Lu! Autre-Monde : Genèse, de Maxime Chattam.

2 septembre 2017

Lu! Autre-Monde : Genèse, de Maxime Chattam.

Autre-Monde : Genèse

Voir sur Amazon

Matt, Ambre et Tobias, l’Alliance des Trois, doivent traverser l’Europe transformée à la recherche du dernier Cœur de la Terre. L’empereur et Entropia sont sur leurs traces, déterminés à asservir les Pans une bonne fois pour toutes. Alors que les Pans et les Maturs survivants comptent plus que jamais sur eux, l’Alliance des Trois réussira-t-elle à empêcher Entropia de prendre le contrôle de la planète ?

Autre-Monde, c’est la saga Young Adult de Maxime Chattam. J’ai commencé l’aventure lorsque le premier tome est sorti, il y a près de dix ans. À l’époque déjà, le style était bien différent des thrillers habituels de l’auteur, avec ces adolescents qui se retrouvaient livrés à eux-mêmes dans un monde transformé par une immense tempête.

J’ai toujours trouvé cette saga un peu lisse. Le public ciblé, le ton employé et cette impression de Chattam-light qui se dégage des pages. Peu de descriptions, une action souvent débridée et des rebondissements réguliers : la recette du succès de nombreuses sagas pour ados sorties récemment.

Autre-Monde n’échappe pas à la règle. Pourtant, il y a, de temps en temps, des thèmes plus sombres et même quelques risques ponctuels pris par l’auteur. Mais pas assez à mon goût.

Si j’avais apprécié les deux/trois premiers tomes, mon enthousiasme est graduellement retombé par la suite. Preuve en est, Genèse est sorti depuis plus d’un an et je ne le lis que maintenant.

J’ai retrouvé sans mal mes marques, en même temps les premiers chapitres servent avant-tout à remettre le lecteur dans le bain, avec beaucoup de références aux tomes précédents. Puis, très vite, je me suis détaché des personnages et de leurs objectifs.

Genèse, comme tous les autres tomes d’Autre-Monde, se lit assez facilement. À l’exception de la précision experte du vocabulaire concernant les bateaux, l’écriture est simple, presque simpliste, et fluide. Les chapitres, très courts, peuvent s’enchaîner rapidement, si tant est qu’on arrive à s’y plonger.

Le manque de description m’a beaucoup gêné. Durant ce tome, l’Alliance des Trois et leurs comparses traversent plusieurs paysages singuliers dans lesquels il est difficile de se projeter. L’action très résumée, presque bâclée, n’aide pas. Trop souvent, plusieurs jours sont condensés en quelques phrases, manquant d’accentuer la tension et les dangers que traversent les jeunes héros.

Et que dire des explications concernant Entropia et l’origine de la tempête ? Évidemment, l’omniprésence de la technologie dans notre quotidien a des conséquences sur les nouvelles générations, mais la moralisation proposée par l’auteur est, au mieux, facile et biaisée.

Tout ça aurait pu être compensé par une fin épique. D’une certaine façon, elle l’est. avec un combat opposant tous les personnages croisés au fil de la saga (ou presque) aux forces d’Entropia et de l’empereur. Mais, encore une fois, les mêmes défauts réapparaissent. Trop peu de détails, qui confèrent à ce combat massif un goût de brouillon.

Je ne vais pas tourner autour du pot, Genèse ne m’a pas emballé plus que ça. Je pense que le problème principal est le genre YA, qui n’est définitivement pas ma came. Ceci dit, je pense que cette saga, qui a ses qualités, pourrait cartonner au cinéma si tant est qu’un studio majeur y mette le budget adéquat.

Si vous avez lu les tomes précédents, vous aurez sans doute envie de connaître la fin de la saga. Si vous êtes fans du Maxime Chattam qui a écrit la Trilogie du Mal, vous risquez par contre d’être décontenancés par l’ambiance d’Autre-Monde (pour ne pas dire déçus).

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *