Vu! Freaks and Geeks.

19 octobre 2016

Vu! Freaks and Geeks.

freaks-and-geeksAu cours de l’année scolaire 1980-1981, dans un lycée d’une petite ville du Michigan, on suit la vie de Lindsay Weir et de son petit frère, Sam. Lindsay est une première de la classe et chouchou des professeurs qui traverse une phase de rébellion et fait de son mieux pour rejoindre le groupe de Daniel, les rebelles rock du bahut. Sam, avec ses deux meilleurs amis Bill et Neal, sont fans de science-fiction et de jeux de rôle. Ils sont la cible de choix des sportifs et galèrent avec les filles.

Malgré une diffusion sur Série Club au début des années 2000, Freaks and Geeks est une série qui est passée relativement inaperçue par chez nous. D’ailleurs, même Outre-Atlantique, la série n’a pas connu un très grand succès et a été rapidement annulée par NBC. Plusieurs épisodes de cette seule et unique saison n’ont même pas été diffusés.

Quand j’en ai entendu parlé, il y a quelques années, j’ai tout de suite eu envie de la voir. Pas que je sois un grand aficionado de séries pour ados, mais pour son casting. J’y reviendrai. C’était difficile de la trouver en VOST jusqu’à ce qu’elle soit ajoutée au catalogue Netflix.

Même si c’est essentiellement une série pour ados, qui tourne surtout autour des amours, des amitiés, des parents et de l’école, Freaks and Geeks n’est pas pour autant dénuée de qualité. La plupart des épisodes sont légers, mais l’ensemble n’est pas aussi aseptisé qu’il pourrait y paraître en surface, avec même plusieurs épisodes qui se révèlent très justes et profonds en traitant de sujets plus sensibles comme la politique ou l’adultère.

Mais ce qui fait l’intérêt principal de Freaks and Geeks, c’est l’équipe à qui l’on doit cette série. Produite par Judd Apatow, elle est créée par Paul Feig et met en scène un vivier de futures stars. Jugez plutôt, James Franco, Seth Rogen, Linda Cardellini, John Francis Daley, Jason Segel, Busy Phillips et Martin Starr se partagent l’affiche. Et c’est sans compter les apparitions de Jason Schwartzman, Shia LaBeouf, Lizzy Caplan, Rashida Jones, Leslie Mann, Ann Dowd, Ben Foster, Ben Stiller et d’autres encore.

Et puis il y a ce générique, l’excellent Bad Reputation, de Joan Jett, qui est un régale à chaque fois.

L’attrait de Freaks and Geeks réside dans cet aspect nostalgique. Les personnages sont sympathiques et touchants, même si l’époque et le ton font que la série parait souvent dépassée. Malgré tout c’est un plaisir de revoir les premiers pas d’autant d’acteurs qui ont depuis fait carrière. C’est une raison amplement suffisante pour regarder les dix-huit épisodes d’une série qui a, depuis son échec initial, gagné un statut de culte.

FacebooktwitterFacebooktwitter

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *