Vu! Mr. Robot, saison 3.

26 juin 2018

Vu! Mr. Robot, saison 3.

Mr. Robot, saison 3

Voir sur Amazon

Après avoir tiré sur Elliot, Tyrell appelle la Dark Army à la rescousse. Elliot est soigné et remis sur pieds, mais dès qu’il reprend conscience, son seul objectif est de réparer les dégâts causés par les événements du 5/9. Il met tout en œuvre pour tenter de contrecarrer les plans de Whiterose, avec l’aide de Darlene, devenue informatrice pour le FBI, et tandis que Mr. Robot et Angela travaillent de consort dans son dos pour mener leur mission à bien.

Zhang reconsidère la position d’Elliot dans son plan mais décide de le laisser vivre tant qu’il n’aura pas servi son propos. Philip Price lui met la pression pour obtenir des garanties sur Ecoin en échange de son vote pour l’annexion du Congo par la Chine, et Zhang répond en menaçant Angela. Malgré le vote de Price au conseil de l’ONU, Zhang déclenche la Phase 2 le jour du vote pour lui donner une leçon.

J’ai adoré la première saison de Mr. Robot, plus que ça, je l’avais dévorée avec un enthousiasme presque inédit. Cet espèce de mélange entre V pour Vendetta et Fight Club m’avait immédiatement et complètement conquis.

J’avais trouvé la saison 2 légèrement en-dessous, mais j’avais aimé néanmoins.

Cette troisième saison m’a laissé un brin perplexe.

J’ai adoré retrouver Elliot et son alter-ego, Mr. Robot, j’ai adoré retrouver les différents personnages, et cette ambiance un peu pesante de catastrophe imminente brillamment mise en scène et réalisée.

Une des qualités majeures de Mr. Robot, c’est l’esthétisme déséquilibré de sa réalisation, ces plans étrangement cadrés qui subliment les acteurs et confèrent à la série un visuel unique.

Une autre, c’est son scénario complexe, où tous les éléments s’imbriquent parfaitement les uns dans les autres pour créer une histoire très solide et captivante.

Et c’est sans compter sur un casting formidable, mené par un Rami Malek toujours au top. Il est secondé par une équipe qui ne démérite pas, bien au contraire, qui prend même de plus en plus d’importance. Carly Chaikin, Portia Doubleday, Grace Gummer, B. D. Wong, Martin Wallström, Michael Cristofer, Bobby Cannavale, Joey Bada$$ et, bien sûr, Christian Slater, pour ne citer qu’eux.

Tous donnent le meilleur d’eux-mêmes pour faire vivre leurs personnages et aucun ne dénote.

Ça ne m’a pas empêché d’avoir un petit peu de mal avec le changement d’objectif d’Elliot. Je comprends ses motivations et la logique de ce retournement, mais mon côté révolutionnaire anarchiste y a vu une tentative malheureuse de ramener les choses à un statu quo malsain.

Ceci dit, une fois passé ce « détail », la série conserve son addictivité et les épisodes s’enchaînent en rythme pour découvrir la suite.

J’avais en tête que cette saison serait la dernière. Je me rappelle avoir lu une interview de Sam Esmail, le créateur, scénariste, réalisateur et producteur de Mr. Robot, dans laquelle il disait que l’histoire serait en trois actes.

Mais je ne vais pas bouder mon plaisir à l’idée de retrouver Elliot l’année prochaine pour une quatrième saison, surtout pas après les éléments glissés à la fin du dernier épisode.

Si j’aurais préféré qu’Elliot fasse d’autres choix à certains moments de cette troisième saison, je trouve que Mr. Robot reste une série de grande qualité qui réussit à se renouveler tout en maintenant un degré de qualité bien au-dessus de la moyenne.

Rien que pour ça, elle fait partie de mes séries préférées de ces dernières années.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *