Vu! Mayhem, de Joe Lynch.

16 août 2018

Vu! Mayhem, de Joe Lynch.

Mayhem

Voir sur Amazon

Derek Cho est un jeune employé ambitieux qui travaille dans un grand cabinet d’avocats. Enfin, c’est ce qu’il était à son arrivée dans l’entreprise. Pour grimper les échelons, il a dû bosser dur et surtout remiser ses valeurs au placard. La clef de son succès, il la doit à un vide juridique trouvé pour faire acquitter un client ayant commis un meurtre sous l’emprise du virus ID-7, surnommé Red Eye. Le virus Red Eye affecte les voies neuronales et abolissent les inhibitions, rendant les contaminés potentiellement très dangereux. Alors que le virus frappe l’immeuble du cabinet, qui est aussitôt mis en quarantaine par les autorités, Derek apprend qu’une rivale tente de lui faire porter le chapeau pour une faute qui n’est pas la sienne et pourrait lui coûter sa place. Pendant que la folie s’empare de ses collègues, Derek a huit heures pour exécuter sa vengeance.

Je suis tombé sur ce film par hasard et j’ai été attiré par la présence de Steven Yeun au casting. Glenn était l’un de mes personnages préféré de The Walking Dead, et je suis toujours curieux de voir ce que les acteurs que j’ai bien aimé dans une série sont capables de faire dans un film. Il s’en sort globalement plutôt bien, avec un personnage attachant pour qui on éprouve rapidement une certaine empathie.

L’idée de base est assez prometteuse, avec ce virus qui transforme les gens non pas en zombies, mais en psychopathes. La présentation est sympa, rythmée et donne le ton du film.

Ou, en tout cas, c’est ce qu’on aurait pu espérer.

Car passée cette introduction et à l’exception de quelques scènes relativement réussies, le film ne tient pas ses promesses. À défaut d’être tout à fait original, ça aurait pu être jouissif. Malheureusement, l’effet visuel a été privilégié à l’histoire et la cohérence du scénario et, très vite, ça devient bancal. D’autant plus que le virus n’est pas aussi dominant que c’était suggéré au début.

Les scènes d’actions tournent vers le gore juste par principe, pour faire gicler du sang à profusion. Notre héros s’en prend plein la tronche mais semble invincible. Il est tellement résistant qu’il ferait presque passer John McLane pour une chochotte, autant dire que c’est un brin abusé.

Les personnages secondaires n’aident pas. Si Samara Weaving ne s’en sort pas trop mal, le lien entre son personnage et celui de Derek est, au mieux, tiré par les cheveux. Le reste du casting est trop caricatural pour être mentionné.

J’espérais un film chouette, original et décapant à la Severance. Mauvaise pioche. Mayhem est un divertissement plutôt moyen, qui n’est jamais parvenu à vraiment capter mon intérêt. À réserver aux fans absolus de Steven Yeun (et encore) ou aux amateurs de films sanglants peu regardant sur la qualité de l’histoire.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *