Lu! Sur ma Peau, de Gillian Flynn.

14 juin 2016

Lu! Sur ma Peau, de Gillian Flynn.

sur-ma-peau

Voir sur Amazon

Camille, journaliste médiocre pour un journal moyen de Chicago, est envoyée à Wind Gap, sa ville natale, pour couvrir la disparition d’une petite fille. Disparition qui fait écho au meurtre d’une autre petite fille, près d’un an plus tôt. De retour dans la bourgade qui l’a vu grandir, Camille doit affronter son passé, sa mère perverse et Amma, sa demi-sœur de treize ans, qui lui évoque Marian, sa petite sœur décédée quand elle était enfant.

Les Apparences m’avait laissé sur ma faim. J’avais beaucoup aimé la première partie, haletante et habilement menée. Mais j’avais été déçu par la seconde partie, que j’avais trouvé très moyenne et forcée.

Sur ma Peau, le premier roman de l’auteure, devait me permettre de me faire une meilleure idée sur l’écriture de Gillian Flynn. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai pas été convaincu. Certes, Gillian Flynn a une très bonne connaissance des petites villes, qu’elle dépeint à merveille. Elle accorde également beaucoup d’importance à la psychologie de ses personnages, ce qui est, à mes yeux, une qualité fondamentale. Mais ça ne suffit pas pour que que la mayonnaise prenne. Et, en ce qui me concerne, la mayonnaise n’a pas pris.

Oui, Camille est traumatisée par son passé de vilain petit canard familial qui s’est vengé du manque d’affection de sa mère en plongeant dans la débauche puis en se scarifiant. Oui, Adora est une mère manipulatrice et castratrice, incapable d’amour. Oui, Amma est une adolescente perverse, capable de jouer la petite poupée ou la peste. Oui, la ville de Wind Gap regorge de secrets et de personnages ambivalents. Et alors ?

L’enquête (si on peut appeler ça comme ça) est trop simpliste, voire bâclée. Le tout aurait pu être sauvé par une ambiance ou un suspense plus intense. Mais ni l’un ni l’autre ne sont présent. L’ambiance n’est pas glauque ni pesante, elle est lourde. Et le suspense quasi inexistant. On ne croit pas une seconde aux suspects présentés et il faut attendre plus de la moitié du roman pour que l’auteure adresse enfin l’éléphant dans la pièce. Ça nous donne un ensemble sans véritable surprise, ou même le twist final, qui aurait pu sauver le tout, semble (comme dans les Apparences) forcé.

C’est dommage, car sur le papier, les histoires de Gillian Flynn ont tout pour me plaire, avec ses héroïnes torturées et ses sujets intrigants, mais, malheureusement, pas sûr qu’on m’y reprenne de sitôt…

livre-disponible leo

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *