Lu! Criminal Loft de Armelle Carbonel.

12 octobre 2015

Lu! Criminal Loft de Armelle Carbonel.

criminal-loft

Voir sur Amazon

Dans le célèbre sanatorium de Waverly Hills, le lieu réputé le plus hanté des USA, huit condamnés à mort jouent leur vie. Sélectionnés pour participer à une émission de télé-réalité, ils vont évoluer sous l’œil des caméras pour le plus grand plaisir du public. Chaque semaine, un candidat sera éliminé et retournera dans le couloir de la mort, quand le vainqueur remportera sa liberté. Mais avec huit psychopathes enfermés au même endroit, tout ne se passe pas comme prévu.
Le postulat de départ est des plus intéressants, une émission de télé-réalité mettant en scène des tueurs et des violeurs. Nul doute que si un producteur avait le cran (et qu’on le laisserait faire), les téléspectateurs seraient au rendez-vous.
L’histoire nous est narrée par John T., condamné pour avoir torturé et tué 25 femmes. Ancien psychiatre mais toujours sociopathe, c’est lui qui nous guide dans les couloirs sombres de cet endroit de perdition, où les tuberculeux étaient entassés pour mourir dans la première partie du 20ème siècle.
L’auteure nous met dans la peau de ce personnage, auquel on s’attache par moments, avant qu’il ne nous rappelle sa perversion. C’est un trait que j’ai apprécié. J’aime les personnages différents et si John T. est loin d’être le premier sociopathe ou tueur en série de la littérature, ce n’est pas commun d’être placé du point de vue d’un « méchant », d’un personnage qui peut déranger par ses pensées et que l’on souhaite voir échouer. Car, bien sûr, il ne cache pas que s’il venait à remporter l’émission, il profiterait de sa liberté retrouvée pour tuer à nouveau (what else?).
Mais John T. n’est pas seulement un sociopathe. À travers des flashbacks et des rêves, on découvre la genèse de ce personnage, ainsi que son mode de fonctionnement.
Plus encore que John T., le personnage principal de ce roman est le sanatorium lui-même. Avec ses sous-sols infestés de rats et son death tunnel au bout duquel on peut entendre hurler les chiens, avec sa chambre 502, ses bruits étranges et ses célèbres légendes. Le lieu en lui-même suffirait à donner des cauchemars, mais c’est sans compter le sadisme de la Voix de l’Ombre, et les épreuves qu’elle fait subir aux candidats.
Une chose est sûre, après avoir lu ce roman, c’est qu’Armelle Carbonel a réussi à créer une ambiance. Elle m’a également donné envie de regarder American Horror Story : Asylum, pour découvrir Waverly Hills visuellement. Elle interroge également sur le voyeurisme télévisuel. Et visiblement ça fonctionne, il suffit de voir les critiques élogieuses qu’elle a reçu pour ce roman, d’abord publié en auto-édition, avant d’être repéré et sorti par Editions Fleur Sauvage il y a quelques semaines.
En tout cas, maintenant, on attend le prochain.

livre-disponible leo

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *