Vu! Jane Got a Gun, de Gavin O’Connor.

6 juillet 2016

Vu! Jane Got a Gun, de Gavin O’Connor.

jane-got-a-gun

Voir sur Amazon

Dans le Nouveau-Mexique du 19ème siècle, Jane voit rentrer son mari le dos criblé de balles. « Ils arrivent… » Ils, c’est John Bishop et ses hommes. Pour sauver sa vie et sa famille, Jane n’a qu’une solution, prendre les armes et affronter le gang elle-même. Enfin, pas tout à fait toute seule non plus. Elle va devoir trouver de l’aide, et se tourne vers Dan Frost, son ex-fiancé.

Jane Got a Gun est un film qui aurait pu ne jamais avoir vu le jour. Lynne Ramsay devait le réaliser à la base, avec Michael Fassbender dans le rôle de Dan Frost et Joel Edgerton dans celui de John Bishop. Finalement, Michael Fassbender quitte la production pour tourner X-Men Days of the Future Past, laissant sa place à Jude Law, qui intervertit son rôle avec celui d’Edgerton. Puis Lynne Ramsay quitte le projet et Jude Law part avec elle. Gavin O’Connor, qui a déjà réalisé le très bon Warrior avec Joel Edgerton, prend la relève. Le scénario est retravaillé pendant que Bradley Cooper rejoint le casting, avant d’être remplacé au pied levé par Ewan McGregor.

Seule Natalie Portman n’a pas bougé, incarnant cette femme au caractère aussi dur que son physique est fragile. Elle livre une prestation sérieuse, même si assez inégale. La même conclusion pourrait être faite pour Joel Edgerton, sérieux mais inégal. C’est Noah Emmerich, en Bill Hammond, qui s’en sort le mieux, et ce n’est pas peu dire quand on considère qu’il passe l’essentiel de ses scènes alité et agonisant. Ewan McGregor, par contre, interprète un méchant certes très élégant mais sans aucun charisme ni aucune saveur. Rodrigo Santoro a le droit à une scène efficace, quand Boyd Holbrook campe un supposé psychopathe qui n’a jamais vraiment l’occasion de se révéler.

La réalisation est sans doute l’aspect le plus réussi du film, avec les magnifiques paysages naturels du Nouveau-Mexique en toile de fond ainsi qu’une image souvent très travaillée et esthétique. Mais c’est desservi par une histoire alambiquée et les trop nombreux flashbacks qui jalonnent le film nuisent au rythme et à l’action. À vouloir construire une intrigue complexe, les scénaristes ont pondu une intrigue faussement compliquée, qui fait jouer la girouette à plusieurs personnages et ruine leur crédibilité.

S’il est incontestablement plein de bonnes intentions, Jane Got a Gun manque de se réaliser pleinement, ce qui ne manque pas d’ironie pour un film qui a bien failli ne pas être réalisé du tout. Le début était pourtant de qualité et laissait présager de bonnes choses. Mais à part quelques scènes réussies, ça traîne en longueur (un comble pour un film d’une heure et demi) et c’est chargé de faux rebondissements jusqu’à un final oubliable (pour ne pas dire mauvais).

Dommage.

film-disponible-leo-rutra

FacebooktwitterFacebooktwitter

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *