Vu! The Haunting of Hill House.
Séries TV / 17 novembre 2018

Vu! The Haunting of Hill House. Pendant les vacances de l’été 1992, les Crain installent leur famille dans un ancien manoir en forêt, pour restaurer la demeure avant de la revendre. Mais, très rapidement, plusieurs événements étranges viennent perturber leurs plans et un accident tragique pousse le père à quitter précipitamment la maison avec ses cinq enfants. Plus de vingt ans après les faits, la famille est éclatée et reste profondément marquée par ce qui s’est passé à Hill House. Chacun doit vivre en combattant ses propres démons, et il faut une nouvelle tragédie pour réunir la famille à nouveau. Pas de suspense, sur ce coup-ci : The Haunting of Hill House est un gros coup de cœur, sans doute la meilleure série que j’ai vue cette année. En tout cas, je suis heureux d’avoir écrit et publié La Maison avant de regarder The Haunting of Hill House. Et de n’avoir jamais lu le roman éponyme de Shirley Jackson dont est tiré la série (même si maintenant, j’ai très envie de le lire). Certes, mon roman diffère de la série sur de nombreux points, mais ils sont également très proches sur d’autres. Outre la maison de « rêve » à l’écart de…

Vu ! Blanche Gardin – Je parle toute seule.
Spectacle / 20 octobre 2018

Vu ! Blanche Gardin – Je parle toute seule. J’aime bien Blanche Gardin. Enfin, moi je l’appelle Blanche. Mais on s’en fout. Contrairement à beaucoup, je ne l’ai pas découverte dans le Jamel Comedy Club, même si je l’ai vue dans quelques bouts d’épisodes d’Inside Jamel Comedy Club. C’est la série Working Girls qui l’a vraiment révélée à mes yeux (tout comme Laurence Arné ou Alice Belaïdi). Au début, elle me faisait penser à une version moins fouillis d’un personnage de Marina Foïs dans les Robins des Bois. Et comme j’aimais beaucoup Marina Foïs dans les Robins des Bois, j’ai naturellement aimé Blanche et ce personnage entre angoisse, introversion et franchise. J’ai beaucoup aimé son intervention aux Molières de l’humour, tout en humour noir et en charme. Dans « Je parle toute seule », un spectacle datant de 2017 et récemment ajouté à la liste grandissante des one (wo)man shows disponibles sur Netflix, je l’ai découverte dans toute sa maturité humoristique. Et elle me fait toujours penser à Marina Foïs (dans cela aussi que plus le temps passe et plus son charme s’impose). Elle reprend naturellement le personnage qui a fait son succès, celui de la fille dépressive. Mais en moins caricatural. Ses répliques,…

Vu! Avengers : Infinity War, de Anthony et Joe Russo.
Films / 12 septembre 2018

Vu! Avengers : Infinity War, première partie, de Anthony et Joe Russo. Thanos a entrepris de réunir les six pierres d’infinité pour rétablir l’équilibre dans un univers surpeuplé en éradiquant la moitié de la population totale au hasard. Après avoir récupéré les premières pierres, il fait route en direction de la Terre pour y glaner deux pierres manquantes. C’est justement sur Terre qu’Heimdall a envoyé Hulk en urgence après l’attaque par Thanos d’un convoi transportant les derniers Asgardiens, dont Thor, pour récupérer la pierre de l’Espace contenue dans le Tesseract subtilisé par Loki. Docteur Strange, surpris par l’arrivée de Hulk, contacte Tony Stark, qui était occupé à planifier son mariage avec Pepper, pour le prévenir de l’imminence du danger. Un danger tel que Iron Man est prêt à faire équipe de nouveau avec Captain America pour sauver la planète. Mais pour avoir une chance face à Thanos, il faudra faire plus que simplement réunir les Avengers. Pendant ce temps-là, dans les confins de l’espace, un vaisseau se balade en diffusant de la pop-rock terrienne des années 70, et ses étranges occupants se chamaillent comme des enfants jusqu’à ce qu’ils tombent sur l’épave du vaisseau Asgardiens et son équipage flottant dans…

Vu! Preacher, saison 2.
Séries TV / 10 août 2018

Vu! Preacher, saison 2. Jesse Custer, Tulip et Cassidy quittent Annville après avoir contribué à réduire la petite ville à feu et à sang. Sur la trace de Dieu, ils décident de rejoindre New Orleans, Dieu étant amateur de jazz. Leur trajet n’est pas sans encombres, d’autant plus que le Saint des Tueurs traque Jesse et n’hésite pas à assassiner quiconque se dresse sur sa route. Jesse devra en plus faire face à une mystérieuse organisation d’hommes en blanc, tandis que Tulip est confronté à son passé et Cassidy, également, d’une autre façon. Preacher, c’était un de mes coups de cœur de l’année 2016 (ou 2017, selon qu’on compte quand je l’ai commencée ou terminée). Si j’ai mis autant de temps à regarder la deuxième saison, c’est que les séries diffusées sur Amazon Prime sont moins facilement accessibles que celles diffusées sur Netflix. Ou, peut-être, simplement que j’ai le réflexe de lancer Netflix plus que celui de lancer son équivalent Amazon. Peu importe. Je n’avais aucun doute que je voulais voir la deuxième saison de Preacher, c’était seulement une question de quand. Et, une fois que j’ai lancé le premier épisode, j’ai retrouvé l’ambiance noire et décalée qui m’avait tellement…

Lu! Beau comme un Aéroport, de Douglas Adams.
Romans / 31 juillet 2018

Lu! Beau comme un Aéroport, de Douglas Adams. Beau comme un aéroport est une expression qui n’existe dans aucune langue. Ça n’empêche pas Kate de trépigner en essayant d’attraper son vol de 15h37 pour Oslo où elle s’apprête à retrouver un amant qui lui a probablement posé un lapin. Devant elle, un grand gaillard essaie d’acheter un billet mais n’a ni chéquier, ni carte bleue et encore moins de passeport. Son vol loupé, Kate est en plus blessée dans l’explosion soudaine du guichet du Terminal 2. Dirk Gently, détective holistique, est en retard pour son rendez-vous avec un client qui pense être en danger de mort. Après une sombre histoire de réfrigérateur qui l’oppose à sa femme de ménage, il arrive enfin chez son client. Seulement pour découvrir que ledit client a été assassiné et que sa tête décapitée tourne sur un tourne-disque qui passe en boucle le refrain d’un tube dont la victime est l’auteur. Comment tout ça est lié ? À Dirk de le découvrir. Et, pour ce faire, il compte bien laisser le hasard le guider. Après avoir adoré Un Cheval dans la Salle de Bain, la première aventure littéraire du détective le plus absurdement barré de…

Lu! Un Cheval dans la Salle de Bain, de Douglas Adams.
Romans / 20 juillet 2018

Lu! Un Cheval dans la Salle de Bain, de Douglas Adams. Richard McDuff, un développeur informatique gaucher, se rend à un dîner absolument barbant dans son ancienne université, sur l’invitation de Urban Chronotis, dit Reg, son ancien (et très vieux) directeur d’études. Lors de cette soirée est évoqué un ancien camarade de Richard, Svlad Cjelli, connu durant ses études pour ses dons de prémonitions, que l’intéressé a toujours nié. Lors de cette soirée, également, un cheval est retrouvé dans la salle de bain du vieux professeur. Toujours lors de cette soirée, Gordon Way, fondateur de l’entreprise d’informatique Way Forward Technologies II (la première a fait faillite) et ami et patron de Richard, est assassiné par un Moine électrique dans la campagne anglaise pendant qu’il était en train de laisser un message sur le répondeur téléphonique de Susan, sa sœur, petite-amie (un peu en froid) de Richard. Lorsque Richard est suspecté du meurtre, il va devoir compter sur l’expertise particulière de Svlad Cjelli, qui se fait maintenant appeler Dirk Gently et est devenu un détective holistique (est-ce utile de préciser qu’il est un brin excentrique et que ses méthodes sont pour le moins particulières ?) pour prouver son innocence et, surtout, comprendre…

Vu! The Ranch, cinquième partie.
Séries TV / 11 juillet 2018

Vu! The Ranch, cinquième partie. Beau Bennett sort de son opération un nouvel homme, plein d’enthousiasme pour cette nouvelle chance qui lui est offert à la vie. Si ses intentions sont bonnes, sa motivation est rapidement mise à rude épreuve quand les garçons lui annoncent qu’ils ont acheté le ranch Peterson derrière son dos, en réunissant toutes leurs économies pour avancer l’argent du pipeline, dont la construction est tombée à l’eau suite aux manifestations. Avec maintenant deux ranchs à gérer alors qu’ils sont fauchés, les Bennett sont plus que jamais au bord du gouffre. C’est parti pour la cinquième partie des aventures de la famille Bennett dans leur ranch du Colorado. Comme d’hab, on reprend là où on s’était arrêté, après le twist final de la quatrième partie. Si les premiers épisodes se concentrent sur les garçons essayant de réparer leur erreur, c’est rapidement mis de côté lorsque les feux sauvages paralysent la ville et menacent de réduire le ranch en cendres. Décidément, les scénaristes de la série n’ont de cesse de malmener nos bouseux préférés. Le schéma est le même depuis le début ou presque, on tend vers le mieux seulement pour qu’un imprévu vienne tout remettre en cause….

Vu! Moonlight, de Barry Jenkins.
Films / 28 avril 2018

Vu! Moonlight, de Barry Jenkins. Juan, un dealer de Miami, prend sous son aile Chiron, un garçon chétif et introverti d’une dizaine d’années, qui subit les brimades des autres enfants du quartier. Élevé par une mère célibataire accro au crack, Chiron voit en Juan une figure paternelle à travers laquelle il cherche à se construire. Moonlight a fait parler de lui après avoir raflé l’Oscar du meilleur film en 2017 à la surprise générale. C’est un des rares films (si ce n’est le seul) à évoquer le parcours d’un enfant noir américain homosexuel. En adaptant la pièce In Moonlight Black Boys Look Blue de Tarell Alvin McCraney, Barry Jenkins livre un film très personnel sur le parcours de ce jeune garçon, Chiron. L’histoire de décompose en trois actes et s’articulent autour de trois événements fondateurs dans sa vie. D’abord à 9 ans, puis à 17 et enfin à 25. Au cours de ces différentes périodes, Chiron tente de se construire dans un environnement hostile où il subit à la fois sa différence et son contexte familial difficile. Pour raconter cette histoire complexe et très intimiste, Alex R. Hibbert, Ashton Sanders et Trevante Rhodes se succèdent pour interpréter Chiron respectivement à…

Vu! The Lobster, de Yorgos Lanthimos.
Films / 25 avril 2018

Vu! The Lobster, de Yorgos Lanthimos. Dans une société où le célibat est illégal, David, récent veuf, est envoyé à l’hôtel, où il a 45 jours pour trouver l’âme sœur, sous peine d’être transformé en l’animal de son choix. Les célibataires peuvent gagner du temps en capturant des solitaires lors des chassent quotidiennes. Si ça n’est pas un pitch profondément original, je ne sais pas de quoi je parle. Dire que j’étais passé complètement à côté de ce film lors de sa sortie en 2015. Peut-être parce qu’il avait remporté le Prix du Jury à Cannes cette année-là et que, globalement, je me méfie des films primés à Cannes (à tort ou à raison). J’ai récemment été attiré par Mise à mort du cerf sacré, du même réalisateur. Après quelques recherches, j’ai décidé de commencer mon immersion dans l’univers du réalisateur grec Yorgos Lanthimos avec son film précédent, The Lobster. Et je ne regrette pas. Le film se déroule sur un rythme étrange, faussement lent, qui pourrait en rebuter plusieurs mais qui m’a séduit immédiatement. Un rythme qui convient parfaitement à cette histoire cruellement loufoque qui tire sur le ridicule sans perdre un sérieux à la limite du pathétique. Colin…

Vu! Annihilation, d’Alex Garland.
Films / 4 avril 2018

Vu! Annihilation, d’Alex Garland. Lena est professeure de biologie cellulaire. Elle se remet difficilement de la disparition de son mari, Kane, survenue un an plus tôt au cours d’une mission militaire. Lorsqu’il réapparaît, un soir, Lena est d’abord submergée par la joie. Mais, très vite, elle comprend que Kane est différent. Et il se met à saigner. Les secours l’emmènent d’urgence à l’hôpital, mais le convoi est intercepté par des véhicules de l’armée. En tant qu’ex-militaire, Lena accompagne son mari mourant dans la Zone X, où il est mis en quarantaine pendant que des équipes de l’armée observent le Miroitement, un phénomène inexplicable qui gagne chaque jour un peu plus de terrain. Lena, désireuse d’aider son mari, décide de prendre part à la prochaine expédition à l’intérieur du Miroitement pour essayer de comprendre le phénomène. Alex Garland n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir publié La Plage au milieu des années 90, il a sorti quatre autres romans, dont plusieurs ont été adaptés au cinéma, mais il est surtout devenu scénariste, pour les adaptations de ses œuvres (28 Jours Plus Tard ou Sunshine) ou d’autres adaptations (Auprès de moi toujours, Dredd), avant de passer lui-même derrière la caméra…