Vu! Donnie Darko, de Richard Kelly.
Films / 22 novembre 2016

Vu ! Donnie Darko, de Richard Kelly. Les Darko sont presque une famille comme les autres. Ils ont trois enfants, une belle maison dans la petite ville de Middlesex, Iowa. Tout irait très bien si Donnie, l’ado, n’avait pas des troubles psychologiques importants. Son ami imaginaire, Franck, un lapin géant au visage monstrueux lui sauve la vie lorsque le réacteur d’un avion de ligne s’écrase dans sa chambre. Puis il lui annonce l’imminence de la fin du monde et lui demande d’accomplir des actes qui vont mettre la communauté paisible sans dessus dessous. Sorti en 2001, Donnie Darko jouit depuis du statut de film culte pour beaucoup. J’ai mis quinze ans à le voir, mais j’ai fini par le faire. J’ai toujours un peu de mal avec ces « films cultes » que je n’ai pas vus au moment de leur sortie. On ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber, ça peut très bien être très bien (…) comme ça peut tout autant avoir mal vieilli. Quid de Donnie Darko ? Eh bien je dirais qu’il s’en sort pas mal du tout. Le film a clairement un côté très « fin des années 90/début 2000 », aussi bien dans sa réalisation que dans la…

Vu! La Maison des Ombres, de Nick Murphy.
Films / 15 novembre 2016

Vu ! La Maison des Ombres, de Nick Murphy. Dans l’Angleterre d’après la Première Guerre Mondiale, Florence Cathcart est une écrivain et scientifique de renom dans le domaine du paranormal. Elle passe le plus clair de son temps à démasquer les escrocs qui profitent de la faiblesse des personnes endeuillées. Jusqu’au jour où un homme vient la solliciter concernant la mort d’un écolier attribuée à l’esprit vengeur d’un enfant. Ça fait quelques temps que je cherche un film d’horreur qui me fasse peur. Qui me fasse frémir. J’ai tenté ma chance avec celui-là car les notes étaient plutôt bonnes, que le casting était plutôt solide et que les britanniques font en général de bonnes choses. La première scène augurait du bon, avec une réalisation sérieuse, une ambiance plutôt réussie et un personnage principal immédiatement convaincant. Le point du vue du sceptique est intéressant, car on sait d’avance que les faits vont le forcer à se remettre en question. En d’autres termes, qu’on risque de flipper. Ou pas. J’avais bon sur au moins un point. La réalisation est sérieuse, avec notamment une très belle photo, ce qui est une excellente surprise pour un film qui n’est même pas sorti en salles en…

Vu! L’Orphelinat, de Juan Antonio Bayona.
Films / 11 octobre 2016

Vu! L’Orphelinat, de Juan Antonio Bayona. Laura a passé son enfance dans un orphelinat isolé en bord de mer. Adulte, elle rachète l’endroit avec son mari et leur fils adoptif pour y ouvrir un centre s’occupant d’enfants handicapés. Simon, leur enfant, se lie rapidement avec des amis invisibles qui lui organisent des jeux de piste. Tandis que les futurs pensionnaires et leurs parents viennent découvrir les lieux, une grosse dispute éclate entre Simon et Laura. Elle le laisse bouder dans son coin, mais quand elle retourne le voir, il a disparu. L’Orphelinat avait fait beaucoup de bruit lors de sa sortie, fin 2007 (début 2008 pour la France), remportant de nombreux prix dans différents festivals. Pourtant, même s’il me tentait déjà à l’époque, je l’ai laissé de côté tout ce temps. Jusqu’à aujourd’hui. Je m’attendais à un film d’horreur avec une ambiance insidieuse, comme c’est souvent le cas quand des enfants sont impliqués. Mais dès le début, c’est l’histoire familiale qui prend le dessus. Cette mère, brillamment interprétée par Belén Rueda ; cet enfant, joué par Roger Princep ; et ce père, un peu en retrait, Carlos, joué lui par Fernando Cayo. Puis il y a ces amis invisibles, d’abord inoffensifs, mais qui font naître, petit à…

