Vu! Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur, de Guy Ritchie.

10 octobre 2017

Vu! Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur, de Guy Ritchie.

Le Roi Arthur

Voir sur Amazon

Grâce à son épée magique, Excalibur, Uther Pendragon, roi de l’île de Bretagne, défait le Mage Noir, Mordred, et son armée à la suite d’une attaque sur Camelot. Mais une fois la bataille terminée, Uther doit affronter Vortigem, son propre frère, qui sacrifie sa femme pour devenir un chevalier démon. Le démon défait Uther en combat après avoir abattu sa femme, tandis que le jeune Arthur, seul survivant, dérive sur un bateau jusqu’à Londinium, où il est élevé par des prostituées. Le jeune Arthur grandit dans la rue et devient un chef de gang. Mais quand il s’en prend à un groupe de Viking protégés par le roi Vortigem, les Blacklegs l’embarquent. Comme tous les hommes de son âge, il est amené de force à Camelot pour essayer de retirer une épée récemment apparue dans la roche.

La légende du Roi Arthur est une histoire que j’aime bien. Je ne la connais pas très bien, mais je l’aime bien. J’aime bien Kaamelott, évidemment, mais j’avais aussi bien aimé Le Roi Arthur, la version d’Antoine Fuqua (même si je redoute de la regarder de nouveau, plus de dix ans après).

J’aime bien Guy Ritchie, également. En tout cas j’ai adoré Snatch et j’ai apprécié (plus ou moins) ces derniers films.

Logiquement, je m’attendais à apprécier cette revisite du mythe arthurien.

J’ai (très) vite déchanté.

Si le prologue fait penser à une séquence tirée du Hobbit, avec sa bataille et ses monstres, la comparaison s’arrête là.

La trahison de Vortigem est évidente. Jude Law a enfilé son costume de méchant dès la première minute du film. Aucune nuance, aucun suspense.

Le résumé de la vie d’Arthur en quelques minutes rappelle le style de Guy Ritchie, mais m’a semblé parfaitement inapproprié à la situation et l’histoire. Et le reste du film n’aura pas réussi à me défaire de cette désagréable impression d’être en train de regarder un blockbuster américain feignant.

C’est contradictoire, car le talent de Guy Ritchie derrière la caméra n’est plus à prouver. Le problème c’est que s’il est excellent dans la comédie britannique, voire la comédie d’action américaine, avec tous ses effets de caméras, j’attendais ici autre chose.

Je l’ai dit, je ne suis pas spécialiste de la légende arthurienne, mais je l’apprécie. J’espérais donc un film à la hauteur du mythe. Un film épique. Sérieux. Pas forcément dénué d’humour. Mais sérieux.

J’ai eu droit à un clip de deux heures mettant en scène un Charlie Hunnam au charisme en berne. Il est si musclé et si désinvolte qu’il pourrait facilement incarner un super-héros dans une série TV de DC. En fait, le Jax Teller de Sons of Anarchy ressemble à Travis Fimmel, la prestance et la folie en moins.

Eric Bana incarne un Uther Pendragon plutôt convaincant. C’est presque à regretter que son rôle soit si peu développé (si l’on excepte les innombrables flashbacks). Djimon Hounsou se repose sur son expérience pour faire le boulot, sans trop forcer. Aidan Gillen quitte son rôle de Petyr Baelish dans Game of Thrones pour celui d’un archer de la résistance.

La bonne surprise de ce film, côté casting, n’est pas l’apparition inutile de David Beckham en garde, c’est la prestation d’Astrid Bergès-Frisbey dans le rôle de la Mage. Je l’ai trouvée très juste, elle ne surjoue pas, laissant sa présence et un jeu efficace imposer son personnage.

Mais ce n’est pas suffisant pour faire de la Légende d’Excalibur un succès. Outre le flop au Box-Office, le film m’a semblé passer à côté de son sujet. Ce qui marche avec U.N.C.L.E. voire même avec Sherlock Holmes, à savoir l’humour britannique couplé à des effets visuels impressionnants, ne fonctionne pas ici, dénaturant à mes yeux une histoire qui méritait une adaptation d’un autre niveau.

Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur est pour moi une grosse déception. Trop facile, trop pompeux, trop peu crédible. Si vous aimez les grands films, passez votre chemin. Si vous êtes fan de Guy Ritchie, ne vous attendez pas à grand-chose.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *