Vu! Preacher, saison 2.
Séries TV / 10 août 2018

Vu! Preacher, saison 2. Jesse Custer, Tulip et Cassidy quittent Annville après avoir contribué à réduire la petite ville à feu et à sang. Sur la trace de Dieu, ils décident de rejoindre New Orleans, Dieu étant amateur de jazz. Leur trajet n’est pas sans encombres, d’autant plus que le Saint des Tueurs traque Jesse et n’hésite pas à assassiner quiconque se dresse sur sa route. Jesse devra en plus faire face à une mystérieuse organisation d’hommes en blanc, tandis que Tulip est confronté à son passé et Cassidy, également, d’une autre façon. Preacher, c’était un de mes coups de cœur de l’année 2016 (ou 2017, selon qu’on compte quand je l’ai commencée ou terminée). Si j’ai mis autant de temps à regarder la deuxième saison, c’est que les séries diffusées sur Amazon Prime sont moins facilement accessibles que celles diffusées sur Netflix. Ou, peut-être, simplement que j’ai le réflexe de lancer Netflix plus que celui de lancer son équivalent Amazon. Peu importe. Je n’avais aucun doute que je voulais voir la deuxième saison de Preacher, c’était seulement une question de quand. Et, une fois que j’ai lancé le premier épisode, j’ai retrouvé l’ambiance noire et décalée qui m’avait tellement…

Vu! Preacher, saison 1.
Séries TV / 24 janvier 2017

Vu! Preacher, saison 1. Une entité traverse l’espace jusque sur Terre et prend possession du corps d’un prêtre africain. L’homme éprouve comme une illumination, puis explose. L’entité reprend sa route et, après deux autres essais non-concluants, débarque à Annville, une petite ville du Texas, pour investir le corps de Jesse Custer, le Preacher local. Jesse c’est l’enfant du pays, le fils de l’ancien prédicateur, décidé à reprendre sa vie en main et tourner la page de son passé de criminel. Sauf qu’il commence à perdre la foi et songe même à quitter sa paroisse, en tout cas jusqu’à l’arrivée de Genesis. Preacher la série est une adaptation du roman graphique du même nom, écrit par Garth Ennis et dessiné par Steve Dillon. Tous deux sont d’ailleurs crédités comme producteurs exécutifs de la série. Série dont on doit la création à un trio bien connu. Sam Caitlin, qui a travaillé sur l’immense Breaking Bad, et les deux compères Seth Rogen et Evan Goldberg, dont on reconnait sans problème la patte. Preacher est une série étrange, qui se déroule dans une petite ville bizarre avec des habitants singuliers. Une femme battue qui n’en est pas une ; un propriétaire d’abattoir violent et cynique ;…

Vu! Warcraft : le Commencement, de Duncan Jones.
Films / 23 octobre 2016

Vu! Warcraft : le Commencement, de Duncan Jones. Lorsque Draenor, leur monde, se meurt, le sorcier Gul’dan unifie les différents clans orcs au sein de la Horde. Grâce à la magie du Fel, il ouvre un portail vers Azeroth. Voyant les villages pillés, Sir Lothar, le commandant des troupes de Hurlevent, demande l’aide du Gardien. Parallèlement, le roi Wrynn mène une troupe en terre orc avec Garona, une hybride orc faite prisonnière. Warcraft, c’est avant tout une série de jeux vidéos dans un univers fantasy. Il y a longtemps (avant que ça ne devienne un des MMORPG les plus populaires du monde), j’avais passé quelques heures à créer des armées pour combattre l’envahisseur. Depuis sa première version dans les années 90, Warcraft est devenue une marque, déclinée en jeux de plateaux, de rôle, en mangas, comics, romans et donc, tout naturellement, en film. Je ne dirais pas que j’attendais beaucoup de ce blockbuster annoncé, n’étant pas un inconditionnel de la franchise, mais j’étais curieux. Avec son univers fantasy et sa légion de fans, Warcraft avait tout pour s’imposer dans un genre trop peu représenté sérieusement au cinéma (Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit mis à part). Pourtant, dès les premières minutes, il apparaît évident…

Vu! Agent Carter, saison 1.
Séries TV / 28 juillet 2015

Vu! Agent Carter, saison 1. Après la Seconde Guerre Mondiale, Peggy Carter (Hayley Atwell) est reléguée au rang de secrétaire glorifiée au sein du SSR. Depuis la perte de l’homme de sa vie, Steve Rogers, alias Captain America (Chris Evans), elle accepte à contrecœur sa vie de femme célibataire dans l’Amérique des années 40. Jusqu’au jour où Howard Stark (Dominic Cooper), suspect de trahison, lui demande son aide pour prouver son innocence. Elle va faire équipe avec le majordome de l’inventeur, Edwin Jarvis (James D’Arcy) dans le dos de la SSR pour découvrir la vérité. Créée par Christopher Markus et Stephen McFeely, les scénaristes des films Captain America, la série de huit épisodes a été diffusée durant la trêve hivernale de la deuxième saison de Marvel : Les Agents du SHIELD. On retrouve Hayley Atwell dans le rôle titre, qu’elle occupait déjà dans les films mettant en scène le super-héros au bouclier. À ses côtés, Dominic Cooper apparaît dans plusieurs épisodes en tant que père du futur Iron Man. On retrouve également, hormis James D’Arcy, Chad Michael Murray et Enver Gjokaj en agents du SSR, Lyndsy Fonseca (qui a bien grandi depuis How I Met Your Mother) en amie de Peggy…

Vu! Dracula Untold, de Gary Shore.
Films / 13 mars 2015

Vu! Dracula Untold, de Gary Shore. En 1462, Vlad L’Empaleur est Prince de la Transylvanie. La région est en paix relative, mais des traces d’éclaireurs turcs sont retrouvées dans la forêt. Vlad remonte leur piste jusqu’au pic de la Dent Brisée, où il fait la rencontre d’une créature obscure. Quand le sultan Mehmet III lui réclame 1000 enfants pour son armée, en plus de son fils, Vlad décide de refuser et doit se préparer à la guerre. Malgré ses talents de guerriers, il sait que seul, il est impuissant face aux hordes turcs. Alors il va retrouver la créature, qui lui propose un marché. Bon, j’ai longuement hésité avant de regarder ce film. Mais j’aime les vampires (les vampires, j’ai dit, pas les trucs pailletés qu’on voit dans Twilight) et l’armure de Dracula avait l’air vraiment pas mal, alors j’ai tenté le coup. Quand j’ai vu que le film ne durait qu’à peine une heure trente, j’ai de nouveau été pris de doutes. 1h30, pour traiter du mythe de Dracula, ça fait un poil court à mon goût. Mais au final, c’est plutôt pas mal. Pour ses débuts comme réalisateur, l’inconnu Gary Shore (il n’a même pas de page Wikipédia)…