Lu! Bourbon Kid, d’Anonyme.

17 novembre 2017

Lu! Bourbon Kid, d’Anonyme.

Bourbon Kid

Voir sur Amazon

Les Dead Hunters n’ont pas l’habitude de faire dans la dentelle. En même temps, en tant que tueurs impitoyables à la solde de Scratch – le Diable – on ne s’attendrait pas à moins. Ils sont aussi un brin sûrs d’eux, ce qui peut leur jouer des tours. Surtout lorsque l’esprit de Caïn parvient à réveiller les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse en vue de lever une armée de goules, tuer une bonne fois pour toutes le Bourbon Kid et conquérir le monde.

Bon, la saga du Bourbon Kid, on n’a plus besoin de la présenter. Depuis la parution du Livre Sans Nom d’Anonyme, les nouveaux volets sont attendus avec impatience par toute une cohorte de lecteurs en furie.

Quand j’ai croisé la couverture de ce dernier opus dans ma librairie, je me suis jeté dessus comme un mort de faim. Tant et tellement que j’ai oublié que je n’avais toujours pas lu Sanchez : un conte de Noël, pourtant sorti il y a déjà quelques temps.

Mais trêve de blablas.

Anonyme, puisque c’est son nom, nous replonge directement dans son univers déjanté qui n’est pas sans évoquer celui, tout aussi déjanté, de Tarantino et Rodriguez, auquel il ne nie pas lui-même une certaine allégeance.

Si l’histoire est barrée, le style décalé et une galerie de personnages complètement fous, l’intrigue reste assez classique, avec quelques pirouettes bien senties mais sans trop de surprises.

Ce qui fait la force de ce roman, c’est que, comme à son habitude, l’auteur nous balade au rythme de ses habituelles et nombreuses références pop-culturelles en tout genre. Il y ajoute également une pincée de biblique avec Caïn, le premier meurtrier de l’Histoire, les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse et un lien entre JD et JC, rien que ça.

D’ailleurs, les deux JC sont évoqués, tout comme (In)diana Jones, Rain Man, la Planète des Singes, la Méduse et j’en passe. Oui, tout ça dans le même bouquin. Et en plus vous retrouvez les effusions de sang, de merde, du sexe pas toujours consenti, des héros qui meurent, des méchants qui meurent aussi, et même Sanchez qui prend une toute autre envergure, bien malgré lui.

Si c’est le dernier volet de la saga, elle se termine en apothéose, avec une fin qui n’est pas sans rappeler la conclusion de la trilogie du Dark Knight de Christopher Nolan. L’auteur à pousser jusqu’au bout le concept d’Une Nuit en Enfer, en incluant tous les types de monstres et méchants classiques. À part peut-être les extra-terrestres… qu’il garde peut-être sous le coude pour plus tard.

Bourbon Kid est un roman déjanté, fortement rythmé, construit comme un film d’action qui se lit à cent à l’heure. Mais je n’ai pas besoin de vous le vendre, si vous avez lus les premiers, vous allez lire aussi celui-là.

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *