Vu! Game of Thrones, saison 5.
Séries TV / 29 mars 2016

Vu! Game of Thrones, saison 5. Vais-je me risquer à tenter de résumer cette saison ? Ses intrigues multiples, son fourmillement de personnages et de décors, les alliances des uns, les promotions des autres, ou encore les retournements de situations, les viols et les morts ? Non. C’est Game of Thrones ! On ne résume pas Game of Thrones, on le regarde ! Mieux, on le dévore, on l’engloutit ! Depuis cinq saisons, on est habitués. Une Histoire qui progresse lentement, mais sur un rythme néanmoins haletant. La série tirée de la saga littéraire de George R.R. Martin a gagné la réputation d’être imprévisible et c’est toujours aussi vrai dans ces 10 nouveaux épisodes. Personne n’est à l’abri tandis que la balance des pouvoirs fait la girouette. Sur le toit des Sept Royaumes un jour, au fond du trou (plus ou moins littéralement) le suivant, ou le contraire. Chaque personnage est engagé dans une quête pour sa (sur)vie, son futur ou le monde. Et les dragons ? Ils se portent bien, les dragons ? La multitude de personnages et de quêtes secondaires peut parfois se révéler compliquée à suivre (qui c’est, lui, déjà ?) à mesure que les alliances fluctuent…

Vu! Pan, de Joe Wright.
Films / 20 mars 2016

Vu! Pan, de Joe Wright. Peter (Levi Miller), un orphelin dans le Londres de la Seconde Guerre Mondiale, est enlevé avec d’autres enfants par les pirates d’un bateau volant. Amenés au Pays Imaginaires, ils sont asservis par Barbe Noire (Hugh Jackman) et utilisés comme mineurs pour extraire le pixom des fées dans la roche. Mais au Pays Imaginaire, Peter n’est pas un enfant comme les autres et il va s’allier avec un adulte, James Hook (Garrett Hedlund), pour retrouver sa mère. On nous promettait, avec ce Pan, un retour aux sources, une nouvelle façon de redécouvrir ce compte centenaire, un espèce de reboot de la franchise, si vous voulez. Bien, soit. À peine le film commence que déjà, je me suis dit que je n’étais pas le public visé. Certes, j’avais beaucoup aimé le Hook, de Steven Spielberg, quand j’étais gamin, mais il y avait Robin Williams et Dustin Hoffman au casting. Ici, on veut faire un mélange de l’Odyssée de Pi et Avatar sur fond de Peter Pan. Les effets visuels, omniprésents, sont parfois très réussis, mais la plupart du temps, c’est surchargé au point d’en devenir grossier. Le montage n’est pas toujours très juste non plus. Et que…

Vu! Seul sur Mars, de Ridley Scott.
Films / 2 mars 2016

Vu! Seul sur Mars (The Martian), de Ridley Scott. L’équipage d’Ares III est forcé d’abandonner sa mission sur Mars quand leur site est frappé par une énorme tempête. Durant l’évacuation, Mark Watney (Matt Damon) est frappé par une antenne et laissé pour mort. Le lendemain, tandis que le reste de l’équipage est en route pour la Terre, Mark se réveille sur le sol martien. Et réalise qu’il est tout seul sur la planète rouge. Incapable de communiquer avec la NASA, il va devoir faire preuve d’ingéniosité et employer au mieux ses maigres ressources s’il veut survivre jusqu’à l’arrivée de la prochaine mission, quatre ans plus tard. J’avais lu le roman éponyme dont est tiré le film au moment de sa sortie française, fin 2014. Andy Weir, l’auteur du roman, a un parcourt qui ressemble à un conte de fée. Son texte, publié au format numérique sur Amazon en 2011 a eu un grand succès. Il a signé dans une grande maison d’édition américaine (Crown, qui appartient à Random House) et a vendu ses droits pour une adaptation cinématographique en 2014, à quelques jours d’intervalle. Une adaptation qui ne pouvait être qu’attendue quand on sait que le scénario a été écrit par…

Vu! Deux sœurs pour un roi, de Justin Chadwick.
Films / 27 février 2016

Vu! Deux sœurs pour un roi (The other Boleyn girl), de Justin Chadwick. Tandis que le couple royal bat de l’aile, le Duc de Norfolk (David Morrissey) y voit un moyen d’asseoir son autorité à la cour. Il s’arrange pour que Anne Boleyn (Natalie Portman), sa nièce, devienne la maîtresse d’Henry VIII (Eric Bana), mais c’est finalement vers Mary (Scarlett Johansson), la sœur d’Anne, pourtant récemment mariée, qu’il se tourne. D’abord hésitante, elle se sacrifie pour sa famille. De son côté, Anne est exilée en France, mais elle n’a pas dit son dernier mot. Je ne suis pas un grand amateur de films historiques, mais je dois admettre que celui-ci est plutôt agréable à regarder. Les relations entre les différentes familles, ici la famille Boleyn, et la cour sont intéressantes. Basées sur l’ambition, les secrets, les manipulations et les trahisons, tout en faux-semblants et en apparences, elles ne sont pas dénuées de rebondissements et n’ont rien à envier aux thrillers d’aujourd’hui. Plus encore que la réalité historique (par toujours respectée, voire, parfois, pas du tout), l’attrait principal du film tient dans la présence à l’affiche de deux excellentes actrices qui ont, en plus, l’avantage d’être de véritables icônes de beauté,…

Vu! Le Hobbit : La Bataille des cinq armées, de Peter Jackson.
Films / 26 février 2016

Vu! Le Hobbit : La Bataille des cinq armées, de Peter Jackson. Pendant que la population de Lacville fait de son mieux pour s’enfuir, Smaug met la ville à feu et à sang (surtout à feu). Depuis la montagne Solitaire, Thorin et sa compagnie fouillent les trésors de Smaug à la recherche de l’Arkenstone. Thranduil, apprenant la chute du dragon, se dirige avec son armée vers la montagne pour récupérer les bijoux elfiques, tandis que les hommes veulent leur part du butin pour reconstruire leur ville. Thorin demande l’aide de son cousin pour tenir tête aux elfes et aux humains, mais une menace plus lourde pèse sur eux, les deux armées d’Orques menées par Azog et son fils Bolg. Dans le même temps, à Dol Guldur, Gandalf est sauvé par Galadriel, Elrond, Saroumane et Radagast, avant de devoir affronter Sauron et ses Nazgûls. Ce troisième volet des aventures de Bilbo reprend exactement là où le second s’était arrêté. Et pour cause, The Hobbit était programmé par son réalisateur pour être un diptyque et non une trilogie. Dès sa sortie, La bataille des armées aura essuyé de nombreuses critiques. Considéré comme le moins bon film de la série. Déjà, Martin Freeman, très bon en…

Vu! Gone Girl de David Fincher.
Films / 2 octobre 2015

Vu! Gone Girl de David Fincher. Nick Dunne (Ben Affleck) vaque à ses occupations habituelles et retrouve sa sœur, Margo (Carrie Coon) au bar qu’ils gèrent ensemble, The Bar. Nick reçoit un appel inquiétant et rentre chez lui en catastrophe pour découvrir son salon dévasté et sa femme, Amy (Rosamund Pike) absente. La police mène l’enquête, une conférence de presse lance une campagne pour retrouver Amy. Très rapidement, les soupçons se tournent vers Nick, dont le comportement est troublant. Adapté du roman « Les Apparences » de Gillian Flynn, Gone Girl est un film que j’ai longtemps hésité à regarder. Déjà parce que j’ai lu le livre, qui ne m’avait que moyennement convaincu. Et puis si vous suivez cette page, vous savez ce que je pense des adaptations. Mais j’avais deux heures à tuer et la flemme de choisir un film dans lequel m’investir. Alors, comme j’aime particulièrement David Fincher, j’ai décidé de laisser sa chance à son dernier film en date. C’est dingue de déprécier autant les adaptations et d’y revenir malgré tout, non? Dès le générique, quelque chose m’a plu : Gillian Flynn s’est chargée elle-même de l’adaptation de son roman. J’ai lu le roman il y a suffisamment longtemps…

Vu! Fresh off the Boat, Saison 1.
Séries TV / 2 septembre 2015

Vu! Fresh off the Boat, Saison 1. Eddie Huang (Hudson Yang) et sa famille déménagent de Washington D.C. pour s’installer à Orlando, en Floride, où son père, Louis (Randall Park) vient d’ouvrir un steakhouse. Le changement de décor et de repères n’est facile pour personne, encore moins quand on est un adolescent asiatique fan de rap et qu’on a une mère un brin strict. J’ai découvert cette sitcom un peu par hasard et je me suis laissé tenter par son côté un peu original. Au premier abord, le format ressemble beaucoup à celui de The Goldbergs, mais dans les années 90 (95 exactement) et avec une famille d’origine Taïwanaise. L’histoire est narrée du point de vue d’Eddie, et basée sur la biographie du véritable Eddie Huang. Pour tout dire, j’ai eu du mal à rentrer dedans et j’ai pensé abandonner après les deux premiers épisodes. Je ne l’ai pas fait. Finalement, je me suis attaché à tous les personnages secondaires, à commencer par la mère (Constance Wu), qui est géniale, c’est la raison principale de mon obstination à terminer cette première saison. Ses mimiques sont parfaites et ses remarques très drôles. Le père est pas mal aussi, immigré chinois qui embrasse…

Vu! Still Alice de Wash Westmoreland et Richard Glatzer.
Films / 27 août 2015

Vu! Still Alice de Wash Westmoreland et Richard Glatzer. Alice Howland (Julianne Moore) est une linguiste de renommée, mère de trois enfants et heureuse en mariage. Alors qu’elle fête son cinquantième anniversaire, elle commence à perdre ses mots (ce qui la fout mal pour une linguiste !). Avant d’inquiéter les siens, elle décide de consulter un neurologue. Le diagnostic tombe, elle souffre de la maladie d’Alzheimer. Je n’ai pas lu le roman éponyme (de Lisa Genova) à partir duquel est tiré le film. Tout ce que je savais, c’est que ça parlait de la maladie d’Alzheimer et que la prestation de Julianne Moore avait été plébiscitée. Le film en lui-même est simple. Une femme apprend qu’elle est touchée par une maladie grave et on la suit tandis que son état se dégrade malgré ses efforts. Ce qui fait la force de Still Alice, c’est la justesse de son casting. Julianne Moore est formidable et l’oscar qu’elle a remporté pour ce film est mérité. Elle campe une femme dans la fleur de l’âge qui a su mener une carrière irréprochable tout en élevant trois enfants avec un mari chercheur. C’est une actrice que j’apprécie depuis des années, et elle confirme là…

Vu! Horns de Alexandre Aja.
Films / 24 août 2015

Vu! Horns de Alexandre Aja. Ig Perrish (Daniel Radcliffe) est accusé du viol et du meurtre de sa petite amie, Merrin (Juno Temple). Défendu par son meilleur ami, Lee Tourneau (Max Minghella), il entend prouver son innocence. Un lendemain de cuite, il découvre que des cornes lui ont poussées, des cornes qui lui confères des pouvoirs surnaturels, comme notamment pousser les gens qui croisent sa route à lui révéler leurs pensées les plus obscures. Il compte bien profiter de ce pouvoir pour retrouver l’assassin de Merrin. J’avais hésité entre lire le roman ou voir le film en premier. Normalement, la question ne se poserait pas, mais j’aime bien Alexandre Aja et j’avais peur qu’en ayant déjà lu le roman, je sois trop critique envers l’adaptation cinématographique. Et ben ça n’a pas loupé. Je n’ai pas réussi à me détacher du roman et j’ai passé deux heures à relever les incohérences et autres changements dans l’histoire. Et il y en a un paquet. Hormis tout ce que je n’avais pas imaginé ainsi, pleins d’éléments ont été changés et ça m’a empêché de me laisser porter par le rythme du film. Et ça n’a rien à voir avec le talent (certain) du…

Vu! Killing Bono de Nick Hamm.
Films / 22 juillet 2015

Vu! Killing Bono de Nick Hamm. Dublin, 1976, Neil McCormick (Ben Barnes) rêve de devenir une star du rock. Il monte un groupe (qui deviendra Shook Up) avec son frère Ivan (Robert Sheehan), en concurrence de son camarade de classe Paul Hewson (Martin McCann). Quand Paul essaie de débaucher Ivan pour son groupe, Neil refuse. Quand Paul se rebaptise Bono et que son groupe, U2, trouve un succès planétaire, Neil se fait la promesse de devenir encore plus célèbre, quitte à se lier avec un mafieux dublinois pour atteindre la gloire. Killing Bono est sorti en 2011 d’après la biographie de Neil McCormick. Sur un fond pop/rock, on suit la quête des deux frères pour faire de leur groupe un succès, quand leurs anciens camarades de classe sont tranquillement installés sur le toit du monde. Dès les premières minutes, Neil McCormick nous prévient, il est poisseux. Très poisseux. Et le fait qu’il prenne de mauvaises décisions ne l’aide pas. Toute sa vie est vécue en parallèle à celle du leader de U2 et il ne le supporte pas. La réalisation n’est pas extraordinaire, mais ce n’est pas ce qui fait l’attrait de ce film. L’histoire se suffit à elle-même et les…