Vu! Sicario, de Denis Villeneuve.
Films / 30 mars 2016

Vu! Sicario, de Denis Villeneuve. Kate Marcer (Emily Blunt) est une jeune agent du FBI qui ne vit que pour son métier. Spécialisée dans les libérations d’otages en Arizona, elle est habituée à la violence. Après une opération qui tourne mal, elle est recrutée pour faire partie d’une équipe spéciale pour s’en prendre au chef du Cartel de Juarez. De l’autre côté de la frontière, elle va devoir remettre en question sa vision du monde et de la morale pour survivre. Nouveau film et nouvelle grande réussite pour Denis Villeneuve. Après Incendies, Prisoners et Enemy, le réalisateur canadien s’est imposé comme une valeur sûre du cinéma, avec des films aussi puissants que différents. Mais qu’importe l’histoire qu’il raconte ou le genre qu’il explore, il y a toujours cette tension latente, presque palpable. L’ambiance, c’est le point fort de Denis Villeneuve, sa capacité à plonger le spectateur dans l’action ainsi que dans la psychologie de personnages. Sicario n’est pas un jugement, une prise de parti, c’est une histoire solide racontée comme elle est, avec ses différents points de vue. La jeune agent dévouée et idéaliste, le supérieur paternel, le brutal chef d’équipe ou le mystérieux Colombien. Chacun va se révéler au fil…

Lu! L’innocence des bourreaux de Barbara Abel.
Romans / 14 septembre 2015

Lu! L’innocence des bourreaux de Barbara Abel. Dans une supérette de quartier, différentes personnes font leurs courses. C’est un jour comme un autre, jusqu’à ce que débarque un homme cagoulé armé d’un revolver. Je ne connaissais pas cette auteure, mais le résumé m’a tenté. J’aime les histoires de personnes ordinaires qui se retrouvent confrontées à l’extraordinaire. Dès les premières pages, j’ai été agréablement surpris par la qualité de l’écriture, que j’ai trouvé très soignée. Dans nombre de thrillers, l’action prédomine, les phrases sont courtes, percutantes. Pas ici. Barbara Abel prend son temps pour décrire chaque personnage, leur donner une identité, dessiner leur caractère. Aucun est lisse. Tous ont un passé, une raison qui les pousse à être là, à agir et réagir comme ils le font. Et, au fil des pages, tous deviennent attachants, du bourreau aux victimes, des victimes aux bourreaux. Je suis facilement entré dans l’histoire, j’ai tourné les pages avec l’envie de mieux comprendre et, surtout, de savoir si qui allait se passer ensuite, comment cette histoire allait finir. Pour une première, je ne suis pas déçu. Il ne fait aucun doute que je lirai d’autres romans de Barbara Abel.

Lu! Juste avant le bonheur d’Agnès Ledig.
Romans / 7 juillet 2015

Lu! Juste avant le bonheur d’Agnès Ledig. Un jour, Julie, jeune maman célibataire, caissière dans un supermarché, rencontre Paul. Il pourrait être son père et elle n’est pas sûre de ses intentions. Il dit voir quelque chose en Julie et Julie, un peu contre son instinct premier, va lui laisser l’opportunité de restaurer sa confiance en l’homme. Pour le meilleur et pour le pire. J’avais entendu beaucoup de bonnes choses sur ce roman, le second de l’auteure. On m’a vanté la force de son histoire, l’émotion qu’il savait faire naître chez le lecteur. Je n’ai pas pleuré (j’ai une réputation à préserver !), mais j’ai été touché par ces personnages abîmés par la vie et qui, malgré tout, doivent trouver la force d’aller de l’avant. L’histoire s’articule autour d’un élément central qui va indirectement ouvrir les portes d’un nouveau monde, de nouvelles perspectives. L’écriture est simple, fluide, sans fioriture. On retrouve quelques mots étrangement placés (rumen) et un peu trop d’anges qui passent à mon goût. Mais à côté de ça, on découvre surtout des vies qui se croisent et se trouvent, qui se nourrissent. « Juste avant le bonheur » est un roman qui se lit très vite et facilement, dont…