Lu! Jour Quatre, de Sarah Lotz.
Romans / 17 août 2016

Lu! Jour Quatre, de Sarah Lotz. Plus de deux mille personnes ont embarqué sur le « Rêveur Magnifique » pour une courte croisière de quelques jours, au large de Miami, à l’occasion du Nouvel-An. Le pont est essentiellement peuplé de célibataires déterminés à faire la fête et des rencontres. Les trois premiers jours se passent sans incident notable. Mais le quatrième, une panne immobilise le paquebot en pleine mer. Rapidement, les tensions montent tandis que les secrets des uns et des autres remontent à la surface. Jour Quatre est le second roman de Sarah Lotz, et se déroule quelques années après Trois, son précédent. Trois, que j’avais trouvé original dans sa construction et que j’avais beaucoup aimé lire. J’avais donc hâte de me plonger dans ce nouveau roman et de découvrir cette nouvelle histoire. Comme dans Trois, on suit plusieurs points de vue différents. Maddie, l’assistante de Céline, une médium invitée sur la croisière ; Xavier, un blogueur déterminé à exposer Céline ; Gary, un violeur récidiviste qui se retrouve avec un cadavre sur les bras ; Helen et Elise, deux veuves à la retraite déterminée à mettre fin à leurs jours ensemble ; Althea, une femme de chambre ; Devi, un agent…

Vu! Penny Dreadful, saison 1.
Séries TV / 19 mars 2016

Vu! Penny Dreadful, saison 1. Dans le Londres de la fin du 19ème siècle, Sir Malcolm Murray (Timothy Dalton) est à la recherche de sa fille, Mina, enlevée par une puissance obscure. Divers alliés se joignent à sa quête pour des raisons différentes. Vanessa Ives (Eva Green) est l’amie d’enfance de Mina. Elle est également sujette à des possessions. Ethan Chandler (Josh Hartnett) est un pistolero américain au passé trouble et en quête de rédemption. Victor Frankenstein (Harry Treadaway) est un jeune médecin déterminer à dompter la mort. Et Sembene (Danny Sapani), un Noir au visage étrangement marqué, qui assiste Murray au quotidien. Ils croisent également la route d’un jeune homme mystérieux, aussi beau que charmeur, du nom de Dorian Gray (Reeve Carney). Basée sur les penny dreadful, ces histoires fantastiques et populaires vendues 1 penny l’épisode au 19ème siècle en Angleterre, la série créée par John Logan a le mérite d’être produite par Sam Mendes. Avoir un producteur de renom n’est pourtant pas gage de qualité (cf Revolution, produite par J.J. Abrams). Mais dès les premières minutes du premier épisode, il apparaît évident que Penny Dreadful est une série travaillée. Le générique est soigné, la réalisation propre, proche de…

Lu! Avec tes yeux, de Sire Cédric.
Romans / 6 février 2016

Lu! Avec tes yeux, de Sire Cédric. Webmaster trentenaire, Thomas souffre d’horribles cauchemars. Enfin, ça c’est quand il arrive à dormir. Il passe ses nuits à regarder des séries en discutant avec Fox sur IRC. Pour essayer de se soigner, il consulte un hypnotiseur, mais en plein milieu de la séance, il commence à avoir des visions étranges. Plus tard, sa vue se brouille à nouveau et il assiste à la torture d’une femme à travers les yeux du tueur. Et ce n’est que le début de sa descente en enfer ! Mon premier roman de Sire Cédric est le dernier en date. Je ne connaissais pas la plume de cet auteur au look Marilyn Mansonesque que plusieurs qualifient d’être le Stephen King français, mais j’en avais beaucoup entendu parler en bien depuis quelques temps. Je suis rentré dans l’histoire très facilement grâce à l’écriture fluide de l’auteur, qui met en place ses personnages et ses situations de manières très visuelle. Les chapitres courts participent à installer un rythme qui ne s’essouffle pas des premières à la dernière page. On suit Thomas dans son périple, avec ses deux alliées de fortune tandis que l’ombre menaçante du prédateur plane au-dessus de…

Lu! Revival de Stephen King
Romans / 27 octobre 2015

Lu! Revival de Stephen King. En 1962, alors qu’il est âgé de six ans, Jamie Morton fait la rencontre de Charles Jacobs, le nouveau pasteur de la petite ville de Harlow, dans la Maine. Ni l’un ni l’autre n’imagine alors qu’ils resteront liés toute leur vie. Nouveau roman en date de Stephen King, Revival était présenté comme le retour aux sources du maître de l’horreur. Ce n’est pourtant pas cet aspect qui m’a marqué dans ce texte. Il y en a bien quelques pincées, ci et là, mais Revival n’est pas un roman d’horreur. Comme c’est souvent le cas chez Stephen King, les personnages sont très travaillés, notamment le narrateur, Jamie Morton, que l’on voit traverser la vie au fil de son récit. On apprend à connaître ses parents, ses frères, sa soeur, sa première petite amie, ses passions et ses vices. Comme c’est souvent le cas chez Stephen King, les personnages ne sont pas lisses, ils se construisent sur leurs traumatismes et sont abimés par la vie. Les fans apprécieront sans doute les références aux autres oeuvres de l’auteur, en particulier Joyland. L’histoire en elle-même est presque anecdotique. Stephen King est un conteur hors paire, capable de capté l’attention…

Lu! Cornes de Joe Hill.
Romans / 18 août 2015

Lu! Cornes de Joe Hill. Un lendemain de cuite, Ignatius Perrish se réveille et découvre que des cornes lui ont poussé sur le crâne pendant la nuit. Des cornes qui poussent tous ceux qui croisent son chemin à lui avouer leurs plus sombres secrets. Un an plus tôt, sa fiancée, Merrin, a été violée et assassinée dans les bois. Tout le monde croit Iggy coupable et pense que c’est seulement grâce à sa riche famille et la destruction des preuves matérielles qu’il s’en est sorti. Grâce au pouvoir des cornes, il va pouvoir retrouver le meurtrier de Merrin et faire justice lui-même. Mélangeant présent et passé à travers de nombreux flashbacks, le roman nous permet de reconstruire la vie d’Ig et la tragédie qui a dévastée sa vie et dont il peine à se remettre, la mort de la femme qu’il aimait. Si l’histoire apparaît étant comme assez simple (d’autant plus que personne n’est capable de cacher quoi que ce soit au personnage principal), beaucoup de zones d’ombres subsistent, des zones d’ombres qui ne sont révélées qu’au compte-gouttes et ce jusqu’à la fin du récit. J’avais déjà lu Nosfera2 du même auteur, qui ne m’avait pas complètement convaincu. Mais j’avais…

(re)Lu! Bazaar de Stephen King.
Romans / 14 août 2015

(re)Lu! Bazaar de Stephen King. Quand Leland Gaunt, un homme aussi charmant que charismatique, ouvre « Le Bazar des Rêves », la ville de Castle Rock entre en ébullitions. Chacun y trouve les objets qu’ils désirent profondément et le propriétaire ne demande pas d’argent, seulement un petit service à ses clients. Bazaar est une de mes histoires préférées de Stephen King. Pour ses personnages complexes derrière des apparences simples. Pour sa description de la ville de Castle Rock, de nombreuse fois visitée dans l’oeuvre du maître. Pour son intrigue bien amenée, bien agencée, aussi sociale que fantastique, où tous les détails se rejoignent tôt ou tard pour tisser une toile implacable. Bazaar fait partie des pavés de la bibliographie de Stephen King, mais son côté addictif nous pousse à enchaîner les chapitres pour découvrir les ramifications et les conséquences des services rendus à Leland Gaunt et en font une lecture dans laquelle on se plonge corps et âme. Du très grand Stephen King.

Vu! It Follows de David Robert Mitchell.
Films / 15 juin 2015

Vu! It Follows de David Robert Mitchell. Jay (Maika Monroe) est une adolescente banale qui vit dans la banlieue de Détroit. Jusqu’au jour où elle couche avec Hugh (Jake Weary), un garçon qu’elle voit depuis peu. Il lui explique ensuite qu’il vient de lui transmettre une malédiction, qu’une chose va la suivre où qu’elle aille et que le seul moyen de s’en débarrasser est de coucher avec quelqu’un d’autre. Ou mourir. Elle entraîne Paul (Keir Gilchrist), sa sœur Kelly (Lili Sepe), Yara (Olivia Luccardi) et Greg (Daniel Zovatto) avec elle pour essayer d’échapper à la mort. J’avais vu les affiches et j’avais tout de suite su que je voulais voir ce film. Rien qu’à la vue de ce visage au milieu d’une piscine. Je ne savais rien de l’histoire et je ne me suis pas intéressé aux critiques. J’ai seulement lancé le film. Dès le prologue, l’ambiance film indépendant est omniprésente dans la façon de tourner. Les plans sont longs, le rythme est lent et la caméra mobile. Ce qui m’a plu. Si le film est consistant au niveau de la réalisation, le jeu d’acteur est tout autre. J’aime l’idée d’avoir de jeunes acteurs relativement inexpérimentés, mais c’est à double…