Vu! Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, de David Yates.

30 mars 2018

Vu! Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, de David Yates.

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé

Voir sur Amazon

La menace Voldemort s’étend sur le monde, aussi bien des Muggles que des sorciers. Le fabricant de baguettes Ollivander est kidnappé et le Millenium Bridge est détruit par des Death Eaters. Tandis que Lucius Malefoy est envoyé à Azkaban, Draco se voit confié une mission de la plus haute importance par Voldemort. De peur que son fils échoue, Narcissa Malefoy, accompagnée de sa sœur, Bellatrix Lestrange rendent visite à Severus Snape. Ce dernier jure de protéger Draco et de mener sa mission à bien si nécessaire en prêtant un Serment Inviolable. Dans le même temps, Dumbledore vient trouver Harry pendant ses vacances et l’emmène chez Horace Slughorn pour l’aider à convaincre le vieux professeur de reprendre son poste à Hogwarts.

Harry est ensuite envoyé chez les Weasley, où il retrouve Ron et Hermione. En allant visiter la nouvelle boutique de farce et attrape de Fred et George, Harry et ses amis surprennent Draco et sa mère se rendant à une cérémonie avec des Death Eaters. Harry en déduit que Draco est devenu un Death Eater en lieu et place de son père. De retour à Hogwarts, Harry hérite d’un manuel de potions annoté ayant appartenu au Prince de Sang-Mêlé, qui lui permet de devenir un expert en potions. Dumbledore utilise Harry pour récupérer un souvenir de Slughorn, qui a été le professeur de Tom Riddle, et trouver le moyen de détruire Voldemort.

Sixième volet de la saga, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé est également le second film réalisé par David Yates. Le film précédent montrait déjà les bienfaits de ce changement de réalisateur, celui-ci les confirme.

La réalisation est de qualité, l’histoire devient plus intrigante mais, surtout, les personnages sont bien travaillés. C’est là que la différence se voit le plus. David Yates a été choisi pour sa capacité à diriger des acteurs et il remplit parfaitement sa tâche.

Bon, après, il ne  fait pas non plus de miracles et Ron, notamment, continue de m’agacer royalement, mais j’impute ça à Rupert Grint. Je suis également un peu déçu par Tom Felton, dont j’espérais beaucoup plus après lui avoir trouvé du potentiel dans le premier film, potentiel qu’il n’a jamais su tout à fait réaliser.

Daniel Radcliffe et Emma Watson campent parfaitement leur personnage, tout comme Michael Gambon et Alan Rickman. Helena Bonham Carter n’apparaît pas beaucoup à l’écran, mais marque par sa performance complètement folle. Le reste du casting, en grande partie, est relégué en arrière-plan.

Si je déplore l’absence de Ralph Fiennes dans le rôle de Voldemort, j’ai quand même eu droit à la présence de Hero Fiennes-Tiffin, son neveu, qui joue Tom Riddle enfant.

En ce qui concerne l’histoire, j’ai trouvé que la quête de l’identité du Prince de Sang-Mêlé, qui prête quand même son nom au titre de ce volet, passait souvent en second plan et que la révélation tombait un peu comme un cheveu sur le soupe. Et, en même temps, il y a beaucoup d’informations à assimiler et beaucoup d’éléments suggérés. Ce qui, en soit, est une bonne chose, même si ça peut être un peu perturbant par moments, surtout quand, comme moi, on n’est pas un spécialiste de l’univers d’Harry Potter.

J’ai cru avoir compris où on m’emmenait dès les premières minutes (comme plusieurs fois pendant les autres épisodes) pour être agréablement surpris par une fin à laquelle non seulement je ne m’attendais pas, mais qui me donne en plus envie de voir la suite. Autrement dit, bien joué !

J’attends donc maintenant (avec une certaine hâte) de regarder les deux derniers films (probablement en une seule séance) pour conclure cette saga en beauté (j’espère !).

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *