Vu! Stand by me, de Rob Reiner.
Films / 24 février 2015

Vu! Stand by me, de Rob Reiner. Datant de 1986, le film n’a pas vieilli. Il est adapté de la nouvelle « Le Corps », de Stephen King et raconte l’histoire d’un groupe de gamins qui partent en randonnée dans la ville fictive de Castle Rock (déplacée pour le film du Maine en Oregon) à la recherche du corps d’un enfant de leur âge porté disparu depuis plusieurs jours et qui aurait été aperçu mort par le grand frère d’un des gamins. On retrouve un casting composé de noms ronflants, avant qu’ils ne soient connus. Le personnage principal, Gordie, est interprêté par Will Wheaton, surtout connu par la suite pour son rôle de Wesley Crusher dans Star Trek Next Generation ; mais on retrouve aussi River Phoenix (frère de Joaquin et décédé très jeune), Jerry O’Connell (quand il était petit et gros) ou encore Kiefer Sutherland en loubard agressif, bien des années avant qu’il ne devienne Jack Bauer. Pour sa première adaptation de Stephen King (il réitérera plus tard avec Misery), Rob Reiner (Quand Harry rencontre Sally) signe une comédie dramatique sur le passage à l’âge adulte d’une groupe de jeunes adolescents qui font un voyage initiatique à la recherche du fameux corps….

Vu! The Reader, de Stephen Daldry.
Films / 17 février 2015

Vu! The Reader, de Stephen Daldry. L’histoire de Michael Berg, un jeune garçon qui tombe amoureux d’une femme plus âgée (Kate Winslet), avec qui il entame une liaison secrète. Quand ils ne font pas l’amour, elle lui demande de lire pour elle. Puis elle disparait à la fin de l’été, du jour au lendemain. Michael poursuit sa vie, marqué par cette histoire qui n’a pas fini de le surprendre. Je ne veux pas trop spoil, je n’ajoute pas plus de détails à mon synopsis. Armé d’une histoire puissante et d’une actrice principale formidable, The Reader m’a pourtant laissé un peu sur ma faim. J’ai bien aimé, mais j’aurais aimé être plus embarqué dans ce film. Quand j’ai vu qu’il ne datait que de 2008, j’ai été surpris, il fait plus vieux.

Vu ! Game of Thrones, Saison 3.
Séries TV / 12 février 2015

Vu ! Game of Thrones, Saison 3. Après un hiatus de quelques années, j’ai enfin visionné la troisième saison de la série culte adaptée de la saga fleuve de George R. R. Martin. J’avais adoré les deux premières saisons, puis j’avais accordé la priorité à d’autres séries. Je savais que ce n’était qu’une question de temps avant de m’y replonger, et à l’approche de la sortie en Blu-Ray de la quatrième saison, j’ai enfin pris le temps de rattraper une partie de mon retard. Il m’aura fallu un petit temps d’adaptation avant de bien resituer l’intrigue, les différentes (nombreuses) trames et ses personnages hauts en couleur. J’avoue avoir eu un peu de mal à bien visualiser qui est qui, qui est où et qui fait quoi, mais une fois que c’était fait, j’étais de nouveau pleinement immergé dans cet univers rappelant un Seigneur des Anneaux pour adulte. Toujours aussi sanglants et impitoyables, j’ai pris beaucoup de plaisir à enchaîner les 10 épisodes de cette troisième saison, avec ses quelques rebondissements chocs (dont beaucoup de scénaristes/auteur devraient s’inspirer) et ses développements à suivre. Game of Thrones confirme haut la main son statut de série culte, avec sa qualité vidéo digne d’un…

Vu! Avant d’aller dormir, de Rowan Joffé.
Films / 7 février 2015

Vu! Avant d’aller dormir, de Rowan Joffé. Nicole Kidman campe une femme amnésique suite à un accident. Elle n’est capable d’enregistrer des souvenirs que sur une période de 24 heures. Le lendemain, elle repart à zéro. Son mari, Colin Firth, la soutient mais quand son médecin (interprété par Mark Strong, un acteur que j’apprécie) la pousse à s’enregistrer jour après jour pour essayer de l’aider, elle commence à découvrir des éléments de son passé qu’elle avait oublié (oui, l’amnésie vous fait ça…). Adapté du roman éponyme de S. J. Watson, Avant d’aller dormir est un thriller psychologique plutôt bien écrit, mais n’est pas pour autant une grande réussite. La fin réserve bien quelques surprises, mais est-ce assez pour crier au génie? Non.

Vu! Sin City 2 : A Dame to Kill For, de Robert Rodriguez et Frank Miller.
Films / 7 février 2015

Vu! Sin City 2 : A Dame to Kill For, de Robert Rodriguez et Frank Miller. Presque dix ans après Sin City, voici enfin la suite tant attendue de ce film culte. On retrouve certains personnages du premier volet (Marv, Dwight, Nancy et quelques autres) et on en découvre de nouveaux (Ava Lord, Johnny). Certains des acteurs ont changé, pour différentes raisons, mais puisque je n’ai pas revu le premier volet avant de regarder le 2, ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Comme dans le 1, il y a plusieurs histoires mélangées, certains personnages se croisent et d’autres non. Les intrigues en elle-même ne sont pas extrêmement élaborées, mais on ne regarde pas Sin City pour les mêmes raisons que La Taupe. Le point fort du film (et le plus développé) est son aspect visuel (plus encore que la présence très dénudée d’Eva Green). Et de ce côté-là, il n’y a rien à dire. C’est magnifique! Le mélange d’un noir et blanc très esthétique avec des jeux de couleurs très bien utilisés (avec un léger bémol pour Marcie) nous immergent complètement dans l’univers sombre, violent et sale du roman graphique cher à Frank Miller. Le résultat est en dessous du…

Vu! 22 Jump Street, de Phil Lord et Chris Miller.
Films / 2 février 2015

Vu! 22 Jump Street, de Phil Lord et Chris Miller. Suite de 21 Jump Street, le film qui reprenait l’idée de la série qui avait révélée Johnny Depp au grand public il y a…. longtemps, ne remuons pas non plus le couteau dans la plaie. Bref, 21 Jump Street, avec le duo Jonah Hill et Channing Tatum, m’avait plutôt plu. J’avais trouvé le film assez drôle, les personnages complémentaires et le scénario suffisamment travaillé (pour une comédie) pour qu’on ne s’ennuie pas trop. Pour ce nouvel opus, on prend littéralement les mêmes ingrédients et on recommence (ils nous le disent eux-même quelque chose comme 17 fois au début du film). Jenko et Schmidt sont envoyés à la fac pour démasquer les dealers d’une nouvelle drogue synthétique qui fait des ravages. Le duo de choc va être soudé, s’éloigner, être jaloux, tomber amoureux, remettre sa vie en question et arrêter les méchants. Étrangement, le résultat est plutôt similaire au premier, à savoir plutôt agréable à regarder. Ce n’est pas du cinéma d’auteur, c’est certain, mais 22 Jump Street est agréable à regarder, on passe un bon moment avec Jenko et Schmidt. De là à dire qu’on attend avec impatience la suite,…

Vu! Under the Skin, de Jonathan Glazer.
Films / 27 janvier 2015

Vu! Under the Skin, de Jonathan Glazer. Je savais en mettant ce film que je n’allais pas voir Lucy. Et, sur ce plan-là, on peut dire que je n’ai pas été déçu. Dès les premières minutes, Jonathan Glazer joue avec les ombres, une image très noire, pour nous placer dans l’espace, dans le dos de notre planète, plongée dans l’obscurité, qui fait écran à notre soleil. Puis l’écran devient blanc et un iris se dessine jusqu’à devenir un œil humain. À ce moment-là, normalement, les gens commencent à remettre en question leur choix de film et se demandent sans doute s’ils sont près à supporter une heure trois quart d’images mystiques. Grand plan sur les paysages boisés et rocheux de l’écosse profonde. Des phares percent la nuit, une moto, vu de loin, serpente les routes jusqu’à s’arrêter au bord de l’une d’elle. Le conducteur disparaît dans les ténèbres pour revenir quelques secondes plus tard chargé d’un corps qu’il met à l’arrière d’une camionnette. De nouveau nous sommes ailleurs, dans un paysage immaculé où Scarlett Johansson déshabille son sosie pour devenir elle. Puis elle roule sans destination au volant de sa camionnette, à la recherche d’hommes seuls, sans famille, qui accepteraient…

Vu! Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, de Felix Herngren.
Films / 14 janvier 2015

Vu! Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, de Felix Herngren. J’avais beaucoup aimé le roman éponyme de Jonas Jonasson et j’avais donc, naturellement, peur d’être déçu par le film (comme c’est malheureusement bien trop souvent le cas). Et bien non, pas cette fois-ci. J’ai été agréablement surpris par cette adaptation de très bonne facture. Bien sûr, nombre d’éléments du livre ont été coupés ou raccourcis pour de probables raisons de durée du film. Et même si j’aurais préféré une adaptation fidèle à la lettre près, force est de constater que j’ai pris beaucoup de plaisir à revivre les aventures d’Allan Karlsson sur grand écran, cet alcoolique suédois amateur d’explosifs qui a traversé un siècle en côtoyant les plus importants hommes d’état de tous bords, de Franco à Staline en passant par Truman ou Reagan (pas de Mao, sniff) pour tomber presque par hasard, le jour de son centième anniversaire, sur une valise contenant 50 millions de couronnes qui le propulse dans une cavale tranquille à travers la Suède. Mention spéciale à Robert Gustafsson, qui incarne ce bougre d’Allan, jeune comme vieux, avec brio. Une très bonne comédie au ton décalé que l’on regarde avec plaisir!

Vu! Tom à la ferme, de Xavier Dolan.
Films / 4 janvier 2015

Vu! Tom à la ferme, de Xavier Dolan. Tom est un citadin travaillant dans la publicité, qui se rend à la campagne pour assister aux funérailles de son amant. Sauf que la mère de ce dernier ignore tout de leur relation. Elle croit son fils en couple avec une certaine Sara, qui brille par son absence à la cérémonie. Francis, le frère du disparu, menace d’entrée Tom pour l’empêcher de révéler la vérité à sa mère. Un jeu sadique s’engage entre les deux, sur fond d’attirance interdite et d’homophobie. Je voulais regarder un film de Xavier Dolan depuis quelques temps. C’est désormais chose faite avec ce Tom à la ferme, adaptation de la pièce de théâtre du même nom. Bon, on ne va pas se faire mentir, je n’ai pas adoré. Je pense que Xavier Dolan est talentueux, aussi bien en tant qu’acteur, avec un charisme indéniable, qu’en tant que réalisateur. C’est l’histoire, ici, qui ne m’a pas transportée. J’ai eu un peu de mal à voir les pièces du puzzle se mettre en place et j’ai trouvé que les intentions des différents personnages n’étaient pas forcément très claires, ce qui m’a empêché de m’investir pleinement. Je tenterai à nouveau…