Vu! Chris D’Elia : Incorrigible.

9 juillet 2016

Vu! Chris D’Elia : Incorrigible.

chris-d-elia-incorrigibleJ’ai découvert Chris D’Elia dans la sitcom Whitney, où il partageait l’affiche avec Whitney Cummings. En découvrant que Netflix avait ajouté un de ses stand-ups à la liste grandissante de performances déjà disponibles, je l’ai immédiatement ajouté à ma liste. Vu que j’aimais bien son personnage dans la série, j’étais curieux de le voir sur scène.

Puisque je n’en attendais pas grand-chose, je ne suis pas déçu par ce que j’ai vu. J’aime sa façon de parler, sa tenue générale et son auto-dérision. Il ne m’a pas fait rire autant qu’il se fait rire lui-même, mais j’ai trouvé plusieurs vannes vraiment bien trouvées et même originales. Ce qui n’était pas gagné, car Chris D’Elia, comme beaucoup de comiques de sa génération, s’attaque à des sujets vus et revus. Les relations hommes-femmes, le sexe et les enfants occupent une grande part de son set.

Malgré quelques lieux communs, il s’en sort plutôt bien en apportant une touche de loufoquerie à son approche très terre à terre. Il imagine également des situations pour le moins farfelues qui lui servent à illustrer son propos et sont rafraîchissantes.

Hormis les sujets de base, il revient sur plusieurs expériences personnelles. Comme un show qu’il a fait devant une douzaine de personnes et son engueulade avec une femme ressemblant à Blanka. Ou sa première visite à Miami et sa rencontre avec des cubains, avec leur comportement très particulier. Ou encore les habitudes d’un gang de motards russes aigris dans son quartier de Los Angeles.

Le passage qui m’a le plus fait rire est celui où il explique que le sport l’ennuie. Mais qu’il serait prêt à regarder la NFL si de vrais Ours affrontaient de vrais Lions. Il continue ainsi en jouant sur les noms des équipes professionnelles américaines pour composer des situations aussi amusantes que visuelles.

Comme beaucoup de comiques, il s’interroge et prête des pensées stéréotypées et incongrues à ses personnages, à qui il donne des voix ridicules. Voix qu’il n’arrive pas toujours à maîtriser, ce qui crée des moments assez drôles.. C’est parfois un peu simpliste, mais ses mimiques et son ton détendu font de lui un personnage attachant.

Malgré tout, et malheureusement, son spectacle n’est pas sans défauts. Il y a beaucoup de répétitions, des phrases ou des idées répétées à plusieurs reprises et qui perdent leur impact. Il y a aussi trop peu de liens entre ses différents sujets, c’est dommage car le seul qu’il y a fait mouche. Et je ne compte même pas l’avalanche de fuck (et ses dérivés) qui semble presque indispensable dès qu’on quitte la (trop puritaine) télévision nationale américaine.

Dans l’ensemble, Incorrigible de Chris D’Elia est un spectacle sympathique, surtout grâce au charme décalé du comedian. J’ai apprécié le voir dans un autre contexte, et s’il sort un autre show, j’y jetterai probablement un coup d’œil. Ceci dit, je n’ai pas trouvé son set hilarant, même s’il a ses moments. Contrairement à d’autres comiques, je ne le re-regarderai probablement pas une seconde (ou dix-septième) fois.

FacebooktwitterFacebooktwitter

2 Comments

  • Aurel 31 août 2016 at 15:07

    Je ne connaissais pas le personnage mais je me suis laissé tenté par mes recommandations Netflix. Le fait que je me pris au jeu avec les 2 spectables de Aziz Ansari, Ali Wong – Baby Cobra, et Iliza Shlesinger – Freezing Hot (omg i’m in love) y ai sans doute pour quelque chose dans cette suggestion XD

    Pour en revenir à Chris D’Elia je me suis demandé si le bonhomme était pas sous drogue durant son show. Apres j’étais comme toi je n’en attendais rien de plus que de rire et il y a quelques bonnes vannes – Ma préférée reste sur le gang ruse –
    Globalement son spectacle n’est pas mauvais mais la fin à quelques longueurs.

  • Leo Rutra 1 septembre 2016 at 17:13

    Freezing Hot est dans ma liste, je crois que je vais y jeter un coup d’œil 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *