Vu! Logan, de James Mangold.

1 septembre 2017

Vu! Logan, de James Mangold.

Logan

Voir sur Amazon

En 2029, les mutants sont au bord de l’extinction. Logan a vieilli, sa capacité de guérison est grandement affaiblie et l’adamantium que contient son squelette l’empoisonne lentement. Alcoolique boiteux, il a repris son véritable nom, James Howlett, et travaille comme chauffeur de limousine au Texas, non loin de la frontière mexicaine, où il vit dans une usine abandonnée avec Caliban, un mutant capable de détecter les autres mutants, et le professeur Xavier, qu’il garde enfermé dans un silo et dont il s’occupe comme il peut. Atteint de la maladie d’Alzheimer, le professeur X est sujet à des crises où il perd le contrôle de ses pouvoirs.

Un jour, une femme retrouve Logan et lui propose une forte somme d’argent pour escorter un petite fille dans le Dakota du Nord. Logan ne veut pas d’ennuis, mais l’argent lui permettrait d’acheter un voilier et d’emmener Charles Xavier sur une île déserte, où ses crises ne seraient plus un risque pour ceux qui l’entourent. Lorsque la femme est assassinée et que la fillette est prise en chasse par des mercenaires, Logan n’a d’autre choix que de l’aider à fuir.

J’étais sceptique quant à cet ultime film consacré au personnage de Wolverine (en tout cas sous les traits de Hugh Jackman). Il faut dire que j’ai toujours en travers de la gorge le très (très) moyen X-Men Origins : Wolverine. Bon, depuis, il y a eu Wolverine : Le Combat de l’Immortel, qui était bien meilleur (et déjà réalisé par James Mangold).

James Mangold, parlons-en. Le réalisateur new-yorkais a donné dans tous les genres, du drame noir (Une Vie Volée) à la comédie romantique (Kate et Léopold) en passant par la comédie d’action commerciale (Night ans Day), le western (3h10 pour Yuma), le thriller psychologique (Identity) et même le biopic (Walk the Line). J’ai vu plusieurs de ses films et je ne peux pas en citer un qui soit mauvais.

Quand il reprend The Wolverine au dernier moment, il retouche l’histoire et c’est probablement une des raisons du succès du deuxième spin-off consacré à l’homme aux griffes d’acier. Pour ce nouveau film, il s’est inspiré du comic Old Man Logan (que je n’ai pas lu). Mais ce qui ressort de Logan, c’est que l’on n’est pas face à un film de super-héros comme les autres.

En fait, James Mangold nous livre plutôt un road movie mettant en scène un super-héros. L’ambiance désertique et poussiéreuse des décors rappelle un peu Mad Max : Fury Road. Bien sûr, il y a des scènes d’action et même de violence, mais il y a aussi de la sensibilité, notamment dans les rapports entre Logan et Xavier.

Patrick Stewart est un acteur que j’apprécie beaucoup. Quand j’étais gamin, il était le capitaine Jean-Luc Picard de l’Enterprise dans Star Trek : The Next Generation. Je le suis avec affection depuis et si j’ai toujours apprécié de le voir, dans la saga des X-Men notamment, j’ai adoré sa prestation dans Logan. Vieux, affaibli et malade, il a, je trouve, encore plus de poids.

Hugh Jackman, par contre, est un acteur avec qui j’ai beaucoup de mal. Suivant les films, je le trouve bon (Prisoners) ou je le déteste (Pan). Je ne peux m’empêcher de voir en lui un espèce de Tom Cruise australien, même si je sais reconnaître qu’il cherche, depuis un certain nombre d’années, à se diversifier. Dans Logan, je l’ai trouvé très bon. Avec son look, qui n’est pas sans rappeler Mel Gibson dans Blood Father, il se détache un peu de l’image habituelle de Wolverine, ce qui lui confère plus de profondeur.

Dafne Keen est une très bonne surprise dans son rôle de Laura. J’ai trouvé sa prestation excellente, surtout pour une enfant de son jeune âge (tout juste plus de dix ans au moment du tournage) à l’expérience très limitée (elle était apparue dans la série britannique The Refugees). Retenez son nom, car on risque de la revoir dans les années à venir.

Stephen Merchant, plus connu pour être le complice comique de Ricky Gervais, révèle une nouvelle facette de son jeu dans son rôle de Caliban. Boyd Holbrook, Elizabeth Rodriguez, Eriq La Salle et Krzysztof Soszynski complètent le casting.

Logan se démarque brillamment des autres productions estampillées X-Men. Pour la dernière de Hugh Jackman dans le personnage de Wolverine (nul doute que le personnage reviendra tôt ou tard sous les traits d’un autre acteur), l’acteur australien a droit à un film de qualité, savant jouer avec les genres et les attentes du public. J’ai beaucoup aimé l’ambiance et les prestations des acteurs.

Si vous hésitiez à le regarder (c’est que vous n’êtes pas inconditionnel de Wolverine), et que vous soyez fan ou non de la saga des X-Men, n’hésitez plus, Logan vaut assurément son pesant de cacahuètes !

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *