Vu! GLOW, saison 1.

11 juillet 2017

Vu! GLOW, saison 1.

Ruth Wilder est une actrice au chômage qui enchaîne les auditions en quête d’un rôle d’envergure. Lorsqu’elle se voit proposer un casting cherchant des femmes non-conventionnelles, elle tente sa chance. Elle débarque dans un gymnase désaffecté et découvre qu’il s’agit d’une émission de catch féminin montée par un jeune producteur et un réalisateur de séries B has been. Initialement rejetée des premières sélections, Ruth gagne sa place grâce à l’intervention de Debbie, sa meilleure amie et ancienne vedette de soap-opera, qui vient d’apprendre que Ruth a couché avec son mari.

Avant d’être une série créée par Liz Flahive et Carly Mensch et produite par une certaine Jenji Kohan, GLOW était une vraie émission de catch féminin diffusée aux États-Unis diffusée au milieu des années 80.

GLOW est un acronyme pour Gorgeous Ladies of Wrestling, que l’on pourrait traduire par les Superbes Dames du Catch. Même si le scénario est fictif, il reprend un certain nombre d’éléments de l’histoire réelle de cette fédération de catch 100% féminine. Notamment la présence aux sélections de femmes (plus de 500 dans la vraie vie) sans aucune expérience dans le milieu, particulier s’il en est, du catch.

Cette série originale Netflix est donc l’occasion de revenir sur cette expérience particulière, menée à une époque où le catch était très populaire outre-Atlantique, avec des figures comme Hulk Hogan ou Ric Flair.

Mais plus encore que le catch, le propos principal de la série est de s’interroger sur les conséquences du mouvement de libération des femmes des années 70 et la place des femmes dans des industries dominées par des hommes. GLOW, avec ses personnages stéréotypés, exploite-t-il les femmes ou, au contraire, leur donne-t-il une certaine forme de pouvoir ?

Côté casting, le rôle principal est confié à Alison Brie, convaincante dans le rôle de Ruth. Même si son personnage est complètement différent de celui d’Annie dans Community, elle conserve son enthousiasme caractéristique. Face à elle, Betty Gilpin, déjà vue notamment dans Nurse Jackie, joue une ancienne vedette de soap-opera pas toujours très subtile qui débarque dans l’aventure GLOW un peu par hasard. Marc Maron, surtout connu pour son humour satirique, complète le trio principal en campant parfaitement son personnage de Sam Sylvia.

Un peu à la manière d’Orange is the New Black, avec son casting à dominance féminine, GLOW donne des rôles réguliers à des actrices méconnues, comme Sydelle Noel, Britney Young, Sunita Mani, Britt Baron, Jackie Tohn, Ellen Wong, Marianna Palka ou la chanteuse anglaise Kate Nash.

Il fait également appel à plusieurs personnalités issues du monde du catch, comme John Morrison, Brodus Clay, Carlito, Alex Riley, Christopher Daniels, Frankie Kazarian, Joey Ryan et Laura James. Mais celle qui sort du lot est Kia Stevens, qui apparaît dans chacun des dix épisodes dans le rôle de Tammé Dawson.

Bien que le cadre soit complètement différent, on retrouve dans GLOW un peu de l’atmosphère d’Orange is the New Black, entre comédie et comédie dramatique.

J’ai trouvé intéressante cette immersion dans le monde obscur du catch. Le fait de suivre une jeune troupe inexpérimentée permet, plus encore que de comprendre ce qui se passe dans le ring, d’expliquer tout ce qui se passe autour. L’importance des personnages et des raisons qui les poussent à s’affronter. En d’autres termes, il est question de raconter des histoires et, vous devez le savoir, maintenant, j’aime bien les histoires.

Néanmoins, cette première saison n’aura pas été un coup de cœur. Il m’a manqué ce petit truc en plus qui fait passer une série de sympathique à géniale. Espérons que les prochaines saisons de GLOW sauront capitaliser sur son potentiel certain.

Si le monde du catch vous intrigue, que vous avez aimé Orange is the New Black ou que vous appréciez les séries originales, jetez un coup d’œil à GLOW, ça pourrait vous plaire !

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *