Vu! Spider-Man : Homecoming, de Jon Watts.

2 décembre 2017

Vu! Spider-Man : Homecoming, de Jon Watts.

Spider-Man Homecoming

Voir sur Amazon

Après sa participation au combat entre les alliés d’Iron Man et ceux de Captain America, Peter Parker retourne chez lui, dans le Queens. Tony Stark ne le juge pas encore prêt pour intégrer les Avengers, mais Peter cherche à lui prouver le contraire en combattant le crime sous son costume de Spider-Man. Il cache ses activités de justicier derrière le prétexte de son stage chez Stark Industries, mais se fait démasquer bêtement par son meilleur ami, Ned. Alors qu’il a de plus en plus de mal à trouver un équilibre entre sa vie de lycéen et son activité de Spider-Man, il met le doigt sur un trafic d’armes impliquant de la technologie extra-terrestre.

Spider-Man n’a jamais été mon héros préféré. Je le trouve assez cool, mais trop enfantin. Même la version adulte de la trilogie de Sam Raimi ne m’a pas exalté plus que ça, la faute en grande partie au fait que je déteste Tobey Maguire. Je ne parlerais même pas de The Amazing Spider-Man, que j’ai trouvé tellement mauvais que je ne me suis même pas donné la peine de regarder la suite.

Mais bon, jusque-là j’ai vu tous les films de l’Univers Cinématographique Marvel et je n’allais pas louper celui-ci, même si ce n’est pas celui que j’attends le plus.

Au final, je l’ai trouvé pas si mal. Un peu teenager, mais supportable.

Tom Holland, à part ses abdos ridiculement ciselés (qui ne cadrent pas avec son personnage), fait du bon boulot et fait oublié un Andrew Garfield niais au possible (mais pas autant que dans Tu ne tueras point).

Jon Watts, qui a précédemment réalisé deux films au succès très moyen, s’en sort plutôt bien malgré son inexpérience. D’ailleurs j’ai du mal à comprendre qu’un studio comme Sony (qui sous-loue les droits de son personnage à Marvel pour le MCU) confie les rênes d’un blockbuster à un novice. Mais bon, ça a l’air d’être la mode ces derniers temps.

Une autre réussite de ce film, c’est la présence charismatique de Michael Keaton dans un rôle important. Il ouvre le film avec une première scène très bien foutue et épouse parfaitement son personnage de vilain. Voir l’un des Batman les plus emblématique devenir un méchant chez Marvel, ça fait un peu bizarre, mais ça rend très bien !

À côté de Jon Favreau en Happy Hogan et de Robert Downey Jr en Tony Stark, on retrouve Marisa Tomei, introduite dans Civil War et on découvre plusieurs adolescents, dont Jacob Batalon, qui joue Ned, le meilleur ami de Peter Parker ; Laura Harrier joue Liz, dont Peter est amoureux ; Tony Revolori joue Flash Thompson (parce qu’on n’a pas assez de Flash chez les super-héros) ; Angourie Rice est Betty Brant tandis que Zendaya Coleman joue Michelle, une étudiante en retrait, qui semble avoir des vues sur Peter Parker. C’est peut-être le personnage ado le plus intriguant, en tout cas jusqu’à ce qu’elle demande à ce qu’on l’appelle MJ.

Le reste du casting inclut la très bonne surprise Donald Glover. L’ancien de Community n’a qu’un petit rôle, mais très remarqué. Regardez ses yeux dans la scène du parking. Il est parfait. Ajoutons les noms du très bon Martin Starr, de Bokeem Woodbine, Michael Chemus, Abraham Attah, Selenis Leyva, Kenneth Choi, Hannibal Buress, Logan Marshall-Green, Michael Mando, ou Garcelle Beauvais. Jennifer Connelly et Kerry Condon prêtent, respectivement, leurs voix à KAREN et FRIDAY, tandis que Gwyneth Paltrow, Chris Evans et Stan Lee font des apparitions.

J’ai beaucoup aimé le début. La scène avec Michael Keaton qui met tout de suite dans l’ambiance, le journal-vidéo des premiers pas de Spider-Man dans la cour des grands, sa relation avec Happy. J’ai, évidemment, moins aimé les passages au lycée et les intrigues d’ados, même si ça aurait pu être pire (cf la scène avec Liz après le bal).

Les effets spéciaux sont là, le rythme aussi. Le film est peut-être un peu long, mais ça se regarde bien. Spider-Man Homecoming s’inscrit dans la lignée de ce que Marvel (même si c’est produit par Sony) sait faire. Un bon divertissement, qui pose déjà des bases pour la suite des aventures de l’ado-araignée.

FacebooktwitterFacebooktwitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *