Lu! Plateau, de Franck Bouysse.

5 mars 2016

Lu! Plateau, de Franck Bouysse.

plateau

Voir sur Amazon

L’ombre du chasseur plane sur les Cabanes, le surnom de cet endroit hors du monde et du temps, sur le Plateau Corrézien, où vivent Virgile et Judith, leur neveu Georges et Karl, un ancien boxeur. Virgile perd la vue en même temps que sa femme perd la mémoire, Georges a le sentiment d’avoir gâché sa vie et Karl s’est plongé dans la foi pour oublier son passé. Leur quotidien est bien huilé, chacun est à sa place, jusqu’à l’arrivée de Cory, la nièce de Judith, qui fuit un mari violent.

La première chose qui frappe, en ouvrant ce roman, c’est la plume élégante de l’auteur, qui nous présente les destins liés et entremêlés de paysans profonds avec grâce et sobriété. On s’attache immédiatement à l’endroit, aux personnages, on capte les tensions, on respire la poussière, on entend les animaux.

À l’écart de la civilisation, la vie sur le Plateau se déroule sur un rythme propre. Loin des villes et de l’agitation, c’est le calme qui domine ici. Un équilibre naturellement imposé par un devoir qui se transmet de génération en génération et qui rend chacun esclave de la terre à sa façon.

Virgile et Judith ont élevé Georges à la mort de ses parents. C’est le fils qu’ils n’ont jamais eu et pourtant ils ne sont jamais parvenus à créer ce lien avec lui. Lui voulait partir, vivre autre chose, ailleurs, mais est resté par culpabilité. Karl est un peu le mouton noir, il n’est pas du cru et même s’il se lie d’amitié avec Virgile au fil des ans, il demeure l’étranger et invoque la méfiance.

Tout, sur le Plateau, se résume à la nature sauvage (décrite avec beaucoup de poésie) et à des personnes qui n’arrivent pas à se parler. Les regards et les gestes expriment bien plus que les mots. Dans ce sens, les dialogues sont très justes. L’arrivée de Cory est le catalyseur, elle chamboule l’équilibre, fait remonter les secrets enfouis, réveille les pulsions. Et puis il y a ce chasseur qui tourne autour, se rapproche petit à petit, faisant monter la tension.

J’aurais seulement préféré que la quatrième de couverture ne mentionne pas ces coups de feu qui résonnent et que je me suis donc mis à attendre, à anticiper. Car ils restent là, dans un coin de ma tête, durant tout le roman alors qu’il y a bien plus important, comme la maladie de Judith, la remise en question de Virgile, la maladresse de Georges ou la violence de Karl.

La fin me laisse un sentiment un peu mitigé, si elle est cohérente et très bonne dans son ensemble, je me suis senti un peu « floué » part ce « chasseur ». Mais ce n’est qu’un détail à côté de tout le reste.

Plateau est un roman noir de terroir, une histoire forte, portée par des personnages tourmentés et attachants, un cadre original et une écriture irréprochable. Si c’est mon premier de Franck Bouysse, nul doute que ce ne sera pas le dernier !

livre-disponible leo

FacebooktwitterFacebooktwitter

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *