Vu! The End of the F***ing World, saison 1.
Séries TV / 20 février 2018

Vu! The End of the F***ing World, saison 1. James, un lycéen de 17 ans d’une petite ville d’Angleterre, vit seul avec son père. Persuadé d’être un psychopathe, il tue régulièrement de petits animaux, mais a envie de passer à l’étape supérieure et de tuer un humain. Le hasard place Alyssa sur son chemin. Elle voit en James un moyen d’échapper à son quotidien, notamment sa vie chez sa mère et son beau-père, qu’elle méprise. Si James est pour elle un petit ami potentiel, Alyssa est pour lui une victime potentielle. Mais il repousse le moment et se laisse influencer par Alyssa qui l’embarque dans un road-trip bancal après avoir volé la voiture de son père. Dès les premières secondes, j’ai reconnu en The End of the F***ing World une comédie noire britannique comme je les aime. Le ton de l’histoire, la présentation des personnages, de leurs motivations, leur physique, leur accent, j’adore ! Il faut dire que les britanniques savent faire des séries originales, différentes, audacieuses. The End of the F***ing World est l’une d’elles. L’intrigue paraît simple : deux ados perturbés qui, ensemble, deviennent un peu malgré eux un couple rebelle en fugue. Mais l’histoire est bien plus…

Vu! Fleabag, saison 1.
Séries TV / 13 juin 2017

Vu! Fleabag, saison 1. Fleabag est une trentenaire vivant à Londres. Elle a ouvert un café/sandwicherie avec Boo, sa meilleure amie. Si tout n’était pas parfait, rien ne va plus depuis que Boo s’est jetée devant un bus après avoir découvert que son petit copain avait couché avec une autre. Depuis, Fleabag met tout en œuvre pour s’auto-détruire. Et ses proches sont les premières victimes collatérales. Son couple chaotique avec Harry, qui la rassure autant qu’il l’agace ; sa relation avec sa grande sœur, Claire, celle avec son père. Et c’est sans compter son beau-frère ou sa marraine de belle-mère. Pour pimenter le tout, Fleabag s’envoie en l’air avec qui veut bien la prendre, ou presque, comme un moyen désespéré de garder le contrôle. Fleabag est une des peu nombreuses séries estampillée Amazon Original Series. Comme pour plusieurs séries originales Netflix, c’est avant tout une série diffusée en Angleterre puis récupérée par le géant américain pour venir garnir son catalogue. Peu importe. Ce qui compte, c’est que la création de Phoebe Waller-Bridge (qui est en fait l’adaptation par Phoebe Waller-Bridge de la pièce de théâtre du même nom qu’elle avait créée à la suite d’un défi lancé par un ami dans une…

Vu! Crazyhead, saison 1.
Séries TV / 3 mai 2017

Vu! Crazyhead, saison 1. Après avoir été attaquée par un démon qu’elle semble être la seule à voir, Amy, une employée de bowling, est sauvée par Raquel, une chasseuse de démons suivie par un psychiatre. Alors qu’Amy est sous le choc, Raquel fait de son mieux pour la guider dans cette nouvelle réalité perturbante. Sauf que Raquel elle-même y est un peu paumée. Quand Suzanne, la colocataire d’Amy, se retrouve possédée, les deux nouvelles compères vont tout faire pour la sauver. Mais elles vont aussi devoir affronter bien d’autres dangers. Comme souvent, c’est l’affiche de la série qui m’a attiré en premier. Ces deux jeunes femmes prêtent à en découdre avec le surnaturel. La bande-annonce a fini de me convaincre et je me suis lancé dans le visionnage de cette série britannique de 6 épisodes. Et, quand on sait à quel point j’apprécie les productions venues d’Outre-Manche, 6 épisodes ça semble particulièrement court. On y reviendra. J’ai beaucoup aimé le premier épisode, qui fait d’un sujet ultra-classique pour quiconque a grandi avec Buffy, une aventure dans laquelle on veut se plonger avec enthousiasme. La scène d’introduction, un exorcisme complètement déjanté, m’a bien fait rire et m’a donné beaucoup d’espoirs pour la suite….

Vu! Absolutely Anything, de Terry Jones.
Films / 9 février 2016

Vu! Absolutely Anything, de Terry Jones. Neil Clarke (Simon Pegg) est un professeur désabusé, cantonné dans un quotidien morose. Sa vie va changer du jour au lendemain lorsque les membres du Conseil Intergalactique des Êtres Supérieurs le choisissent au hasard pour lui confier le pouvoir de faire tout ce qu’il veut. Ses choix détermineront le sort de l’espèce humaine. Ah oui, et il est amoureux de sa voisine, Catherine (Kate Beckinsale), qui ne fait pas vraiment attention à lui. Absolutely Anything aurait pu s’intituler Absolutely Disappointing tant il est décevant. Je m’attendais à beaucoup, beaucoup mieux avec Simon Pegg à l’affiche et en sachant que Terry Jones des Monthy Python était au scénario et à la réalisation, quand le reste de ses anciens collègues prêtaient leur voix aux membres du Conseil Intergalactique des Êtres Supérieurs et Robin Williams au chien de Neil.. Le scénario est beaucoup trop basique, les situations, quoi que parfois vaguement amusantes, sont très prévisibles. Si Simon Pegg s’en tire raisonnablement dans son rôle, Kate Beckinsale est loin d’être convaincante, sans compter les nombreuses incohérences qui jalonnent leur relation. Rob Riggle est fidèle à lui-même (donc lourd) dans un rôle secondaire (qui remet un peu plus en…

Vu! La Vie de Brian des Monty Python.
Films / 11 décembre 2015

Vu! La Vie de Brian des Monty Python. Les rois mages arrivent d’Orient pour célébrer la naissance du Messie. Sauf qu’ils se trompent d’étable et débarquent chez la mère de Brian Cohen, qu’ils couvrent de cadeaux, avant de réaliser leur erreur. 30 ans plus tard, dans une Jerusalem occupée par les romains, Brian vit toujours avec sa mère, qu’il accompagne aux conférences de Jésus ou aux lapidations. Pour résister à l’occupation, il rejoint le Front du Peuple de Judée (à ne pas confondre avec le Front du Peuple Judéen). Sortit en 1979, La vie de Brian est un film culte des Monthy Python, une satire formidable qui s’en prend ouvertement aux pratiques et tabous religieux. Même si des décennies ont passé depuis sa sortie, il reste tout à fait d’actualité. La cible de la troupe comique n’est pas la foi mais bien la religion et sa pratique aveugle, qui est largement, et souvent très intelligemment, tournée en dérision, nous offrant des scènes hilarantes, aussi ridicules que justes. À l’écran, on retrouve les Monthy Python au grand complet, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Michael Palin, Graham Chapman et Terry Jones. Chacun d’entre eux joue plusieurs rôles tout au long du film et…

Vu! Killing Bono de Nick Hamm.
Films / 22 juillet 2015

Vu! Killing Bono de Nick Hamm. Dublin, 1976, Neil McCormick (Ben Barnes) rêve de devenir une star du rock. Il monte un groupe (qui deviendra Shook Up) avec son frère Ivan (Robert Sheehan), en concurrence de son camarade de classe Paul Hewson (Martin McCann). Quand Paul essaie de débaucher Ivan pour son groupe, Neil refuse. Quand Paul se rebaptise Bono et que son groupe, U2, trouve un succès planétaire, Neil se fait la promesse de devenir encore plus célèbre, quitte à se lier avec un mafieux dublinois pour atteindre la gloire. Killing Bono est sorti en 2011 d’après la biographie de Neil McCormick. Sur un fond pop/rock, on suit la quête des deux frères pour faire de leur groupe un succès, quand leurs anciens camarades de classe sont tranquillement installés sur le toit du monde. Dès les premières minutes, Neil McCormick nous prévient, il est poisseux. Très poisseux. Et le fait qu’il prenne de mauvaises décisions ne l’aide pas. Toute sa vie est vécue en parallèle à celle du leader de U2 et il ne le supporte pas. La réalisation n’est pas extraordinaire, mais ce n’est pas ce qui fait l’attrait de ce film. L’histoire se suffit à elle-même et les…

Vu! The Wrong Mans, saison 1.
Séries TV / 14 mai 2015

Vu! The Wrong Mans, saison 1. Témoin d’un accident de voiture en se rendant au travail, Sam Pinkett (Matthew Baynton) entend la sonnerie d’un téléphone portable juste au moment où l’ambulance emporte le blessé. Sa vie bascule au moment où il décroche. Malgré lui, il entraîne Phil (James Corden), un collègue de travail, dans une spirale improbable et potentiellement mortelle. Car à chaque coin de rue, le danger les guette. Crée par James Corden et Matthew Baynton, The Wrong Mans est une très bonne surprise. Enfin, ce n’est pas vraiment une surprise puisque c’est une série britannique et que les britanniques ont un talent aussi formidable qu’indéniable pour produire des séries de qualité. Et The Wrong Mans n’échappe pas à cette « règle ». Mêlant habilement suspense et humour noir, cette série de 6 épisodes d’à peine trente minutes se laisse regarder toute seule. Grâce à ses personnages principaux attachants, à ses cliffhangers de fin d’épisode et à ses pointes d’humour savamment réparties. Côté casting, en plus des deux créateurs et scénaristes de la série, on retrouve Sarah Solemani, déjà vue notamment dans Bad Education, mais également Benedict Wong, dans un personnage diamétralement opposé au Khan qu’il interprétait dans Marco Polo, ou encore…

Vu! Cuckoo, saison 2.
Séries TV / 4 janvier 2015

Vu! Cuckoo, saison 2. Rachel est en couple avec Ben et tout se passe bien entre eux jusqu’à ce qu’elle rencontre Dale Jr, le fils de Cuckoo. Avec son innocence et son inadaptation à la société anglais moderne (il a grandi dans une secte), Dale ne manque pas de mettre du piment dans la vie de cette famille anglaise moyenne. J’avais adoré la première saison et j’attendais la seconde avec impatience. Exit Andy Samberg (parti cartonné outre-Atlantique avec Brooklyn Nine-Nine) et Tamla Kari, et bienvenus à Taylor Lautner et Esther Smith (qui reprend le rôle de Rachel). Greg Davies et Helen Baxendale reprennent (heureusement) leurs rôles de parents que tout oppose. Elle est excentrique et pousse sa fille à vivre l’aventure quand lui aimerait plus de stabilité. Je n’aime pas le fait de changer le casting, même si je comprends qu’après le succès de la première saison, il fallait trouver un moyen de produire de nouveaux épisodes. Les parents fonctionnent très bien, bien mieux que le frère ou même le personnage de Rachel. Il n’y a plus la même alchimie que dans la première saison après la disparition des deux personnages centraux. Taylor Lautner ne s’en sort pas trop mal…