Vu! Conjuring 2, le Cas Enfield, de James Wan.

1 février 2017

Vu! Conjuring 2, le Cas Enfield, de James Wan.

conjuring2

Voir sur Amazon

À la fin des années 70, les époux Warren, dorénavant célèbre couple de démonologues, conclut son enquête sur la maison d’Amityville. Fatiguée des horreurs subies dans la maison, Lorraine désire laisser leurs enquêtes de côté pour se remettre. Quelques mois plus tard, le couple est sollicité par l’Église pour aider une famille de la banlieue de Londres, en proie à des phénomènes paranormaux. Janet, une des quatre enfants de Peggy Hodgson semble tourmentée par Bill Watkins, le précédent habitant de la maison, mort sur les lieux. Si la presse locale dénonce la supercherie, Lorraine est convaincue qu’ils ont affaire à une entité puissante.

Conjuring : les Dossiers Warren était une bonne surprise du cinéma d’épouvante de ces dernières années. Avec une histoire classique, James Wan avait réussi à réaliser un film très efficace. Les films d’épouvante de qualité ne sont pas légions, mais celui-ci en faisait clairement partie.

J’avais donc des attentes assez élevées pour cette suite. Et en même temps, les critiques très mitigées me laissait présager le pire. Autant le dire tout de suite, ce second volet des aventures du couple Warren n’est pas au niveau de son prédécesseur. Pourtant, tout n’est pas à jeter et le film conserve de réelles qualités.

La première d’entre elles, c’est la réalisation parfaitement maîtrisée de James Wan. En quelques années, le réalisateur malaisien s’est forgé un nom, avec notamment à son actif le premier Saw, Death Sentence, Insidious et, plus récemment Fast and Furious 7. Avant de s’atteler au prochain Aquaman, il montre ici qu’il est très à l’aise dans le genre qui l’a fait connaître, à savoir le film d’horreur.

La seconde c’est la prestation de Vera Farmiga. L’actrice américaine s’est imposée en quelques années comme une valeur sûre à mes yeux. La qualité de son jeu parvient à faire passer les passages moins bons en plus de sauver la prestation moyenne de son partenaire, Patrick Wilson, qui signe une nouvelle interprétation sans ambition et plutôt fade d’Ed Warren. Le reste du casting remplit son  rôle, sans offrir de véritable révélation.

Si Conjuring 2 n’a rien de Saw et son aspect gore, il sait, comme dans le premier, employer efficacement les codes de l’épouvante pour créer de nombreux moments flippants ainsi qu’une angoisse latente.

Malheureusement, le film est largement rallongé (il dure plus de deux heures) par de nombreuses séquences concernant la vie personnelle des Warren. Cet aspect, s’il pourrait être intéressant en soi, ralenti énormément le rythme et pêche par sa pauvreté scénaristique. On a le droit à tous les clichés éculés, des lieux communs aux promesses illusoires. Je suppose que c’est le mauvais côté des histoires vraies (surtout que Lorraine Warren est consultante sur le film).

À l’opposée, le scénario effleure les points de vue de la presse locale et des détracteurs de la famille Hodgson, qui sont convaincus que toute l’histoire n’est qu’un canular. Encore une fois, malheureusement, ce n’est pas le sujet principal du film et les arguments qui vont contre la thèse paranormale restent globalement pauvres.

Côté effets spéciaux et scènes qui font peur, le film est réussi. La nonne, notamment, est parfaite, à la fois angoissante et effrayante, et sa présence à l’écran ne déçoit jamais (d’ailleurs le personnage aura droit à son spin-off prochainement). Pour le reste, il y a de très bons moments et d’autres plus faibles, comme la fin, qui est décevante.

Le Cas Enfield ne devrait pas être la dernière incursion des époux Warren au cinéma et un troisième volet devrait voir le jour. Il faut dire qu’il y a à faire, quand on voit la salle des trophées d’Ed Warren et qu’on imagine le nombre d’histoires potentielles qu’elle recèle.

Globalement, Conjuring 2 n’est pas un mauvais film, loin de là, mais il n’est pas non plus excellent, comme pouvait l’être le premier. Si vous êtes à la recherche de quelques frissons et que vous êtes capables d’ignorer ses quelques faiblesses, il devrait vous convenir. Et pour ceux qui n’ont pas encore vu le premier, sachez que les Dossiers Warren sont inclus dans le DVD.

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *