Vu! Logan Lucky, de Steven Soderbergh.
Films / 1 mai 2018

Vu! Logan Lucky, de Steven Soderbergh. En Virginie-Occidentale, Jimmy Logan, ancienne gloire de l’équipe locale de football américain promis à une grande carrière, vit désormais de petits boulots. Lorsqu’il est licencié pour raison médicale du chantier sur lequel il travaille, sur le Motor Speedway de Charlotte, dans l’état voisin, et qu’il apprend que Bobby Jo, son ex-femme, s’apprête à déménager plus au sud avec son nouveau mari, il met en place un plan pour braquer le circuit lors d’un salon automobile. Il embarque son frère, Clyde, un ancien soldat américain amputé de l’avant-bras tenancier d’un petit bar, dans l’aventure. Et, pour percer le coffre où toutes les recettes des différentes concessions sont envoyées, ils convainquent Joe Bang de se joindre à eux. Petit détail, Joe Bang est en prison. Il exige égalementque ses deux frères soient de la partie. Si vous voulez faire un film de braquage, vous pouvez confier le bébé à celui qui a sans doute signé le plus populaire des films (série de films, même) de braquage de ces dernières années. Oui, je parle de Steven Soderbergh et je fais référence à Ocean’s Eleven (Twelve et Thirteen). Pour cette nouvelle histoire de braquage, le réalisateur américain peut…

Vu! 13 Hours, de Michael Bay.
Films / 2 septembre 2016

Vu! 13 Hours, de Michael Bay. En pleine crise post-Kadhafi, alors que toutes les ambassades ont été évacuées, Christopher Stevens, ambassadeur des États-Unis en Libye, décide de rester à Benghazi, la capitale du pays. Installé dans une villa très jolie quoi que fort peu protégée, il ne compte que sur ses deux gardes du corps personnels pour assurer sa sécurité. Bon, et un peu sur l’antenne secrète de la CIA située à quelques centaines de mètres de là. Le 11 septembre 2012, la villa de l’ambassadeur sera attaquée par une foule armée. Je n’aurais sans doute pas dû regarder ce film. Pas que je n’aime pas les histoires vraies de prise d’ambassade, j’ai adoré Argo. Pas que je n’aime pas John Krasinski, parce que je l’aime beaucoup. Pas que je ne sache pas apprécier un film de Michael Bay de temps en temps (mais pas trop quand même). Mais parce que tout ensemble, ça devient rapidement indigeste. J’étais curieux de voir John Krasinski dans un rôle à contre-emploi. L’ancien Jim Halpert de The Office incarne ici un ancien militaire reconverti en agent de sécurité pour base secrète de la CIA. Quelque chose ne colle pas. Il y a de l’émotion,…