Vu! The Ranch, Deuxième Partie.
Séries TV / 21 mars 2017

Vu! The Ranch, Deuxième Partie. Colt doit choisir entre Abby et Heather, la fille de Mary, la petite-amie de son frère Rooster. Rooster, qui a de plus en plus de mal à accepter le traitement de leur père, Beau. Beau qui peine à se remettre du départ de Maggie, sa femme et la mère de ses deux enfants. Juste au moment où il croyait qu’ils étaient repartis pour construire quelque chose, c’est elle qui est partie en laissant juste un mot. Et puis c’est l’hiver, au ranch, alors il faut se protéger contre la neige et le froid. Pour ça il y a toujours le bar et l’alcool. The Ranch était une sitcom que j’attendais de pied ferme après avoir vu l’annonce du retour de Danny Masterson et Ashton Kutcher ensemble dans une série Netflix. Je l’attendais de pied ferme et j’ai été passablement déçu. Bien sûr, ça m’a fait plaisir de retrouvé les deux acteurs révélés dans la géniale That 70’s Show dans une série Netflix, avec les libertés de ton que cela permet. Mais j’ai vite déchanté. The Ranch, première partie est une sitcom à l’ancienne, forcée et peu enthousiasmante. Il y a bien Danny Masterson et Sam…

Vu! The Ranch, première partie.
Séries TV / 10 mai 2016

Vu! The Ranch, première partie. Après une carrière de footballeur américain semi-pro, Colt Bennett (Ashton Kutcher) décide de rentrer au bercail, dans le ranche familial. Il y retrouve Rooster (Danny Masterson), son frère, et Beau (Sam Elliott), son père, qui font de leur mieux pour maintenir la ferme à flot. Maggie (Debra Winger), la mère, habite dans une caravane annexée à son bar. Après quinze ans d’exil, Colt va devoir faire des efforts pour trouver sa place. C’est avec un plaisir certain que je retrouve une série mettant en scène Danny Masterson. Hyde était un de mes personnages préférés de That 70s Show, et j’avais beaucoup aimé sa série Men at Work. Je ne pouvais tout simplement pas passer à côté de sa réunion avec Ashton Kutcher, dix ans après la fin de la sitcom qui les a fait connaître du grand public. Dire que je m’attendais à mieux est un doux euphémisme. Netflix nous a habitué à des séries originales de grande qualité. The Ranch n’en est pas une. L’humour est souvent facile, très porté sous la ceinture et asséné à grand renfort de fuck. Je ne parlerais même pas des décors en carton-pâte, qui auraient pu donner un côté…