Vu! Pelé : Naissance d’une Légende, de Jeff et Michael Zimbalist.
Films / 9 septembre 2017

Vu! Pelé : Naissance d’une Légende, de Jeff et Michael Zimbalist. En 1958, l’équipe de football du Brésil débarque en Suède pour la Coupe du Monde, avec comme objectif de laisser derrière elle les humiliations de 1950 et 1954, et devenir la première nation étrangère à s’imposer en terres européennes. Leur arme fatale, un enfant des favelas de 17 ans, Edson Arantes do Nascimento, surnommé Pelé. Grâce à son style de football tout en dribbles et vitesse, grâce à son envie et sa détermination, il va réinventer le football brésilien, unifié une nation divisée et marquer son sport à tout jamais. Pelé est un de ces noms qui transcendent le temps et les frontières. Il n’y a pas besoin d’être fan de football pour connaître l’histoire du Roi du football ou, au moins, avoir entendu parler de lui. J’ai mis ce film sur ma liste de films à voir au moment de sa sortie, désireux de le regarder pour des raisons personnelles, mais aussi pour découvrir un peu mieux l’histoire de celui qu’on ne présente plus mais dont la légende n’est pas forcément bien documentée. Et légende, le mot n’est pas usurpé. Ce qu’a accompli cet enfant est ni plus ni…

Vu! Toni Erdmann, de Maren Ade.
Films / 18 juillet 2017

Vu! Toni Erdmann, de Maren Ade. Winfried Conradi est un prof de musique allemand d’une soixantaine d’années. Son quotidien n’est pas des plus trépidants, et il fait de son mieux pour l’égayer en employant un humour pince-sans-rire. Ines, sa fille, consultante pour une grande entreprise à Bucarest, passe en coup de vent quelques semaines avant son anniversaire. À la suite d’un drame personnel, il décide de lui rendre une visite surprise avec dans l’idée de s’assurer qu’elle est heureuse dans sa vie. Après quelques jours décevants, il lui annonce qu’il rentre en Allemagne pour la laisser se concentrer sur l’important contrat qu’elle doit conclure. Mais, en réalité, il décide de s’immiscer encore plus dans sa vie professionnelle et personnelle en s’inventant le personnage d’un coach de vie/ambassadeur allemand nommé Toni Erdmann. J’avais entendu parler de ce film allemand en tombant par hasard sur l’émission Le Cercle, sur Canal +, au moment où Toni Erdman était présenté à Cannes. Un des chroniqueurs, dont le nom s’est depuis perdu dans les méandres de ma mémoire, a réussi à me convaincre, extraits à l’appui, de noter le titre sur un bout de feuille volante, avec dans l’idée de me procurer le DVD un…

Vu! Orange is the New Black, saison 5.
Séries TV / 1 juillet 2017

Vu! Orange is the New Black, saison 5. Alors que les tensions raciales sont à leur paroxysme après le meurtre de Poussey, les détenues de Litchfield renversent les gardiens et prennent le pouvoir dans la prison quand Daya prend possession de l’arme de Humphrey. Rapidement, l’émeute prend de l’ampleur, les gardiens sont faits prisonniers et deviennent les attractions d’une partie des détenues. Taystee veut profiter des événements pour entamer un bras de fer avec la MCC et obtenir, en plus de la condamnation du gardien Bayley, des améliorations dans la vie à la prison. La présence d’otages oblige les autorités à négocier tandis que les forces spéciales se tiennent en alerte, prêtes à intervenir et reprendre le contrôle des lieux par la force. À l’intérieur, les tensions restent fortes et la moindre étincelle menace d’engendrer le chaos. La saison 4 d’Orange is the New Black s’était terminée en apothéose, avec sans doute le meilleur cliffangher de toute la série. On reprend exactement là où on en était resté, avec le clash des clans programmé qui prend une toute autre tournure quand Humphrey, pris au piège, laisse échapper son pistolet. La dynamique change immédiatement et Litchfield devient le théâtre d’une analyse…

Vu! Big Eyes, de Tim Burton.
Films / 23 mai 2017

Vu! Big Eyes, de Tim Burton. À la fin des années cinquante, Margaret Ulbrich s’enfuie de son domicile conjugal avec Jane, sa fille. Elles débarquent à San Francisco, où Margaret fait de son mieux pour trouver du travail tout en continuant à peindre et vendre des portraits sur un marché. C’est là qu’elle rencontre Walter Keane, un artiste comme elle, qui a vécu à Paris, a fait les Beaux-Arts et vend des peintures de paysages parisiens. Walter tombe aussitôt sous le charme de Margaret et l’épouse. Un peu par hasard, il se met à vendre une des toiles de sa femme à son nom. Le succès est fulgurant. Mais Margaret a de plus en plus de mal à accepter la situation. Tim Burton, en théorie, c’est l’assurance d’un bon film, d’une histoire parfois glauque, parfois loufoque, souvent noire, mais toujours touchante et humaine. Pensez à Beetlejuice, Edward Aux Mains d’Argent, Sleepy Hollow, L’Étrange Noël de Monsieur Jack, Big Fish, ou même Batman. Bon, j’ai bien dit en théorie. Si j’ai mis autant de temps à regarder ce Big Eyes, c’est notamment parce que j’en avais entendu des critiques mitigées et que j’étais encore marqué par un Alice au Pays des Merveilles très moyen. Mais…

Vu! Eddie The Eagle, de Dexter Fletcher.
Films / 19 mai 2017

Vu! Eddie The Eagle, de Dexter Fletcher. Depuis son plus jeune âge et une blessure à la jambe, Michael « Eddie » Edwards n’a qu’une obsession : participer aux Jeux Olympiques. Le problème, c’est qu’Eddie n’est pas vraiment un athlète et n’est pas très doué en sport. Souvent moqué, peu soutenu par son père qui trouve son rêve irréaliste, le garçon peut malgré tout compter sur l’amour de sa mère et, bien sûr, sur sa détermination sans faille. Alors qu’il pensait intégrer l’équipe olympique britannique en descente à ski, il est écarté par le comité, qui ne le trouve pas digne de représenter l’Angleterre aux jeux de Calgary en 1988. Mais ça ne sera pas suffisant pour obliger Eddie à renoncer à son rêve. Un coup d’œil à la jaquette et j’étais conquis par ce qui apparaît ressembler très fortement à un film indépendant américain. Je pensais découvrir une comédie humaine, un mélange entre Little Miss Sunshine et Rasta Rockett. L’histoire vraie d’un gentil loser qui va défier les probabilités grâce à son cœur et sa détermination, avec le soutien solide d’un entourage conquis par son aura et ses rêves. Le genre de film qui nous fait rire et nous émeut et nous laisse…

Vu! Nous Trois ou Rien, de Kheiron.
Films / 12 mai 2017

Vu! Nous Trois ou Rien, de Kheiron. Hibat Tabib est un jeune avocat iranien issu d’une famille de douze enfants. Engagé politiquement et fermement opposé au régime du shah, il est emprisonné avec l’un de ses frères pendant sept années. Il sera finalement libéré après de grandes manifestations. Bien décidé à poursuivre le combat, il tombe en parallèle amoureux de Fereshteh. Alors que le shah est remplacé au pouvoir par l’ayatollah Khomeini, qui impose la charia, Feresteh donne naissance à un petit garçon, Manouchehr. Avec le durcissement du régime, Hibat et Fereshteh décident de poursuivre le combat depuis l’étranger et se lancent, avec leur fils, dans un périple à travers l’Europe, pour arriver en Seine-Saint-Denis, où un tout autre combat commence. J’étais tombé, en zappant, sur une interview de Kheiron au moment de la sortie du film. Il m’avait donné envie d’y jeter un coup d’œil et j’avais donc ajouté Nous Trois ou Rien à la longue liste de films que j’ai à voir. Un peu moins de deux ans plus tard, je l’ai enfin regardé. Et mon seul regret, c’est de ne pas l’avoir vu plus tôt. Autant le dire tout de suite, Nous Trois ou Rien est un énorme coup…

Vu! Transparent, saison 1.
Séries TV / 6 mai 2017

Vu! Transparent, saison 1. Professeur de science politique à la retraite, Morton Pfefferman décide qu’il est temps d’arrêter de mentir aux siens et au monde. Alors qu’il s’ennuie dans sa grande maison des Palissades, cet homme à femmes va assumer le secret qu’il garde depuis des années : son besoin d’être une femme. Il se révèle comme il peut à ses trois enfants et quitte sa maison pour emménager dans une résidence pour transgenres à Los Angeles. Au-delà des réactions différentes de ses enfants, l’annonce va avoir un effet domino sur toute l’ensemble de la famille Pfefferman. Créée par Jill Soloway (qui a notamment participé à des séries comme Six Feet Under ou United States of Tara), Transparent est une des séries phares de la plate-forme de streaming d’Amazon. J’en avais entendu parler lors de sa sortie en 2014, mais, à l’époque, Amazon Prime n’était pas disponible en France. Depuis l’arrivée du service, j’ai essayé de me rattraper en regardant plusieurs des séries proposées dans le catalogue, et Transparent en faisait évidemment partie. Un peu à la manière de Mozart in the Jungle, Transparent n’est pas le genre de série à laquelle nous sommes habitués. Elle nous plonge dans le quotidien…

Vu! I Don’t Feel At Home In This World Anymore, de Macon Blair.
Films / 25 avril 2017

Vu! I Don’t Feel At Home In This World Anymore, de Macon Blair. Ruth Kimke est une aide-soignante très peu sûre d’elle à tendance dépressive. Sa vie routinière est pleine de petites frustrations. Elle voudrait réagir face à l’incivisme dont elle est victime au quotidien, entre les gens qui lui racontent la suite des livres qu’elle est en train de lire, ceux qui passent devant elle à la caisse du supermarché, ou encore ce voisin dont le chien vient systématiquement déféquer dans son jardin. Mais c’est quand elle se fait cambrioler que la frustration la submerge. L’impuissance ou le manque de bonne volonté des policiers la pousse à prendre les choses en mains elle-même, avec l’assistance d’un allier inattendu. Dès que j’ai vu l’affiche de ce film, qui a remporté le Grand Prix du jury au festival de Sundance en tout début d’année avant d’être distribué par Netflix, je me senti attiré par cette première réalisation de l’acteur Macon Blair. Si j’ai parfois du mal avec le cinéma américain mainstream, son pendant indépendant regorge de bonnes surprises, de pépites brutes qui osent certaines choses que les grands studios se refusent, comme le mélange des genres. Même si je n’étais pas fan (du tout)…

Vu! Other People, de Chris Kelly.
Films / 14 avril 2017

Vu! Other People, de Chris Kelly. David a bientôt trente ans et est un petit scénariste pour le Saturday Night Live à New York. Après avoir rompu avec Paul, son compagnon, il décide de rentrer à Sacramento dans sa famille pour s’occuper de sa mère, atteinte d’un cancer. S’il passe beaucoup de temps avec elle, il a également tendance à se replier sur lui-même au contact de ses sœurs et encore plus de son père, qui n’a toujours pas accepté son homosexualité et refuse d’en parler. Ce film m’avait été suggéré par Netflix. À vrai dire, je n’ai pas vraiment pris le temps de lire le résumé. J’ai vu la présence de Jesse Plemons au casting, que l’histoire tournait autour d’un trentenaire qui revient vivre chez ses parents et j’ai ajouté à ma liste, pensant ainsi avoir une comédie sous le coude au cas où mon humeur s’y prête. Évidemment, quand j’ai cherché un film sympa, mon choix s’est porté sur celui-ci et, en fait, ce n’est pas une comédie. Ou alors une comédie dramatique. Le film n’est pas dénué d’humour, mais il est beaucoup plus profond et subtil que je l’aurais pensé. La première scène réunit toute la famille Mulcahey…

Vu! Captain Fantastic, de Matt Ross.
Films / 25 février 2017

Vu! Captain Fantastic, de Matt Ross. Ben élève ses 6 enfants en (presque) complète autarcie dans les forêts du Nord-Ouest américain. Les journées s’organisent autour de l’entrainement physique, la lecture et l’éducation ou encore l’entretient des plantations. Leslie, la femme de Ben, est hospitalisée depuis plusieurs semaines. Lorsqu’il apprend son suicide, Ben prend contact avec ses beaux-parents. Mais ceux-ci, rejetant le mode de vie de leur gendre, refusent de le laisser venir aux funérailles et menacent de le faire arrêter. Ben décide de ne pas prendre le risque, de peur de perdre ses enfants, mais ce sont eux qui le poussent à aller jusqu’au bout des idées qu’il leur inculque et de faire respecter les dernières volontés de leur mère. La confrontation avec le reste du monde ne se fera pas sans heurts. Premier long-métrage largement distribué de Matt Ross, Captain Fantastic n’a pas fait énormément de bruit lors de sa sortie (ou alors je suis bien insonorisé), mais je l’ai quand même vu dans une liste des films à voir de l’année 2016, alors, après un coup d’œil au résumé, je me suis laissé tenté. Il faut dire que ce film à tout pour me plaire. Une famille qui…