Lu! Laurie, de Stephen King.

24 avril 2019
Voir sur Amazon

Lloyd a perdu sa femme. Pour l’aider à faire son deuil et éviter qu’il ne sombre dans la dépression, sa sœur lui apporte un chiot. Laurie. Lloyd ne veut pas de Laurie mais sa sœur ne lui laisse pas le choix. Et comme Lloyd n’a jamais su dire non à sa sœur, il accepte de laisser sa chance à Laurie.

Quand Stephen King met en ligne une nouvelle gratuite, on la télécharge et on la lit.

Comme le suggère la couverture – et l’indiquent plusieurs sites en guise de présentation – je m’attendais à ce que l’historie de Laurie se déroule dans l’univers de l’Outsider. Une espèce de prequel, voire un spin-off.

Que nenni.

Enfin, je dis ça, mais pour ce que j’en sais, les deux histoires peuvent très bien se dérouler dans le même univers. Toujours est-il que rien, pas un personnage, une référence, ne les relie l’une à l’autre.

Je me suis senti un peu floué, sur le coup. Pas par King lui-même, faut pas pousser, mais par cette drôle de stratégie marketing qui induit le lecteur en erreur. Tout ça pour mettre en avant un texte gratuit publié par un des auteurs les plus populaires de notre temps.

Bref.

Laurie est une histoire difficile à juger. Déjà, elle fait environ une trentaines de pages, qui se lisent comme s’il n’y en avait qu’une dizaine. Même si sa bibliographie regorge de nouvelles, King est plus célèbre pour ses pavés que des histoires très courtes.

Il est aussi réputé pour son goût du fantastique et de l’étrange. Laurie, dans ce sens-là, diffère sensiblement de ses productions habituelles (il y a malgré tout un monstre à affronter). Et, en même temps, on retrouve facilement le style Kingien, regorgeant de détails personnels pour mettre en exergue la complexité des sentiments humains.

Le deuil, en l’occurrence. Le deuil et le lien puissant qui peut se créer entre l’homme et son animal.

Touchante mais trop courte à mon goût, Laurie aura au moins le mérite, si vous avez lu Cujo, de vous réconcilier avec les chiens de Stephen King !

Et puis à ce prix-là, pas de raison de se priver…

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *