Vu! Kung Fury, de David Sandberg.

28 avril 2017

Vu! Kung Fury, de David Sandberg.

kung-furyKung Fury est un superflic de la police de Miami. En 1985, il doit combattre une machine d’arcade devenue folle et sauver la ville de la destruction. Suite aux dégâts importants engendrés par le combat, son chef le force à faire équipe avec Triceracops, un tricératops policier. Kung Fury refuse, repensant à la mort de Dragon, son ancien partenaire, qu’il considérait comme un père, lors de l’interpellation d’un maître ninja criminel.

C’est ce jour-là qu’il est devenu l’élu, le légendaire Kung Fury, après avoir été frappé par la foudre et mordu par un cobra. Alors que Kung Fury démissionne de la police, Hitler, le plus grand méchant de tous les temps et spécialiste en arts martiaux, voyage dans le futur et attaque le commissariat en tirant des coups de feu à travers un téléphone, faisant de nombreux morts. Bien décidé à neutraliser celui qui se fait appeler Kung Führer, Kung Fury demande à Hackerman de le renvoyer dans le temps pour détruire la menace nazi. Mais la technologie n’est pas au point et Kung Fury se retrouve à l’ère Viking, face à un Laser Raptor.

Kung Fury est sorti en 2015 après une campagne Kickstarter particulièrement réussie puisqu’ayant rapporté trois fois plus que le budget minimum prévu. Né de l’esprit de David Sandberg, un suédois inconnu, ce moyen-métrage est un hommage parodique aux films de science-fiction, d’action, de kung-fu, mais aussi aux jeux vidéos et aux comic books des années 80.

Durant les 31 minutes que dure le film, les références s’enchaînent sur un rythme effréné, sur fond de séquences absolument kitsch follement assumées. La réalisation est formidable, reprenant avec succès les différents codes de tous les genres parodiés, les dialogues sont surréalistes. Rien n’est crédible, mais tout est tellement bien mal fait qu’il est impossible de rester de marbre face à ce bijou.

En tout cas si vous avez grandi dans les années 80.

Si vous n’êtes pas fan (ou familier) des genres qui ont inspiré ce film (et ils sont nombreux) vous risquez de ne pas vraiment comprendre l’enthousiasme qu’il suscite. Mais si vous avez déjà lu un comic book, joué à Street Fighter, regardé au moins un film de série B, de kung-fu, que vous êtes intéressé par la mythologie nordique ou les voyages dans le temps, que vous aimez les dinosaures ou tout simplement que vous détestez Hitler, vous devriez vous y retrouver à un moment où un autre.

Kung Fury est une folie comme j’aimerais en voir plus souvent. Loin de la simple parodie de mauvaise qualité, c’est un témoignage d’amour à des genres disparus, un appel à la nostalgie d’enfants d’un autre siècle. C’est aussi sérieusement barré que sérieusement conçu.

Après le succès instantané du film sur YouTube (4 millions de vues dans la premières journées), Kung Fury a été décliné en jeu vidéo (vintage) tandis qu’un long-métrage est en cours de production.

J’ai mis un certain temps à visionner Kung Fury, mais je ne regrette pas et je suis assez impatient de replonger dans cet univers déjanté !

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *