Lu! Harper, de Matthieu Biasotto.

17 septembre 2016

Lu! Harper, de Matthieu Biasotto.

harper

Voir sur Amazon

Avant, Harper survit dans les bas-fonds de Détroit. Victime anonyme de la crise économique, il compte sur sa paranoïa pour rester dans l’ombre. Mais une rencontre va tout chambouler. Après, Harper est exilé dans une petite ville de la côté Mexicaine. Déterminé, il ne va reculer devant rien pour mener son Plan à exécution. Le tout en nous racontant comment il en est arrivé là.

 

J’entends parler de Matthieu Biasotto et son Harper depuis quelques temps déjà, et en termes élogieux le plus souvent. Alors c’est non sans un peu d’appréhension que je me suis laissé tenter. J’ai toujours un peu peur, quand je lis un roman (ou regarde un film) encensé, d’avoir des attentes trop élevées. J’ai donc décidé de ne m’attendre à rien et me laisser surprendre.

En premier lieu, ce qui m’a surpris, c’est cette narration particulière. Harper parle à son enfant et il est impossible de ne pas se sentir interpellé, même investi dans l’histoire, et ce, dès les premières pages. Il y a ensuite cette alternance de chapitres « Avant » et « Après », qui peut déstabiliser un peu, mais fait progresser l’intrigue habilement. Si l’action, pourtant bien présente, s’en trouve un peu diluée par moments, c’est compensé par un suspense bien distillé.

Et puis il y a Harper, ce antihéros atypique, ancien automate englué dans une société de consommation inhumaine. Pour exécuter son plan, Harper n’hésite pas à se salir les mains. C’est parfois un peu gros, mais on a tellement envie de savoir où Harper nous mène qu’on ne fait pas la fine bouche.

L’aspect social prépondérant m’a intéressé. Cette critique sous-jacente d’un mode de vie, à travers le traitement de Détroit, de son industrie mourante et des injustices qui en découlent, contribue à ancrer profondément l’histoire dans un réel oppressant.

Avec une écriture directe et précise, Matthieu Biasotto construit une histoire bien menée, engageante et efficace. On veut avancer, pour savoir ce qu’il va se passer, mais également pour savoir ce qu’il s’est passé et pourquoi. Jusqu’à la fin, qui donne toute sa signification à sa couverture intrigante.

Par son histoire, son rythme et sa narration, Harper aura su me convaincre. Et me donne, en tout cas, envie d’en lire plus de la plume de Matthieu Biasotto.

livre-disponible leo

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *