Vu! Mr. Wolff, de Gavin O’Connor.
Films / 28 juillet 2017

Vu! Mr. Wolff, de Gavin O’Connor. Après le diagnostique de son autisme, les parents de Christian ont la possibilité de placer leur garçon dans un centre dirigé par un spécialiste des troubles mentaux de l’enfant. Sa mère est pour lui offrir la chance de se développer dans un environnement adapté à sa condition mais son père, militaire, refuse. Il décide de guérir Christian à la dure et le former pour la vie. Devenu adulte, Christian Wolff est un comptable de génie travaillant essentiellement pour des groupes criminels et recherché par Raymond King, directeur de la branche des crimes économiques du Trésor américain proche de la retraite, qui soupçonne le Comptable d’une tuerie dans la planque d’une famille de la mafia italienne et missionne une analyste de le démasquer. En voulant se faire oublier, Christian accepte un contrat qui va mettre ses sécurités en péril. J’avoue qu’avant de mettre ce film, je n’avais aucune idée de ce dont il parlait. Quand je le peux, j’aime autant en savoir le moins possible sur un film. Ça m’évite d’avoir trop d’attentes. Tout ce que je savais, à part l’affiche sombre montrant un Ben Affleck armé qui annonce un thriller d’action, c’était le reste…

Vu! Cake de Daniel Barnz.
Films / 28 octobre 2015

Vu! Cake de Daniel Barnz. Claire (Jennifer Aniston) souffre, physiquement et psychologiquement. Quand une jeune femme de son groupe de soutien se suicide, elle s’intéresse à sa vie pour essayer de comprendre ce qui l’a poussée à sauter d’un pont. Pour essayer également de comprendre sa propre souffrance. Casting de haut vol pour ce film indépendant américain, puisqu’on retrouve, aux côtés de Jennifer Aniston, Sam Worthington, Anna Kendrick mais également Felicity Huffman, Chris Messina et William H. Macy. L’ancienne Rachel de FRIENDS est omniprésente, dans un rôle dramatique où elle excelle bien plus que dans les comédies légères. Grâce à son scénario bien écrit et sans recourir à des flashback, on comprend facilement l’état de Claire et son parcourt, ce qui accentue l’identification avec son personnage. Même si certains aspects sont plus intéressants que d’autres, l’ensemble tient tout à fait la route. Faire un film sur le deuil est un exercice difficile, surtout si l’on évite de revenir sur le drame. Ici, l’accent est mis sur Claire, sur l’impact de sa souffrance sur son entourage (notamment sa gouvernante) et les moyens qu’elle met en place pour la canaliser et l’accepter. Sans être un chef d’oeuvre, Cake parvient à nous tenir tout du long….

Vu! The Voices de Marjane Satrapi.
Films / 27 juillet 2015

Vu! The Voices de Marjane Satrapi. Jerry Hickfang (Ryan Reynolds) est employé dans une usine. Il habite dans un ancien bowling abandonné et parle avec son chien et son chat. Il décide de séduire sa collègue Fiona (Gemma Arterton), dont il est tombé amoureux, mais rien ne se passe comme il l’aurait espéré. J’avais entendu parlé de ce film quelques mois avant qu’il ne sorte au cinéma et il avait piqué mon intérêt. J’en espérais beaucoup et j’en ai eu pour mon argent. The Voices est un film particulièrement original réalisé par une artiste très douée. Après avoir récolté les louanges pour son film d’animation Persepolis, Marjane Satrapi signe un film entre comédie et horreur complètement décalé et jouissif. Saluons l’histoire imaginée par le scénariste américain Michael R. Perry, au moins autant que la réalisation. La profondeur du sujet traité (la folie) fonctionne aussi bien autant grâce à la plume du scénariste qu’à la mise en scène et aux décors. Pour ne rien gâcher, les acteurs sont très bons. Ryan Reynolds est excellent en complet psychotique, tout comme Anna Kendrick et Gemma Atterton dans leur prestation respective. Ils sont épaulés par l’expérimentée Jacki Weaver et une galerie d’acteurs de soutien…