Vu! Kingdom, saison 1.
Séries TV / 13 février 2019

Dans la Corée médiévale, alors que des rumeurs annoncent la mort du Roi, le prince hériter Yi-Chang est tenu à l’écart par le Ministre Cho Hak-jo et la garde royale, menée par son fils, Cho Beom-il. Seule la reine, la fille du Ministre, qui est sur le point d’accoucher du véritable héritier au trône, a accès aux appartements du Roi. Yi-Chang brave l’ordre de la reine et rend visite à son père, mais, avant de le voir, il aperçoit une silhouette monstrueuse. Il décide alors, accompagné par Mu-yeong, son fidèle garde, de quitter Hanyang pour rejoindre Jiyulheon et trouver le médecin qui s’est occupé de son père pour comprendre ce qui se passe au palais. Kingdom, est une série coréenne adaptée d’un web-comic. J’en avais entendu de bonnes critiques dès sa sortie, fin janvier, et je me suis lancé dans le visionnage sans tarder. Grand bien m’en a pris. Les Coréens (ceux du Sud en tout cas) qu’on se le dise, sont capables de produire des histoires originales et ont un goût prononcé pour mélanger horreur et politique. De tête, comme ça, j’ai envie de citer The Host et, plus récemment Dernier Train pour Busan. Il y en d’autres, évidemment,…

Lu! Les Démoniaques, de Mattias Köping.
Romans / 1 février 2019

Kimy est la fille de l’Ours. Pour ses quinze ans, son cadeau est d’être offerte à son père, son oncle et leurs amis en tant qu’objet sexuel. Quelques années plus tard, après une dernière passe, elle décide qu’elle ne fera plus la pute. Elle continuera à dealer pour son père, certes, mais plus un homme ne la touchera si elle ne l’a pas elle-même décidé. Lorsque sa route la met sur le chemin d’Henri, un professeur en pleine dépression, elle découvre une facette inédite des rapports humains. Et une opportunité d’enfin pouvoir se venger. Les Démoniaques, j’en avais entendu parlé au moment de sa sortie, fin 2016. Une claque, une bombe, une tuerie. Les superlatifs ne manquaient pas pour qualifier ce roman, le premier, de Mattias Köping. Je l’avais donc noté sur ma liste. Mais, je dois bien l’admettre, avec un léger scepticisme. Les bouquins encensés, en général, ça ne me réussit pas trop. Il y a toujours des exceptions, c’est vrai, mais elles ne sont généralement là que pour confirmer la règle. Puis, il y a quelques semaines, Le Manufacturier, le deuxième roman de Mattias Köping, est sorti. Accompagné par les mêmes superlatifs que le premier. Je me suis…

Lu! Évasion, de Benjamin Whitmer.
Romans / 18 janvier 2019

Benjamin Whitmer, je l’ai croisé, par hasard, voilà maintenant quelques années, dans les rayonnages de mon dealer de livres. J’ai vu la couverture noire ultra-sobre, de Cry Father, et j’ai laissé sa chance à cet auteur que je connaissais pas et dont je n’avais jamais entendu parler avant (et, par la même, aux Éditions Gallmeister, que je ne connaissais pas et dont je n’avais jamais entendu parler avant). C’est marrant, le hasard. J’aurais pu choisir un autre livre, ne pas voir celui-là. Mais je l’ai vu et, pour raison obscure qui restera à jamais un mystère, je l’ai choisi. Puis je l’ai lu. Et là, je suis tombé littérairement amoureux de la plume délicieusement noire de Benjamin Whitmer. J’ai dévoré Cry Father, puis je me suis rué sur Pike, son premier roman, avec autant d’excitation que d’appréhension. Est-ce que ça allait être aussi bien ? Mieux ? Décevant ? J’ai retrouvé ce que j’avais adoré dans l’un, dans l’autre. Alors quand j’ai vu cette nouvelle sortie, j’ai su que ça serait ma prochaine lecture. Bon, d’abord j’ai versé une larme pour en la mémoire des couvertures uniformément noires qui caractérisaient les publications des Éditions Gallmeister (ceci dit, la couverture d’Évasion…

Vu! La Tortue Rouge, de Michael Dudok de Wit.
Films / 8 janvier 2019

Un navigateur solitaire, pris en pleine tempête, échoue sur une île déserte. Il utilise les ressources à sa disposition pour survivre mais profite également d’une forêt de bambous pour se construire un radeau et tenter de quitter l’île. Des coups sous son embarcation disloquent son radeau et forcent le naufragé à revenir sur l’île. Après plusieurs tentatives avortées, il découvre qu’une tortue rouge s’en prend à son radeau dès qu’il essaie de fuir. Alors, quand l’occasion se présente, le naufragé attaque la tortue rouge et la retourne sur le sable pour la laisser mourir. J’avais entendu parler de ce film d’animation lors d’un des rares numéros du Cercle que j’avais regardé sur Canal (et heureusement que je n’en ai pas vu plus, sinon ça m’aurait coûté la peau des fesses), le même numéro que celui dans lequel j’avais entendu parler de Toni Erdmann et d’une comédie dramatique roumaine dont j’ai depuis oublié le titre. Cette histoire de tortue rouge était unanimement encensée par les différents journalistes pour sa simplicité, sa beauté et l’émotion qu’elle véhiculait. Je l’ai donc gardée dans un coin de ma tête, cette tortue rouge, jusqu’à ce que je la croise dans les rayonnages d’un revendeur de…

Vu! The Haunting of Hill House.
Séries TV / 17 novembre 2018

Vu! The Haunting of Hill House. Pendant les vacances de l’été 1992, les Crain installent leur famille dans un ancien manoir en forêt, pour restaurer la demeure avant de la revendre. Mais, très rapidement, plusieurs événements étranges viennent perturber leurs plans et un accident tragique pousse le père à quitter précipitamment la maison avec ses cinq enfants. Plus de vingt ans après les faits, la famille est éclatée et reste profondément marquée par ce qui s’est passé à Hill House. Chacun doit vivre en combattant ses propres démons, et il faut une nouvelle tragédie pour réunir la famille à nouveau. Pas de suspense, sur ce coup-ci : The Haunting of Hill House est un gros coup de cœur, sans doute la meilleure série que j’ai vue cette année. En tout cas, je suis heureux d’avoir écrit et publié La Maison avant de regarder The Haunting of Hill House. Et de n’avoir jamais lu le roman éponyme de Shirley Jackson dont est tiré la série (même si maintenant, j’ai très envie de le lire). Certes, mon roman diffère de la série sur de nombreux points, mais ils sont également très proches sur d’autres. Outre la maison de « rêve » à l’écart de…

Vu ! Blanche Gardin – Je parle toute seule.
Spectacle / 20 octobre 2018

Vu ! Blanche Gardin – Je parle toute seule. J’aime bien Blanche Gardin. Enfin, moi je l’appelle Blanche. Mais on s’en fout. Contrairement à beaucoup, je ne l’ai pas découverte dans le Jamel Comedy Club, même si je l’ai vue dans quelques bouts d’épisodes d’Inside Jamel Comedy Club. C’est la série Working Girls qui l’a vraiment révélée à mes yeux (tout comme Laurence Arné ou Alice Belaïdi). Au début, elle me faisait penser à une version moins fouillis d’un personnage de Marina Foïs dans les Robins des Bois. Et comme j’aimais beaucoup Marina Foïs dans les Robins des Bois, j’ai naturellement aimé Blanche et ce personnage entre angoisse, introversion et franchise. J’ai beaucoup aimé son intervention aux Molières de l’humour, tout en humour noir et en charme. Dans « Je parle toute seule », un spectacle datant de 2017 et récemment ajouté à la liste grandissante des one (wo)man shows disponibles sur Netflix, je l’ai découverte dans toute sa maturité humoristique. Et elle me fait toujours penser à Marina Foïs (dans cela aussi que plus le temps passe et plus son charme s’impose). Elle reprend naturellement le personnage qui a fait son succès, celui de la fille dépressive. Mais en moins caricatural. Ses répliques,…

Vu! Avengers : Infinity War, de Anthony et Joe Russo.
Films / 12 septembre 2018

Vu! Avengers : Infinity War, première partie, de Anthony et Joe Russo. Thanos a entrepris de réunir les six pierres d’infinité pour rétablir l’équilibre dans un univers surpeuplé en éradiquant la moitié de la population totale au hasard. Après avoir récupéré les premières pierres, il fait route en direction de la Terre pour y glaner deux pierres manquantes. C’est justement sur Terre qu’Heimdall a envoyé Hulk en urgence après l’attaque par Thanos d’un convoi transportant les derniers Asgardiens, dont Thor, pour récupérer la pierre de l’Espace contenue dans le Tesseract subtilisé par Loki. Docteur Strange, surpris par l’arrivée de Hulk, contacte Tony Stark, qui était occupé à planifier son mariage avec Pepper, pour le prévenir de l’imminence du danger. Un danger tel que Iron Man est prêt à faire équipe de nouveau avec Captain America pour sauver la planète. Mais pour avoir une chance face à Thanos, il faudra faire plus que simplement réunir les Avengers. Pendant ce temps-là, dans les confins de l’espace, un vaisseau se balade en diffusant de la pop-rock terrienne des années 70, et ses étranges occupants se chamaillent comme des enfants jusqu’à ce qu’ils tombent sur l’épave du vaisseau Asgardiens et son équipage flottant dans…

Vu! Preacher, saison 2.
Séries TV / 10 août 2018

Vu! Preacher, saison 2. Jesse Custer, Tulip et Cassidy quittent Annville après avoir contribué à réduire la petite ville à feu et à sang. Sur la trace de Dieu, ils décident de rejoindre New Orleans, Dieu étant amateur de jazz. Leur trajet n’est pas sans encombres, d’autant plus que le Saint des Tueurs traque Jesse et n’hésite pas à assassiner quiconque se dresse sur sa route. Jesse devra en plus faire face à une mystérieuse organisation d’hommes en blanc, tandis que Tulip est confronté à son passé et Cassidy, également, d’une autre façon. Preacher, c’était un de mes coups de cœur de l’année 2016 (ou 2017, selon qu’on compte quand je l’ai commencée ou terminée). Si j’ai mis autant de temps à regarder la deuxième saison, c’est que les séries diffusées sur Amazon Prime sont moins facilement accessibles que celles diffusées sur Netflix. Ou, peut-être, simplement que j’ai le réflexe de lancer Netflix plus que celui de lancer son équivalent Amazon. Peu importe. Je n’avais aucun doute que je voulais voir la deuxième saison de Preacher, c’était seulement une question de quand. Et, une fois que j’ai lancé le premier épisode, j’ai retrouvé l’ambiance noire et décalée qui m’avait tellement…

Lu! Beau comme un Aéroport, de Douglas Adams.
Romans / 31 juillet 2018

Lu! Beau comme un Aéroport, de Douglas Adams. Beau comme un aéroport est une expression qui n’existe dans aucune langue. Ça n’empêche pas Kate de trépigner en essayant d’attraper son vol de 15h37 pour Oslo où elle s’apprête à retrouver un amant qui lui a probablement posé un lapin. Devant elle, un grand gaillard essaie d’acheter un billet mais n’a ni chéquier, ni carte bleue et encore moins de passeport. Son vol loupé, Kate est en plus blessée dans l’explosion soudaine du guichet du Terminal 2. Dirk Gently, détective holistique, est en retard pour son rendez-vous avec un client qui pense être en danger de mort. Après une sombre histoire de réfrigérateur qui l’oppose à sa femme de ménage, il arrive enfin chez son client. Seulement pour découvrir que ledit client a été assassiné et que sa tête décapitée tourne sur un tourne-disque qui passe en boucle le refrain d’un tube dont la victime est l’auteur. Comment tout ça est lié ? À Dirk de le découvrir. Et, pour ce faire, il compte bien laisser le hasard le guider. Après avoir adoré Un Cheval dans la Salle de Bain, la première aventure littéraire du détective le plus absurdement barré de…

Lu! Un Cheval dans la Salle de Bain, de Douglas Adams.
Romans / 20 juillet 2018

Lu! Un Cheval dans la Salle de Bain, de Douglas Adams. Richard McDuff, un développeur informatique gaucher, se rend à un dîner absolument barbant dans son ancienne université, sur l’invitation de Urban Chronotis, dit Reg, son ancien (et très vieux) directeur d’études. Lors de cette soirée est évoqué un ancien camarade de Richard, Svlad Cjelli, connu durant ses études pour ses dons de prémonitions, que l’intéressé a toujours nié. Lors de cette soirée, également, un cheval est retrouvé dans la salle de bain du vieux professeur. Toujours lors de cette soirée, Gordon Way, fondateur de l’entreprise d’informatique Way Forward Technologies II (la première a fait faillite) et ami et patron de Richard, est assassiné par un Moine électrique dans la campagne anglaise pendant qu’il était en train de laisser un message sur le répondeur téléphonique de Susan, sa sœur, petite-amie (un peu en froid) de Richard. Lorsque Richard est suspecté du meurtre, il va devoir compter sur l’expertise particulière de Svlad Cjelli, qui se fait maintenant appeler Dirk Gently et est devenu un détective holistique (est-ce utile de préciser qu’il est un brin excentrique et que ses méthodes sont pour le moins particulières ?) pour prouver son innocence et, surtout, comprendre…