nuit, se faire vomir dessus, en profiter pour subtiliser son téléphone portable, surveiller ses communications, s’introduire chez elle, la regarder coucher avant son plan cul régulier, avant de kidnapper ce dernier et de le séquestrer. Tout ça, pendant le premier épisode de 45 minutes. Autant dire que, pour moi qui aime les histoires qui prennent leur temps, c’était mal barré. Très mal barré, même. J’ai quand même regardé le deuxième épisode par acquis…

Vu! Bates Motel, saisons 4 et 5.
Séries TV / 15 janvier 2019

Norma devient de plus en plus inquiète pour Norman. Si elle continue de le défendre becs et ongles devant quiconque aurait quelque reproche à lui faire, elle cherche néanmoins à lui trouver l’aide d’un professionnel. Leur confiance mutuelle l’un en l’autre en prend un coup, tandis que Norman peine à maintenir son emprise sur la réalité. La saison 3 de Bates Motel m’avait laissé sur ma faim. Il y avait quelques prémices de noirceur et d’audace, mais pas assez pour me pousser à regarder la quatrième saison dans la foulée. Je n’étais même pas sûr de la regarder un jour, de peur d’être définitivement déçu. Le fait que la série se termine à l’issue de la saison 5 m’a rassuré, et mon soucis principal était d’en finir. J’ai été agréablement surpris par la quatrième saison de Bates Motel. Très agréablement surpris, même. Certes, il reste des personnages faiblards, des arcs narratifs moyens, des raccourcis qui hurlent « série basique de network américain ». Mais, à côté de ça, il y a la relation entre Norman et Norma, plus malsaine et dérangeante que jamais. Il y a aussi un gros travail sur l’ambiance, sur les visages, les expressions faciales, les jeux de regard,…

Vu! The Ranch, sixième partie.
Séries TV / 29 décembre 2018

Les jours passent et Rooster demeure aux abonnés absents. Si Beau tente d’être rassurant, Colt sent que quelque chose d’important s’est passé. Après avoir parlé à Mary, il confronte Nick et manque de finir en prison. Mais au lieu d’être calmé, il est plus déterminé que jamais à retrouver son frère. Depuis sa deuxième partie (la première m’avait déçu), on peut dire que je suis fan de The Ranch et des tribulations de la famille Bennett. Cette partie 6 est néanmoins particulière. Certes, on retrouve l’Iron River Ranch de Beau, qui a hérité de Colt comme nouveau voisin. Mais cette nouvelle partie est surtout marquée par la disparition de Rooster, Danny Masterson ayant été viré de la série suite à des accusations d’agression sexuelle portées à son égard. Pourtant, même si Danny Masterson n’apparaît pas à l’écran, Rooster est quasi omni-présent durant les premiers épisodes, ce qui donne un ton bien plus sombre et plus sérieux à ce qui, à la base, est supposé être une sitcom parodique de l’Amérique profonde. L’ambiance se détend peu à peu au fil des épisodes, mais jamais beaucoup et jamais pour très longtemps. L’absence de Danny Masterson oblige Ashton Kutcher et Sam Elliott à…

Vu! White Gold, saison 1.
Séries TV / 21 novembre 2018

Vu! White Gold, saison 1. Au milieu des années 80, dans une petite ville de l’Essex, Vincent Swan, marié et père de deux enfants, perd son emploi. Il s’improvise alors vendeur de fenêtres double-vitrages après avoir compris qu’il était capable de vendre n’importe quoi à n’importe qui. Il devient rapidement le meilleur vendeur de l’entreprise de fenêtres Cachet et le succès lui monte à la tête. Entre les magouilles et un train de vie indécent, il vit sur le fil du rasoir et prend le risque de tout perdre. L’idée, en lançant cette (fausse) production Netflix, était de trouver une série transitoire, de format court et avec peu d’épisodes. Avec 6 épisodes d’environ trente minutes, White Gold remplit le carnet des charges. En plus, c’est une série britannique et j’ai un faible pour les séries britanniques. Malheureusement, je n’ai pas été emballé. Principalement à cause d’Ed Westwick. Ou plutôt de son personnage de Vincent Swan, qui ressemble à une version cheap et sans charisme de Leonardo Di Caprio dans Le Loup de Wall Street. Pire encore, il incarne exactement le type d’êtres humains que j’abhorre. Je suis quand même allé au bout de la saison en espérant voir Vincent récolter…

Vu! The Haunting of Hill House.
Séries TV / 17 novembre 2018

Vu! The Haunting of Hill House. Pendant les vacances de l’été 1992, les Crain installent leur famille dans un ancien manoir en forêt, pour restaurer la demeure avant de la revendre. Mais, très rapidement, plusieurs événements étranges viennent perturber leurs plans et un accident tragique pousse le père à quitter précipitamment la maison avec ses cinq enfants. Plus de vingt ans après les faits, la famille est éclatée et reste profondément marquée par ce qui s’est passé à Hill House. Chacun doit vivre en combattant ses propres démons, et il faut une nouvelle tragédie pour réunir la famille à nouveau. Pas de suspense, sur ce coup-ci : The Haunting of Hill House est un gros coup de cœur, sans doute la meilleure série que j’ai vue cette année. En tout cas, je suis heureux d’avoir écrit et publié La Maison avant de regarder The Haunting of Hill House. Et de n’avoir jamais lu le roman éponyme de Shirley Jackson dont est tiré la série (même si maintenant, j’ai très envie de le lire). Certes, mon roman diffère de la série sur de nombreux points, mais ils sont également très proches sur d’autres. Outre la maison de « rêve » à l’écart de…

Vu! Forever, saison 1.
Séries TV / 6 novembre 2018

Vu! Forever, saison 1. June et Oscar forment un couple amoureux mais profondément routinier. June est partagée entre sa complicité avec Oscar et son désir de sortir de leur routine. Mais quand elle décide de bouleverser leurs habitudes, elle ne s’attendait pas à ce qu’ils se retrouvent dans une situation aussi imprévisible et inattendue. Sortie un peu dans l’anonymat sur Amazon Prime, cette série m’a tapée dans l’œil grâce à la présence au casting de Maya Rudolph. J’aime beaucoup Maya Rudolph, elle a un côté très naturel que j’adore et son charme très humain lui permet de passer du comique au dramatique très facilement. Si son titre est assez parlant, la série commence très lentement et il faut deux épisodes entiers pour entrer vraiment dans le vif du sujet. Deux épisodes qui nous permettent de découvrir la vie de couple de June et Oscar puis un peu mieux la façon dont fonctionne June. Bon, il m’est un peu difficile de parler de Forever sans la spoiler un minimum. Alors si vous n’avez pas vu la série et que vous compter la regarder, enregistrez cette page dans vos favoris et revenez-y quand ce sera fait. C’est bon ? Très bien. Le…

Vu! Maniac, mini-série.
Séries TV / 31 octobre 2018

Vu! Maniac, mini-série. Sous la pression de son père, Owen Milgrim doit témoigner et commettre un parjure pour éviter à son frère de faire de la prison. Schizophrène à tendance paranoïaque, il est submergé par la culpabilité et contrarié par les sentiments troublants qu’il éprouve pour sa belle-sœur. Encore plus fragilisé par la perte de son emploi, il décide de participer à un essai clinique qui a pour but de créer un traitement permettant de guérir tous les troubles psychiques. Annie est accroc à l’une des pilules administrées durant l’essai. En manque et sans argent, elle s’incruste dans l’étude pour avoir sa dose. Lorsqu’il la voit, Owen est persuadé qu’elle a été envoyée pour l’aider à sauver le monde. Maniac a beaucoup fait parlé depuis sa sortie, fin septembre dernier. Développée librement par Patrick Somerville à partir d’une série norvégienne du même nom, la série est réalisée par Cary Joji Fukunaga, à qui l’ont doit notamment la réalisation du bijou qu’est la première saison de True Detective. Plutôt que de faire miroiter une longue histoire complexe et une multiplication des saisons, Maniac est une mini-série inclassable, qui oscille selon les épisodes entre thriller psychédélique, drame, comédie noire, science-fiction et fantasy….

Vu! Modern Family, saison 8.
Séries TV / 16 octobre 2018

Vu! Modern Family, saison 8. Je vous fais un résumé ? Non, hein, on est d’accord. De toute façon, résumer une sitcom c’est un peu casse-gueule par définition. Et puis, pour tout vous avouer, j’ai beaucoup de retard sur mes chroniques et quand j’ai pris les notes (parce que bon, j’essaie quand même de faire les choses à peu près bien) concernant cette huitième saison des aventures des familles Pritchett-Dunphy-Tucker, j’ai laissé le résumé de côté. Comme ça, au moins, c’est dit. Entrons donc dès à présent dans le vif du sujet. J’ai moins accroché à cette saison qu’aux précédentes (et je notais déjà une tendance dans ce sens depuis une saison ou deux). En même temps, pas facile de continuer à se renouveler après autant d’épisodes (la saison débute à l’épisode 167 et se termine à l’épisode 188). Dans l’ensemble, c’est assez inégal. Tout n’est pas mauvais, fort heureusement, certains épisodes sont très réussis, voire même très drôles (je vous laisse les découvrir par vous-mêmes). Malheureusement, la plupart reposent sur des structures trop communes et surexploitent les personnages jusqu’à les caricaturer (encore plus qu’ils ne le sont habituellement). C’est d’autant plus dommage que c’est quand ils en font le…

Vu! The X-Files, saison 11.
Séries TV / 28 septembre 2018

Vu! The X-Files, saison 11. Scully a sombré dans le coma. Lorsqu’elle se réveille, elle met en garde Mulder et Skinner. L’homme à la cigarette est toujours vivant et il est aussi plus influent que jamais. C’est William, son fils, qui pourrait être la clef pour l’arrêter. Qu’on se le dise d’emblée, je suis un fan de X-Files. Cette série m’a marqué et, sur bien des aspects, elle fait partie de mon panthéon personnel des séries. Mais j’ai toujours préféré les épisodes uniques, avec des mystères jamais vraiment élucidés, que la trame faussement complexe, blindée de clichés, qui a pris de plus en plus de place au fil des saisons jusqu’à étouffer les Affaires Non Classées. Lorsque le retour de la série a été annoncé pour une saison 10, j’avais hâte de retrouver Mulder et Scully. Mon enthousiasme s’est rapidement heurté à la qualité de la série, très inégale. Alors quand cette onzième saison est sortie, j’ai rangé mes attentes de côté avant de lancer le premier épisode. Et j’ai bien fait car, pour moi, ce premier épisode est ni plus ni moins qu’une catastrophe. Des déductions surréalistes, des raccourcis grossiers, des rebondissements dignes des Feux de l’Amour. Du très…

Vu! Orange is the New Black, saison 6.
Séries TV / 21 septembre 2018

Vu! Orange is the New Black, saison 6. Après la fin des émeutes, les détenues de Litchfield sont transférées dans le quartier de haute sécurité situé sous la prison. Changement de décor et changement de règles, de nouvelles rivalités éclatent, d’anciennes sont réveillées, attisées par les gardiens qui tiennent les détenues responsables pour la mort de Piscatella. Le FBI s’en mêle, montant les filles les unes contre les autres pour faire tomber des boucs émissaires désignés par avance. Et, bien sûr, Piper a ses propres préoccupations. Même lieu, nouvelle prison. Vous vous rappelez de la prison max, située sous Litchfield ? Celle dont venait Piscatella et sa bande pendant les émeutes ? C’est là que se situe l’action de cette sixième saison d’Orange. J’aime le changement de décor, même s’il est un peu déroutant au début, car les nouveaux quartiers confère une aura un peu plus Ozesque à la série. Les gardiens sont plus violents, plus pervers aussi, ils organisent par exemple une fantasy league des détenus. Il faut un peu de temps pour assimiler ce nouvel environnement, les nouveaux personnages (dont nous n’avions jamais entendu parler avant) et les nouvelles dynamiques qui se mettent en place. On retrouve avec plaisir…