Lu! Les Assassins, de R. J. Ellory.
Romans / 3 avril 2018

Lu! Les Assassins, de R. J. Ellory. Quatre meurtres sont commis en une quinzaine de jours à New York, mais chacun est perpétré selon une méthode différente et dans un district différent, et donc traitées par quatre détectives différents. Quatre affaires distinctes qui ne semblent avoir aucun lien entre elles. Sauf pour John Costello, rescapé d’un tueur en série surnommé le Marteau de Dieu devenu documentaliste pour un journal ainsi que spécialiste en matière de tueurs en série. Il reconnait en chacun des meurtres la reproduction d’un meurtre plus ancien, attribué à de célèbres tueurs en séries. Lorsque la police découvre le lien grâce à un article en préparation, Ray Irving, détective solitaire du NYPD, est chargé de mener l’enquête. En collaborant comme il peut avec John Costello et en l’absence de grands moyens, il va devoir arrêter celui que l’on surnomme le Commémorateur dans sa folie meurtrière. Les Assassins est le premier roman de R. J. Ellory que je lis. Pourtant, le nom ne m’est pas étranger. L’écrivain britannique, au passé digne en soi d’un polar, récolte les louanges de nombreux lecteurs (lui-même y compris) pour ses romans. Pourquoi j’ai choisi de lire celui-là plutôt que Seul le Silence,…

Lu! Rien ne s’oppose à la nuit, de Delphine de Vigan.
Romans / 14 mars 2018

Lu! Rien ne s’oppose à la nuit, de Delphine de Vigan. À la suite du suicide de Lucile, sa mère, Delphine de Vigan décide d’écrire sur sa vie. Sur son enfance dans une fatrie nombreuse, sur sa vie d’adulte, ses amours, ses enfants, ses faiblesses, sa maladie. Sur sa famille aussi, sur les joies, les peines, les drames, les secrets. Sur l’écriture également, la mise en place d’un tel projet et tout ce que cela implique, personnellement. J’ai découvert la plume de Delphine de Vigan avec son roman Les Heures Souterraines, qui m’a immédiatement séduit, même si ce n’est pas mon genre de prédilection. J’ai aimé l’histoire, j’ai adoré la façon de la raconter. Lorsque D’Après une Histoire Vraie est sorti, je l’ai acheté sans hésité et l’ai dévoré avec plaisir, même si j’avais percé le mystère rapidement. J’ai aimé parce qu’au-delà de l’histoire, très personnelle, je retrouvais cette plume qui m’avait tant séduit. Mais j’ai rencontré Delphine de Vigan pour la première fois au moment où tout le monde parlait d’elle, après la sortie et le succès du roman autobiographique consacré à sa mère, Rien ne s’oppose à la nuit. J’ai été marqué par la couverture sobre, cette belle…

Lu! Les Impliqués, de Zygmunt Miłoszewski.
Romans / 28 février 2018

Lu! Les Impliqués, de Zygmunt Miłoszewski. Lors d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère de Varsovie et après une constellation familiale particulièrement éprouvante, l’un des participants, Henryk Telak, est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’œil. Le procureur Teodore Szacki est chargé de l’affaire. Si la première hypothèse d’un cambriolage ayant mal tourné est vite écartée, le procureur doit déterminer qui, des trois autres participants et du thérapeute, tous enfermés avec la victime, est le coupable. L’affaire se révèle rapidement plus complexe qu’il n’y paraît, avec ses pistes ténues et ses indices faibles, mais ça permet au procureur, las de son quotidien, de remettre à plus tard ses autres tâches. Sauf qu’à creuser pour trouver le coupable, Teo Szacki va mettre le doigt dans un engrenage qui pourrait vite le dépasser. J’ai pris ce roman policier un peu par hasard. J’ai trouvé la couverture originale et le résumé attractif. Il s’est rapidement avéré qu’il n’y a pas que la couverture qui est originale, mais également son personnage principal. Ou, plutôt, la fonction de son personnage principal. Des romans policiers, il y en a à la pelle. Ça commence avec un meurtre, puis les policiers remontent la…

Lu! Le Cycle de Barcil, 1 et 2, de Jean-Marc Dopffer.
Romans / 9 février 2018

Lu! Le Cycle de Barcil, 1 et 2, de Jean-Marc Dopffer. Nouvelle 1 – Orglin la Primitive. Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste. Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents. Nouvelle 2 – Étolien le Manchot. Étolien, un aventurier aussi taciturne que solitaire, est un étranger dans la cité du Val d’Aquelys, la capitale aux mille facettes du royaume de Tigyl. Traînant dans son sillage un passé chargé, le géant natif des contrées lointaines de l’Ouest vient tenter le sort là où tout reste possible, où chaque rencontre peut ouvrir une brèche dans le tissu du destin. Quelque chose se trame dans les rouages du pouvoir de Tigyl, le colosse le sent. Les ténèbres frissonnent là où le roi n’est plus vraiment le roi, où la loi n’est plus édictée que par…

Lu! L’Appel du Néant, de Maxime Chattam.
Romans / 3 février 2018

Lu! L’appel du Néant, de Maxime Chattam. Après les événements de La Conjuration Primitive et de La Patience du Diable, Ludivine Vancker se remet comme elle peut de ses traumatismes. Mais ce n’est que de courte durée, puisque pendant la traque d’un tueur en série devenu assassin pour le solde de terroristes, elle est faite prisonnière et se retrouve plus en danger que jamais. Alors que la menace d’une attaque massive pèse sur la France à l’approche de Noël, la SR de la Gendarmerie devra faire équipe avec la DGSI pour empêcher le drame de se produire. Il fut un temps où la sortie du nouveau Chattam me mettait en émoi. Et bien qu’on se le dise, ce temps est révolu. Que ta volonté soit faite a marqué un changement dans le style de l’auteur. Un roman noir à l’américaine, de qualité malgré une fin à mes yeux très décevante. Le Coma des Mortels s’était inscrit comme une nouvelle tentative de changer de registre. Cette fois-ci, j’avais été déçu d’un bout à l’autre. La saga Autre-Monde, dont j’avais bien aimé le début avant de trouver qu’elle stagnait grandement depuis plusieurs tomes, se sera achevée sans éclats. Le retour au polar…

Lu! La Dent du Serpent, de Craig Johnson.
Romans / 30 décembre 2017

Lu! La Dent du Serpent, de Craig Johnson. Lorsque Barbara, une des citoyennes modèles de Durant, raconte que des anges s’occupent des menus travaux chez elle, qu’il lui suffit de leur laisser à manger pour qu’ils fassent les réparations nécessaires dans sa maison, le shérif Walt Longmire décide de mener l’enquête. Une enquête rapide, simple et efficace, qui révèle que les anges sont en fait un ado mormon maigrichon prénommé Cord, qui squatte le cabanon de Barbara depuis quelques semaines. Mais l’affaire se corse lorsque débarque à Durant un vieil homme ressemblant comme deux gouttes d’eau à Orrin Rockwell Porter, pourtant décédé près d’un siècle et demi plus tôt. Et elle se corse encore plus lorsqu’elle met une communauté de mormons dissidents, armés jusqu’aux dents, sur la route du shérif du comté le moins peuplé de l’état le moins peuplé des États-Unis. Je l’ai déjà dit (sans doute) mais je le répète (peut-être). Je crois que la collection Neo-Noir des éditions Gallmeister (qui est devenue, si j’ai bien compris, la collection Americana) est une de mes préférées. À tel point que quand je me balade chez mon dealer d’histoires et que je croise une de ces couvertures noires à la sobriété…

Lu! Rêves d’Utica, de Roznarho.
Romans / 19 décembre 2017

Lu! Rêves d’Utica, de Roznarho. Le Ghetto, dans la Zone 3, est une ville surpeuplée où s’entassent des maisons en briques aux toits en taule. C’est là qu’a grandi Alyss, une adolescente aux visions prophétiques surnommée la Rêveuse. Poursuivie par le Singe, elle ne doit sa survie qu’à son père, l’Artificier, qui s’apprête à mener une révolte dans la Zone 1 pour permettre aux habitants de rejoindre Utica, la cité utopique fondée par Protée après la Dernière Guerre. J’ai découvert ce premier roman après avoir rencontré son auteure, Roznarho, lors d’une séance de dédicaces. Je me suis laissé convaincre par les promesses d’une quête initiatique dans une Afrique post-apocalyptique avec des humains augmentés, des cyborgs, une mystérieuse lumière bleue et des cannibales. Roznarho est une archéologue passionnée par l’Afrique. Et elle maîtrise ces deux sujets, aucun doute. La structure de son univers est diverse, précise et détaillée. Ses connaissances de la géographie et de l’Histoire le sont tout autant. Néanmoins, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Peut-être à cause du genre. Je savais que Rêves d’Utica est un roman de SF, évidemment, et c’est une des raisons qui m’ont poussé à le lire, j’aime bien varier…

Lu! Entre Deux Mondes, d’Olivier Norek.
Romans / 25 novembre 2017

Lu! Entre Deux Mondes, d’Olivier Norek. Adam est un flic syrien infiltré dans la police militaire pour le compte des rebelles. Redoutant d’avoir été démasqué, il organise le départ de sa femme et sa fille pour l’Europe. Il promet de les rejoindre au plus vite mais craint d’être exécuté avant d’avoir l’opportunité de partir. Finalement, une fenêtre s’ouvre et il traverse la méditerranée puis l’Italie et la France pour arriver à Calais, dans la Jungle, où il doit retrouver sa famille. Bastien est un policier français, récemment muté à Calais pour rapprocher sa femme de sa famille après le décès de son père. De sa rencontre avec Adam va naître une collaboration entre deux flics issus de deux mondes différents autour d’un meurtre dont personne à part eux ne se soucie. Olivier Norek, on ne le présente plus. Lieutenant de police judiciaire, il s’est fait connaître grâce aux aventures du capitaine Victor Coste. Si vous n’avez pas encore lu Code 93 et ses deux suites, Territoires et Surtensions, je vous encourage grandement à vous ruer sur cette trilogie captivante et implacable. Est-ce nécessaire de préciser le coup de cœur que j’ai eu pour ces trois romans ? Alors quand j’ai…

Lu! Mato Grosso, de Ian Manook.
Romans / 22 novembre 2017

Lu! Mato Grosso, de Ian Manook. Trente ans après avoir quitté le Brésil, Jacques Haret, écrivain bourlingueur, y revient pour être honoré après le succès de son roman en partie autobiographique se déroulant dans le Mato Grosso. Mais, à son arrivée à Pétropolis, dans la maison où Stefan Zweig a mis fin à ses jours, il se retrouve face à face avec son passé et comprend qu’il est tombé dans un piège. Il n’a pas été invité ici pour être honoré mais pour rendre des comptes. Débute alors un duel à mort entre un narrateur manipulateur et un personnage revanchard. Je me rendais chez mon dealer de livres habituel pour récupérer mon exemplaire du Bourbon Kid. Et puis je suis tombé (entre autres) sur cette couverture. J’ai beaucoup aimé la trilogie mongole de Ian Manook et son inspecteur au nom imprononçable, Yeruldelgger. Tellement qu’il était évident que j’allai lire ce nouveau roman. Pour avoir eu l’occasion de discuter avec le fort sympathique Ian Manook, je sais que le Brésil est un pays qui lui tient à cœur. Je ne suis donc pas surpris que sa nouvelle histoire s’y déroule. Par contre, j’ai été surpris par le changement de style. Exit…

Lu! Bourbon Kid, d’Anonyme.
Romans / 17 novembre 2017

Lu! Bourbon Kid, d’Anonyme. Les Dead Hunters n’ont pas l’habitude de faire dans la dentelle. En même temps, en tant que tueurs impitoyables à la solde de Scratch – le Diable – on ne s’attendrait pas à moins. Ils sont aussi un brin sûrs d’eux, ce qui peut leur jouer des tours. Surtout lorsque l’esprit de Caïn parvient à réveiller les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse en vue de lever une armée de goules, tuer une bonne fois pour toutes le Bourbon Kid et conquérir le monde. Bon, la saga du Bourbon Kid, on n’a plus besoin de la présenter. Depuis la parution du Livre Sans Nom d’Anonyme, les nouveaux volets sont attendus avec impatience par toute une cohorte de lecteurs en furie. Quand j’ai croisé la couverture de ce dernier opus dans ma librairie, je me suis jeté dessus comme un mort de faim. Tant et tellement que j’ai oublié que je n’avais toujours pas lu Sanchez : un conte de Noël, pourtant sorti il y a déjà quelques temps. Mais trêve de blablas. Anonyme, puisque c’est son nom, nous replonge directement dans son univers déjanté qui n’est pas sans évoquer celui, tout aussi déjanté, de Tarantino et Rodriguez, auquel…