Vu! Intruders, d’Adam Schindler.

20 janvier 2017

Vu! Intruders, d’Adam Schindler.

intruders

Voir sur Amazon

Anna s’occupe à plein temps de son frère, gravement malade.  Elle se lie d’amitié avec Dan, le jeune homme qui livre les repas au domicile. Un jour qu’ils discutent, elle lui offre un sac plein de billets de banque pour quitter la petite ville et recommencer sa vie ailleurs, mais Dan refuse. Lorsque son frère meurt, Anna se prépare pour aller à son enterrement, mais sur le pas de la porte, elle renonce. Atteinte d’une agoraphobie aiguë, elle n’est pas sortie de chez elle depuis une dizaine d’année. Elle n’a donc aucun moyen de s’enfuir quand des cambrioleurs débarquent pour dérober son argent. Mais ça ne veut pas dire qu’elle ne sait pas se défendre.

Intruders, c’est un peu le titre passe-partout ces derniers temps. Pas moins de quatre films et une série depuis 2011. Bref, ce Intruders-là avait une affiche sympathique et un pitch intriguant, alors je me suis laissé tenté.

Première chose, le début du film est assez lent et nous ferait presque oublier que c’est un film d’horreur. Les premières minutes se concentrent sur la relation entre Anna et Conrad, son frère, nous fournissant petit à petit les éléments pour comprendre la situation de la jeune femme et son handicap. J’ai trouvé ça plutôt rafraîchissant et ça permet surtout de faire basculer le film au moment du cambriolage.

Bon, après, le bât blesse un peu. Pas tant dans l’histoire, qui n’est pas trop mal (même si c’est un peu bancale par moments), mais plutôt dans la psychologie des personnages, et du personnage d’Anna en particulier. Femme fragile et apeurée ou prédatrice impitoyable et sadique, on s’y perd un peu et tout n’est pas toujours très cohérent.

Beth Riesgraf, qui joue Anna, livre une prestation en dents de scie, avec de bons moments et d’autres assez moyens. Face à elle, j’ai beaucoup aimé Rory Culkin dans le rôle de Dan le Livreur. Le plus jeune frère de Macaulay Culkin sait jouer de son physique et notamment de ses traits pour faire avancer son personnage.

Mais la révélation d’Intruders, pour moi, c’est Martin Starr. C’est encore plus impressionnant que la dernière fois que je l’ai vu, c’était pour un de ses premiers rôles, celui de Bill Haverchuck dans Freaks & Geeks. Autant dire à l’opposé de celui-ci. Il est, et de loin, le plus crédible et le plus jouissif des cambrioleurs.

Jack Kesy, Leticia Jimenez, Timothy T. McKinney et Joshua Mikel complètent le casting.

Intruders m’a fait penser à un mix entre I Spit on Your Grave (mais en beaucoup moins violent), Saw (mais en beaucoup moins sadique) et Hard Candy (mais en beaucoup moins psychologique). Trois bons films s’il en est, mais il ne suffit malheureusement pas de mixer trois bonnes idées pour produire un chef d’œuvre.

Mouais. Voilà comment je définirais ce film. Pas mauvais à proprement parlé, n’exagérons rien, mais pas non plus une grande réussite. C’est dommage, car il y a une belle photo et un potentiel, mais jamais pleinement exploité. J’aurais aimé une vraie surprise, une scène fondatrice pour vous pousser à regarder ce film…

Je vous conseillerais plutôt le culte I Spit on Your Grave pour l’aspect horreur ou Hard Candy pour la psychologie. Sauf, bien sûr, si, comme moi, vous êtes fans de Martin Starr, à ce moment-là Intruders est un must see !

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *