Lu! Le Baptême des Ténèbres, de Ghislain Gilberti.

26 mars 2016

Lu! Le Baptême des Ténèbres, de Ghislain Gilberti.

le-bapteme-des-tenebres

Voir sur Amazon

Cécile Sanchez, commissaire à l’OCRVP traque avec ses équipes un tueur en série particulièrement actif, surnommé le Ramoneur pour le caractère sexuel de ses meurtres. Mais dans les ténèbres, face au monstre, ses talents en analyse comportementale seront-ils suffisants pour mettre fin à l’horreur ?

Ma première erreur a été de ne pas avoir lu le Festin du Serpent, dont ce roman reprend le personnage central. Mais j’avais entendu beaucoup de bien de ce Baptême des Ténèbres que je n’ai pas cherché beaucoup plus loin. Dommage, car il y a beaucoup de références à des situations ou des personnages de la première enquête narrée de Cécile Sanchez. Mais puisque l’histoire n’est qu’une suite indirecte, ça n’a pas posé de problèmes pour suivre l’intrigue.

Au sortir de ma lecture, je suis plutôt mitigé. Il y a du bon (et même du très bon) dans ce roman, mais il y a aussi du moins bon. Déjà, on sent la maîtrise du sujet par l’auteur, il connaît le fonctionnement des différents services de police, ou du moins en donne fortement l’impression. Tout est très bien détaillé (peut-être même trop par moments). Et que dire des domaines de prédilections du personnage principal, encore une fois, les détails fourmillent (toujours peut-être un peu trop par moments).

C’est peut-être le plus gros défaut du roman : tous ces détails. S’ils permettent assurément de rentrer dans le fonctionnement des policiers, ils alourdissent régulièrement le rythme de l’histoire, notamment dans des situations d’urgence. À un moindre degré, j’aurais aimé que Cécile ait plus de difficultés en interne, pour mener son enquête. On a l’image (à une ou deux exceptions près) d’une police très coopérante, très lisse, où tout le monde est au service de l’enquête. J’aurais peut-être aimé plus d’obstacles, de tensions…

En tout cas, j’aurais aimé avoir moins de dialogues. Trop souvent, ils s’allongent plus que nécessaire pour transmettre des informations que l’on pourrait donner autrement, ce qui leur fait perdre de leur mordant à des moments cruciaux.

À côté de ça, et malgré son nombre très important de personnages, le Baptême des Ténèbres est une histoire plutôt facile à lire. L’auteur parvient à nous mener dans son labyrinthe sans nous y perdre. L’ambiance est sombre et le décor très bien choisi, à la fois proche et mystérieux. Le tueur est impitoyable et très violent, ce qui est une très bonne chose. J’ai eu plus de mal sur son timing, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de passages à l’acte en très peu de temps. Et on pourrait reprocher à Cécile son côté super-héroïne, elle a toujours raison et est toujours à l’affût.

Si je ne ferai pas du Baptême des Ténèbres un de mes Coups de Cœur, ça n’en demeure pas moins un roman policier de très bon niveau. Le cadre, les personnages et l’affaire ont un gros potentiel pour être adapté au cinéma. L’univers est intriguant, les méthodes intéressantes et même s’il y a quelques faiblesses, je n’ai pas été déçu et je lirai probablement le Festin du Serpent tôt ou tard.

livre-disponible leo

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *