Vu! Harry Potter et la Chambre des Secrets, de Chris Columbus.

24 janvier 2018

Vu! Harry Potter et la Chambre des Secrets, de Chris Columbus.

Harry Potter et la Chambre des Secrets

Voir sur Amazon

De retour chez son oncle et sa tante, le jeune Harry n’a reçu aucun courrier des vacances. Pire, ses tuteurs refusent de le renvoyer à Hogwarts. Surtout après qu’Harry ait gâché un repas important aux yeux de son oncle, le soir de son anniversaire. Le vrai responsable est Dobby, un elfe de maison qui cherche à empêcher Harry de retourner à l’école car un grand danger pèse sur lui. Ron et ses frères viennent sauver Harry, prisonnier dans sa chambre, grâce à la voiture volante de leur père.

De retour à Hogwarts, Harry, Ron et Hermione rencontrent Gilderoy Lockhart, le nouveau professeur de l’école, célèbre pour les nombreuses autobiographies de ses exploits. Rapidement, Harry entend une voix et découvre un message écrit avec le sang de Mrs. Norris, le chat de d’Argus Filch, indiquant que la Chambre des Secrets est ouverte. Avec ses amis, ils mènent l’enquête pour retrouver l’héritier de Salazar Slytherin, l’un des quatre fondateurs de l’école et seule personne capable d’ouvrir la Chambre des Secrets pour libérer le monstre qui y est enfermé.

Sorti seulement un an après Harry Potter à l’École des Sorciers, cette suite, toujours réalisée par Chris Columbus, est visuellement différente. Moins vieillotte, elle bénéficie d’une réalisation plus moderne, de bien meilleure facture, même s’il subsiste des effets spéciaux pour le moins très moyens.

Comme pour le premier volet de la série, mon principal reproche est la longueur du film. Plus de deux heures trente, et on les voit passer.

D’autant plus que le film est construit sur une structure très similaire au premier volet. Une première partie chez l’insupportable famille d’Harry, particulièrement pénible à suivre. L’arrivée d’un Smeagol au rabais n’aide pas.

S’en suit un mystère qui intrigue le trio d’amis, des soupçons mal placés, des retournements de situations assez prévisibles, des sauvetages in extremis très faciles et mal amenés, avant le happy end attendu.

Heureusement qu’entre les deux films, Daniel Radcliffe a un peu grandi et fait moins gamin. Je l’avais trouvé un peu lisse, c’est moins le cas ici. Son personnage gagne même en profondeur, en même temps que l’ambiance, toujours un peu enfantine, gagne un peu plus en maturité.

Emma Watson, également, s’améliore et s’affirme. C’est sans doute mon personnage préféré de la série. Par contre, j’ai trouvé Rupert Grint moins bon, clairement en-dessous de ses compagnons.

Richard Harris me fait toujours pensé à un Gandalf loupé, Alan Rickman est moins mystérieux et intriguant et Kenneth Branagh ne parvient jamais à vraiment trouver le rythme avec son personnage de Gilderoy Lockhart.

Robbie Coltrane reste attachant dans son rôle d’Hagrid, tandis que Jason Isaacs incarne avec talent le père de Drago Malefoy.

Globalement, et même s’il reste long (je me répète), La Chambre des Secrets et un opus moins brouillon et un peu plus noir que l’École des Sorciers, ce qui n’est pas pour me déplaire. Pour l’instant, je reste un peu mitigé par la série. Je trouve qu’il y a trop d’éléments légers, mais je suis agréablement surpris par la noirceur qui n’est jamais bien loin et qui prend de plus en plus d’importance.

J’ai même assez hâte de voir le troisième volet des aventures du célèbre adolescent sorcier, d’autant plus qu’il est réalisé par un cinéaste que j’apprécie, Alfonso Cuaron, et qu’il est présenté par les fans comme peut-être le meilleur épisode de la saga.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *