Lu! Le Mec de la Tombe d’à Côté, de Katarina Mazetti.

6 juillet 2018

Lu! Le Mec de la Tombe d’à Côté, de Katarina Mazetti.

Le mec de la tombe d'à côté

Voir sur Amazon

Désirée, une bibliothécaire d’une trentaine d’années, se retrouve soudain veuve après la mort accidentelle de son mari. Alors qu’elle tente de se convaincre qu’elle est triste de perdre l’homme qu’elle avait épousé en partie par confort, elle rencontre, au cimetière, Benny, un agriculteur dans ses âges qui vient, lui, de perdre sa mère. Alors que tout les oppose, à commencer par leur façon d’entretenir la tombe de l’être perdu, un malentendu va les rapprocher. Entre eux va naître une histoire aussi passionnelle qu’improbable. Mais entre la citadine et le paysan, les sentiments seront-ils assez forts pour faire face aux différences ?

Quelqu’un de mon entourage avait lu ce roman suédois il y a quelques années et m’en avait dit du bien quand j’avais été intrigué par son titre original.

Dans ma tête, j’imaginais déjà une histoire loufoque, où deux fantômes, enterrés côte à côte au cimetière, se rencontreraient après leur mort pour échanger sur leur vie.

J’aurais pu lire la quatrième de couverture ou poser plus de questions sur le contenu du roman. Je n’en ai rien fait. À la place, j’ai laissé traîner le livre dans ma PAL pendant une poignée d’années, avant de l’en sortir récemment pour enfin le lire.

J’ai rapidement compris que je m’étais trompé de genre. Si vous me suivez un peu, vous savez que je tends à aller vers des histoires sombres, voire glauques, avec des meurtres sanglants et tout un tas de choses qu’on ne veut pas voir arriver dans la vraie vie.

Ceci dit, je n’ai rien contre lire un roman léger de temps en temps. Après, il y a léger et léger. Ce roman tombe dans la seconde catégorie.

On ne va pas se mentir, j’ai eu du mal à aller jusqu’au bout de cette histoire d’amour entre la bibliothécaire et son paysan.

Mais je ne peux pas dire que j’ai détesté pour autant, seulement que ce n’est pas ma tasse de thé.

Car le roman est plutôt bien écrit, malgré son côté un peu fleur bleue (qui est d’ailleurs régulièrement contrebalancé par le côté un peu rustre de Benny), ce qui fait qu’il n’est pas désagréable à lire, malgré mon absence d’intérêt pour l’histoire.

Les personnages sont plutôt lisses, même si l’auteure s’est efforcée de leur donner un peu de relief, ça reste léger. Oui, Benny a du caractère, Désirée aussi, mais tout reste en surface, même quand ils s’engueulent. Beaucoup de questions sont posées, sur l’amour, sur les différences, sur les sacrifices nécessaires au fonctionnement d’un couple, sur la maternité, le travail, les préjugés et les pressions sociales, mais aucune ne va vraiment au bout des choses et c’est dommage.

Construire le roman en deux temps, en entremêlant les chapitres du point de vue de Désirée et ceux du point de vue de Benny permet d’opposer les deux regards sur la vie et le couple, mais il manque une réelle confrontation. La plupart du temps, même, il ne subsiste que la difficulté pour les deux protagonistes à communiquer ensemble (ce qui est sans doute l’aspect le mieux réussi du roman).

Arrivé vers la moitié, j’étais passé en pilote automatique, lisant les phrases et tournant les pages sans plus m’attendre à rien. La dernière partie du texte, quoi qu’un peu bâclée à mon goût, m’a surpris. Pas au point de me faire réviser mon jugement sur le roman, mais suffisamment pour relancer un peu mon intérêt.

Le Mec de la Tombe d’à Côté est, pour moi, une erreur de casting. Mais si vous aimez les histoires d’amour légères, qui se lisent facilement, il pourrait vous plaire !

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *