Vu! Everest, de Baltasar Kormakur.
Films / 17 février 2016

Vu! Everest, de Baltasar Kormakur. Au printemps 1996, c’est la course à l’ascension de l’Everest. Différentes compagnies commerciales permettent à de riches clients d’atteindre le plus haut sommet au monde. Mais malgré tous les préparatifs et toutes les précautions, personne n’est à l’abri du danger lorsque les éléments se déchaînent. Tout ce que je savais de ce film, au moment de le regarder, était qu’il racontait l’histoire d’une ascension de l’Everest (le titre est assez limpide en ce sens) et qu’il mettait en scène Jake Gyllenhaal. J’ignorais qu’il était basé sur des faits réels (je l’ai compris assez vite, notamment grâce à la mention « basé sur des faits réels » qui ouvre le film) et donc je ne savais pas à l’avance qui allait survivre et qui allait mourir. Librement inspiré du récit Tragédie à l’Everest (Into Thin Air : a personnal account of the Mt. Everest Disaster) de Jon Krakauer (qui avait également écrit le récit Into the Wild, adapté au cinéma par Sean Penn), publié en 1997, le film se veut au plus proche de la réalité. En préparation, les acteurs ont donc rencontré les personnes dont ils interpréteraient les rôles, ou leurs proches. Guy Cotter, qui était coordinateur…

Lu! La Maladroite d’Alexandre Seurat.
Romans / 1 octobre 2015

Lu! La Maladroite d’Alexandre Seurat. À travers des monologues de ses proches, ce texte nous fait revivre la vie tragique de la petite Diana, victime de maltraitance de la part de ses parents. Largement inspiré d’un fait divers récent (l’affaire Marina), ce roman ne ressemble pas vraiment à un roman. C’est en fait une succession de témoignages de personnes ayant côtoyé la fillette. De sa grand-mère à sa tante, qui ont tiré en premier la sonnette d’alarme, à ses instituteurs et directrices d’école, qui ont lancé la procédure officiel, en passant par les gendarmes qui l’ont entendue. Chacun parle de sa rencontre avec Diana, sa façon d’être effacée en permanence, les marques sur son corps, les rapports avec ses parents, leur comportement manipulateur. À travers cette histoire, « La maladroite » évoque un système social lent et peu efficace, une machine lourde et difficile à mettre en branle. Sans jamais avoir directement la parole, les parents sont omniprésents, toujours propres sur eux, polis et souriants, toujours pleins de bonnes excuses, comme s’ils n’avaient rien à se reprocher. Le texte est très court, un peu plus d’une centaine de pages, à l’image de la vie de cette enfant tuée par ceux qui devaient…

Vu! Le Stratège, de Bennett Miller.
Films / 23 septembre 2015

Vu! Le Stratège (MoneyBall), de Bennett Miller. Après une défaite en playoffs contre les Yankees de New York et au terme d’une grande saison pour une équipe avec leurs moyens financiers réduits, les Athletics d’Oakland perdent leurs meilleurs joueurs. Billy Beane (Brad Pitt), le General Manager de la franchise, doit faire de son mieux pour les remplacer tout en restant dans le maigre budget alloué. Quand il rencontre Peter Brand (Jonah Hill) et son approche du jeu basée sur les statistiques, il décide de faire confiance au jeune homme. Adapté de l’ouvrage de Michael Lewis et basé sur l’histoire vraie de Billy Beane, ancien joueur à la carrière difficile devenu GM, le Stratège est un film que j’appréhendais (la preuve, j’ai mis quatre ans à le regarder). J’aime Brad Pitt, Jonah Hill également, mais je n’y connais rien au baseball et j’avais peur de m’ennuyer profondément pendant les deux heures plus que durent le film. Il n’en a rien été. Reposant sur un Brad Pitt très Redfordien et un Jonah Hill en jeune assistant sérieux, bien loin de son humour potache habituel, Le Stratège n’est jamais ennuyant, quand bien même la terminologie baseballienne est du chinois pour moi. Seuls importent…

Vu! Killing Bono de Nick Hamm.
Films / 22 juillet 2015

Vu! Killing Bono de Nick Hamm. Dublin, 1976, Neil McCormick (Ben Barnes) rêve de devenir une star du rock. Il monte un groupe (qui deviendra Shook Up) avec son frère Ivan (Robert Sheehan), en concurrence de son camarade de classe Paul Hewson (Martin McCann). Quand Paul essaie de débaucher Ivan pour son groupe, Neil refuse. Quand Paul se rebaptise Bono et que son groupe, U2, trouve un succès planétaire, Neil se fait la promesse de devenir encore plus célèbre, quitte à se lier avec un mafieux dublinois pour atteindre la gloire. Killing Bono est sorti en 2011 d’après la biographie de Neil McCormick. Sur un fond pop/rock, on suit la quête des deux frères pour faire de leur groupe un succès, quand leurs anciens camarades de classe sont tranquillement installés sur le toit du monde. Dès les premières minutes, Neil McCormick nous prévient, il est poisseux. Très poisseux. Et le fait qu’il prenne de mauvaises décisions ne l’aide pas. Toute sa vie est vécue en parallèle à celle du leader de U2 et il ne le supporte pas. La réalisation n’est pas extraordinaire, mais ce n’est pas ce qui fait l’attrait de ce film. L’histoire se suffit à elle-même et les…

Vu! Donnie Brasco de Mike Newell.
Films / 14 juillet 2015

Vu! Donnie Brasco de Mike Newell. L’agent spécial Joseph Pistone (Johnny Depp) est chargé d’infiltrer la famille Bonanno de la mafia new-yorkaise. Sa porte d’entrée dans la famille est un lieutenant modeste surnommé Lefty (Al Pacino). Une relation particulière va naître entre les deux hommes, entre espoirs et trahisons. Adapté de la véritable histoire de Joseph Pistone, le film raconte comment sa mission lui est montée à la tête, les risques qu’il a pris et les répercussions sur sa vie, aussi bien professionnelle que personnelle et familiale. Se déroulant à la fin des années 70, Donnie Brasco ressemble à un vieux film de mafia. Le scénario étant dicté par les faits (certains passages ont été modifié, mais Joseph Pistone a écrit que le film était fidèle à son histoire à 90%), le film est moins spectaculaire qu’une production hollywoodienne standard. Et pourtant il n’a pas à rougir comparé à beaucoup de films qui sont sortis avant et depuis. Son authenticité lui confère même un statut très spécial. À côté des performances de Johnny Depp et Al Pacino, on retrouve au casting des habitués des films du genre, comme Michael Madsen, Bruno Kirby ou James Russo. On retrouve également Tim Blake…

Vu! Foxcatcher de Bennett Miller.
Films / 8 juin 2015

Vu! Foxcatcher de Bennett Miller. Inspiré d’une histoire vraie, Foxcatcher raconte la relation complexe qui lie trois personnes. D’un côté les deux frères Schultz, Mark (Channing Tatum) et Dave (Mark Ruffalo), anciens médaillés d’or en lutte gréco-romaine aux J.O. de Los Angeles, et le milliardaire excentrique John Du Pont (Steve Carell). J’attendais de voir ce film. J’avais même fait de mon mieux pour ne pas m’intéresser aux critiques ni à l’histoire, souhaitant la découvrir par moi-même. J’en attendais peut-être trop. Toujours est-il que je suis un peu déçu. Et pourtant, je n’ai pas grand-chose à reprocher au film. Le trio d’acteurs principaux est excellent. Pour Channing Tatum c’est un peu une surprise. Je n’ai rien contre lui en particulier, mais des trois c’était celui concernant lequel j’avais le plus de doutes. Mark Ruffalo est très bon, comme à son habitude. C’est un acteur que j’apprécie et qui a prouvé à maintes reprises sa capacité à entrer dans son personnage. Et que dire de Steve Carell ? Il est tout juste exceptionnel. Très très loin de Michael Scott, il démontre son potentiel dramatique dans ce rôle très sérieux. Pas de blagues, mais une transformation physique et une interprétation époustouflantes. La réalisation…

Vu! No Pain No Gain, de Michael Bay.
Films / 1 avril 2015

Vu! No Pain No Gain, de Michael Bay. Basé sur une histoire vraie, ce film raconte l’histoire des entraîneurs du « Syn Gym Gang », un groupe de bodybuilders ayant opérés dans les années 90 à Miami. À leur tête, Daniel Lugo (Mark Wahlberg), un entraîneur personnel pour qui le culte du corps est la priorité dans sa vie. Mais il veut plus, il veut la belle vie et il croit qu’il lui suffit d’aller la prendre. Il s’associe à deux collègues, Adrian Doorbal (Anthony Mackie) et Paul Doyle (Dwayne The Rock Johnson) pour kidnapper et séquestrer un de ses clients, Victor Kershaw (Tony Shalhoub), dans le but de lui dérober toutes ses possessions. Mais tout ne se passe pas comme prévu et les évènements ne feront que s’enchaîner pour les entraîner dans une spirale qu’ils ne parviendront plus à maîtriser. Une fois n’est pas coutume, Pain & Gain (titre original) est un des films à plus petit budget de Michael Bay. Et, après plusieurs années consacrées à la franchise Transformers, Michael Bay revient à la comédie d’action avec succès. La réalisation est musclées mais pas agressive outre-mesure. L’histoire est déjà écrite puisqu’il se base sur les coupures de presse de l’époque. Et…