Vu! I Origins, de Mike Cahill.

27 septembre 2016

Vu! I Origins, de Mike Cahill.

i-origins

Voir sur Amazon

Ian Gray est chercheur en biologie moléculaire. Obsédé par l’œil depuis son plus jeune âge, ses travaux portent sur l’évolution de l’organe. Lors d’une soirée costumée, il rencontre une jeune femme énigmatique, avec qui il flirte. Il ne voit jamais son visage mais photographie ses yeux. C’est ainsi qu’il la retrouve. Elle est spirituelle, il ne jure que par les faits, ensemble ils vont vivre une histoire passionnelle. Jusqu’à ce que tout soit balayé par un coup du sort.

J’ai découvert Mike Cahill avec son premier film, Another Earth, qui m’avait absolument transporté. J’avais tout aimé, de l’histoire mêlant habilement une science-fiction discrète avec des questions métaphysico-philosophiques, aux acteurs très justes, en passant par une réalisation de grande qualité malgré le peu de moyens.

Pour regarder I Origins, il m’a fallu un peu plus de persévérance. Très peu distribué en France, il est passé inaperçu lors de sa sortie en salle et n’est sorti en DVD/Blu-Ray que très récemment. Qu’à cela ne tienne, mieux vaut tard que jamais, comme on dit !

Michael Pitt est Ian Gray, le personnage central de ce film. Il est très bon dans son rôle de scientifique, jouant de façon juste et naturelle tout au long du film. À ses côtés, Àstrid Bergès-Frisbey est convaincante en Sofi, une jolie mannequin à la spiritualité exacerbée. Mais pas autant que Brit Marling, la muse du réalisateur, qui est parfaite dans son rôle de Karen, aussi bien en assistante de laboratoire mal assumée au début qu’en femme assumée et assurée dans la seconde partie du film.

Le trio est accompagné par Steve Yeun. Loin des zombies de The Walking Dead, il incarne un étudiant en science qui ne recule pas devant les fêtes. Dommage qu’il n’ait qu’un rôle très secondaire. Tout comme Archie Panjabi, Cara Seymour ou encore William Mapother (qui jouait le rôle principal masculin dans Another Earth).

Comme lors de son précédent film, Mike Cahill démontre toute sa capacité à capter et sublimer l’émotion dans sa réalisation. Malgré un côté indé très prononcé, il parvient à conférer à son film une ambiance entre brute et onirique, comme pour rappeler son thème central : l’opposition entre science et spiritualité.

Là où le bât blesse, car il blesse quand même, c’est dans l’histoire. Mike Cahill signe une nouvelle fois le scénario lui-même. Là où il avait trouvé une justesse et une simplicité captivantes dans Another Earth, il enchaîne les maladresses et les ficelles dans I Origins.

Les retournements de situations sont prévisibles et même à la limite du ridicule pour certains (monte-charge ?), même si Mike Cahill parvient presque toujours à rattraper ces errances avec une photo bien choisie et ses acteurs talentueux. Il y a également cette opposition presque puérile entre science et religion (Ian qui veut prouver la non-existence de Dieu en reconstituant l’évolution de l’œil et Sofi qui utilise sa spiritualité presque comme une excuse à son immaturité) ; ou le comportement très étrange de Karen dans la seconde partie du film ; ou encore les événements qui mènent à la conclusion (d’ailleurs attendez la scène post-crédits, comme chez Marvel, pour une petite séquence bonus).

J’avais envie de passer au-dessous tellement j’ai apprécié le reste, mais à un moment ça fait beaucoup pour tout ignorer.

I Origins n’est pas à la hauteur du coup de maître qu’était Another Earth. On retrouve assurément la patte du réalisateur, avec son talent indéniable pour créer une ambiance et soulever des questions métaphysiques sans être barbant pour autant, bien au contraire. On retrouve le charme naturel de Brit Marling, aussi, et le sérieux des acteurs qui l’accompagnent. Mais il manque au film une histoire simple et cohérente pour être vraiment poignant.

Si mon avis est assez mitigé, ça ne m’empêchera pas de suivre avec beaucoup d’attention la suite de la carrière de Mike Cahill.

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *