Lu! GIVRÉES, de Gina Dimitri.

22 août 2017

Lu! GIVRÉES, de Gina Dimitri.

Givrées

Voir sur Amazon

GIVRÉES, c’est l’agence un peu particulière montée par trois belles-sœurs et qui vient en aide aux femmes bafouées par leur mari et souhaitant prendre leur revanche. Quand le corps de Roger Bar est retrouvé sans vie peu après que sa femme, Quiterie Bar, ait commandité sa vengeance sur la plateforme GIVRÉES, l’inspecteur Impega, en charge de l’enquête, se tourne vers Clitorine Rexel, la créatrice du site, en quête de réponse. Sauf que Clitorine a mieux à faire que de répondre à ses questions. Elle a une machination à mener.

Bon, avant même de donner mon avis sur ce cinquième roman de Gina Dimitri, j’ai un coup de gueule à pousser.

Et non, ça n’a rien à voir avec le fait que tu m’aies transformé en stoner reclus, Gina, au contraire, ça m’a bien fait marrer. Non, là où j’ai pesté lourdement, c’est quand j’ai découvert le prénom de ton héroïne, ce magnifique Clitorine qui semble à la fois si ridicule et tellement évident.

Un couple d’amis m’avait parlé de ce prénom (dont des parents avaient eu la formidable idée d’affubler leur fille) il y a un certain temps déjà et je le gardais sous le coude en attendant la bonne opportunité pour le donner à un de mes personnages. Maintenant, c’est râpé.

Merci, Gina !

Mais revenons à ce qui nous intéresse vraiment, et ce n’est pas le (formidable, génial, glorieux) prénom de la nouvelle héroïne de mademoiselle Dimitri, mais bien le contenu de sa dernière histoire.

J’ai découvert la plume de celle que je surnomme affectueusement (et pas face à elle) la Reine des Psychopathes avec Une Ex, que j’avais adoré. J’avais sauté sur son histoire suivante, Sa Chose, qui m’avait un peu déçu.

Quand j’ai débuté ma lecture de GIVRÉES, j’avoue que j’ai eu un peu peur. L’histoire commence avec une narratrice aux tendances manipulatrices qui se joue d’un inspecteur en train de l’interroger dans une affaire de mort suspecte. Si vous avez lu d’autres histoires de Gina Dimitri, ce début doit vous rappeler quelque chose.

Heureusement, très vite c’est la verve de l’auteure et sa plume acerbe qui prennent le dessus. GIVRÉES n’est pas une histoire de vengeance (même si c’est quand même un peu une histoire de vengeance), c’est surtout une occasion supplémentaire de déguster l’humour, aussi noir que pervers, que la Reine des Psychopathes sait distiller avec talent tout au long de son texte.

Quand j’ai découvert la couverture de GIVRÉES, je n’ai pas été vraiment attiré. Ça ressemble plus à une couverture de romance que de thriller noir et j’ai regretté l’époque où toutes les couvertures de Gina Dimitri étaient en noir et rouge. Mais ça ne doit gêner que moi, puisque GIVRÉES caracole en tête des classements Amazon.

Quoi qu’il en soit, je suis bien content d’être passé au-dessus de ce détail, car GIVRÉES est, à mon sens, l’histoire la plus aboutie de l’auteure. La trame, le style, j’ai ressenti le travail, le soin, le sens du détail.

Vous avez fait du très bon boulot, mademoiselle Dimitri, bravo ! Par contre, je suis très curieux de vous voir quitter votre zone de confort à l’avenir et nous proposer une histoire différente de celles auxquelles vous nous avez habitué jusqu’ici.

Si vous ne connaissez pas encore l’œuvre de Gina Dimitri et que vous aimez les thrillers décalés, n’hésitez plus et découvrez-la au plus vite !

FacebooktwitterFacebooktwitter

2 Comments

  • Corinne 30 août 2017 at 17:59

    J’ai adoré ce livre et moi aussi je n’étais pas attirée par la couverture, j’ai vu plusieurs fois le livre proposé sur différentes pages facebook et à chaque fois je passais au dessus, jusqu’au où ? j’ai sauté le pas et je ne regrette pas depuis j’ai acheté ses autres livres et j’attends le prochain d’octobre avec impatience

  • Leo Rutra 1 septembre 2017 at 10:02

    Elle a vraiment quelque chose, Gina 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *