Vu! Preacher, saison 2.

10 août 2018

Vu! Preacher, saison 2.

Preacher, saison 2

Voir sur Amazon

Jesse Custer, Tulip et Cassidy quittent Annville après avoir contribué à réduire la petite ville à feu et à sang. Sur la trace de Dieu, ils décident de rejoindre New Orleans, Dieu étant amateur de jazz. Leur trajet n’est pas sans encombres, d’autant plus que le Saint des Tueurs traque Jesse et n’hésite pas à assassiner quiconque se dresse sur sa route. Jesse devra en plus faire face à une mystérieuse organisation d’hommes en blanc, tandis que Tulip est confronté à son passé et Cassidy, également, d’une autre façon.

Preacher, c’était un de mes coups de cœur de l’année 2016 (ou 2017, selon qu’on compte quand je l’ai commencée ou terminée). Si j’ai mis autant de temps à regarder la deuxième saison, c’est que les séries diffusées sur Amazon Prime sont moins facilement accessibles que celles diffusées sur Netflix. Ou, peut-être, simplement que j’ai le réflexe de lancer Netflix plus que celui de lancer son équivalent Amazon.

Peu importe. Je n’avais aucun doute que je voulais voir la deuxième saison de Preacher, c’était seulement une question de quand.

Et, une fois que j’ai lancé le premier épisode, j’ai retrouvé l’ambiance noire et décalée qui m’avait tellement plu dans la première saison. Mieux encore, cette deuxième saison est encore plus noire et décalée que la première, si, si, c’est possible.

Dominic Cooper reprend avec brio son rôle de prédicateur affublé du pouvoir extraordinaire de pouvoir soumettre n’importe qui à sa volonté et obnubilé par la recherche de Dieu.

À ses côtés, Ruth Negga et Joseph Gilgun, qui ont déjà joué ensemble dans Misfits, interprètent respectivement Tulip et Cassidy.

Si le trio demeure l’attraction principale de la série, les personnages secondaires sont importants et certains sont complètement fous.

Ian Collette reprend son rôle d’Eugene Root, Graham McTavish celui du Saint des Tueurs, peut-être le personnage le plus charismatique de la série, Pip Torrens joue Herr Starr, à la tête des hommes en blanc, tandis que Julie Ann Emery et Malcolm Barrett le secondent.

Les treize épisodes de cette seconde saison s’enchaînent sur un rythme soutenu agrémenté de flashbacks tantôt géniaux tantôt nécessaires. Pour le reste, la série sait varier les rythmes, entre violence assumée et un humour aussi noire qu’irrévérencieux.

Si vous avez envie de voir à quoi Dieu ressemble lorsqu’il est de passage à New Orleans, que vous vous demandez si Hitler est bien en Enfer et à quoi ressemble la descendance de Jésus, cette deuxième saison de Preacher devrait vous combler.

J’avais eu un coup de cœur pour la première saison, coup de cœur qui se confirme largement pour cette deuxième saison. La suite est en cours de diffusion, et nul doute que je vais la regarder très prochainement !

Si vous ne connaissez pas encore cette adaptation d’un roman graphique produite par Seth Rogen, Evan Goldberg et Sam Catlin, je vous recommande vivement de vous y mettre !

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *